Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 16:56

Décidemment cette flaque m'inspire ... Après le sonnet et le haïku, voici le pantoum ! Lequel préferez-vous ?




Paisible flaque après un grain laissée

Chacun te fuit et détourne ses pas

Par ta beauté mon âme caressée

Je veux chanter et louer tes appâts


Chacun te fuit et détourne ses pas

Tel te voit fade inutile et mouillée

Je veux chanter et louer tes appâts

Devant ta beauté ma voix est rouillée


Tel te voit fade inutile et mouillée

Désagréable et digne de mépris

Devant ta beauté ma voix est rouillée

Pur émerveillement tu m'as appris


Désagréable et digne de mépris

Tout juste bonne à souiller les semelles

Pur émerveillement tu m'as appris

En toi mon âme a pu voir sa jumelle


Tout juste bonne à souiller les semelles

Pour qui ne voit pas plus loin que ses pieds

En toi mon âme a pu voir sa jumelle

Petite chose ou le ciel est copié


Pour qui ne voit pas plus loin que ses pieds

Tu n'es rien qu'un peu d'eau sale par terre

Petite chose ou le ciel est copié

J'entr'aperçus en toi un pur mystère


Tu n'es rien qu'un peu d'eau sale par terre

Une gène un obstacle à contourner

J'entr'aperçus en toi un pur mystère

En toi l'univers entier retourné


Une gène, un obstacle à contourner

Y naît l'image par le vent blessée

En toi l'univers entier retourné

Paisible flaque après un grain laissée


Partager cet article

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans Eclats d'âme
commenter cet article

commentaires

Liza Peninon 19/05/2008 04:55

Très beau . Merci beaucoup pour le commentaire . Amitiés .Liza

Stellamaris 19/05/2008 07:12


Amitiés à toi, Liza


Pierre, dit "le vétilleux" 17/05/2008 21:47

Salut,Je trouve ce pantoum magnifique! Je remarque que (à mon humble avis) tu fais des progrès fulgurants, notament du point de vue de la forme. Comme je suis vétilleux, je te fais remarquer que la dernière strophe ne respecte pas les rimes sexuées (c'est pour ça qu'on dit qu'un pantoum doit toujours avoir un nombre pair de rimes)...Et comme j'ai de l'humour, je te dis que quoi que tu en penses, l'eau est mouillée!!Bisous.

Stellamaris 17/05/2008 21:54


Bisous à toi, merci de l'appréciation ... et merci de vétiller, tu m'aide à progresser !

C'est pourquoi j'ai réécrit la fin afin qu'elle respecte les rimes sexuées

Pour que ceux qui viennent après puisse suivre le dialogue, voici la fin initiale :


Pour qui ne voit pas plus loin que ses pieds


Tu n'es rien qu'un peu d'eau sale par terre


Petite chose ou le ciel est copié


J'entr'aperçus en toi un pur mystère





Tu n'es rien qu'un peu d'eau sale par terre


Une risée, et l'image est blessée


J'entr'aperçus en toi un pur mystère


Paisible flaque après un grain laissée



(2 strophes remplacées par les trois dernières strophes de la version publiée)



Ta remarque s'applique également au pantoum "Cet après-midi survint un orage", je le corrige aussi.

Voici quelle était la fin initiale :



Si vite pourtant revint le soleil,


Les gouttes semblaient vives étincelles.


Ma muse revient, bonheur sans pareil,


Rien n'est oublié, danse universelle.





Les gouttes semblaient vives étincelles


D'argent, soleil et pluie sans rage.


Rien n'est oublié, danse universelle,


Cet après-midi advint un orage.


(2 strophes remplacées par les 3 publiées)