Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

4 mai 2008 7 04 /05 /mai /2008 16:47

Brouillard … Je ne vois qu’à trois pas …

L’inspiration se trouve en moi !

Point de fleurs, rien à déclamer

Et pourtant, besoin de créer


Tous ces courts poèmes, tableaux

Entraînent mon cœur au dehors

Transforment chaque jour en or

De mes yeux éloignent toute eau


Mais, quand je peins ce que je vois

A jamais la source est en moi

Paysage tel un miroir

Renvoie les secrets du boudoir


Ils viennent de mon cœur, la paix

La joie, l’espérance, le rire

A l’entour j’en relis l’aspect

Reflet de ma vie le sourire


Partager cet article

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans Ma muse
commenter cet article

commentaires

Un mystérieux inconnu est passé un soir d'automne. 10/05/2008 00:21

Merci.
 
 
Brouillard, je ne me voyais pas...
L'inspiration était en toi!
Là, des fleurs bleues à
declamer
Pallier ce besoin de créer

Tous ces courts poèmes, tableaux
Ont entraîné mon coeur
dehors
Transformant un soir en cet or
Auquel j'ai fait un plomb écho

Mais, quand je peins ce que tu vois
A jamais la source est en tant toi
Tu es paysage et miroir
Et je suis secret du boudoir

Ils viennent de ton coeur, la paix
La joie, l'espérance le rire
A l'entour j'en copie l'aspect
Reflet de ma vie ton sourire

Stellamaris 10/05/2008 06:49


Encore un magnifique poème en écho au mien. Merci