Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 21:59
Contribution du "Chimiste qui se croyait littéraire", qu'il m'a posé avec ce commentaire :
"Je viens d'écrire un pantoum qui n'en est pas un, puisque mes décasyllabes sont très irréguliers à l'écrit. A la base, c'est plus un air, et donc il faut se laisser bercer par les sons plutôt que de compter les pieds"



Je, tu, elle, nous, vous, elles. Toujours elles… Elle…
Elle, belle hirondelle m’ensorcelle, moi.
Moi, le chapeau cramant, je m’enflamme. Elle.
Moi, crapaud charmant, je m’enfle à l’émoi.

Elle, belle hirondelle m’ensorcelle, moi.
Elle m’emmène et m’emmêle, sa ritournelle.
Moi crapaud charmant, je m’enfle à l’émoi.
Je bave à sa vue dans son regard frêle.

Elle m’emmène et m’emmêle, sa ritournelle,
Me retourne le cœur, et m’ Alzheimer
Je bave à sa vue dans son regard frêle,
Bavasse et bégaye : « Tes yeux bleus… La mer… »

Me retourne le cœur et m’Alzheimer
En ses mots et regards, elle est cruelle!
Bavasse et bégaye : « Tes yeux bleus… La mer… »
Déjà foudroient les éclairs. Mort charnelle!

En ses mots et regards, elle est cruelle
Mais si douce en ses dentelles. Désir!
Déjà foudroient les éclairs. Mort charnelle…
Ses joues poudroyées claires, un soupir.

Mais si douce en ses dentelles. Désir
Le désir d’un fou de ses jarretelles.
Ses joues poudroyées claires, un soupir.
Je, tu, elle, nous, vous, elles. Toujours elles… Elle…

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre le poétisateur - dans Textes d'êtres chers
commenter cet article

commentaires

Pierre, dit 20/05/2008 19:03

En fait, "Elle" était à prendre en premier lieu comme une métaphore de la poésie. Juste pour vous éviter des contre-sens.

Claudie 20/05/2008 09:51

Ainsi donc c'est ainsi que Pierre le Poète voit la femme !(éclat de rire) Meuh non les femmes ne sont pas toutes cruelles ni seulement objets de désir. Elles peuvent être attentives et hâvre de paix pour l'homme pour peu qu'il veuille bien laisser ses sens au repos quelques instants.J'ai été sensible à la forme.

Stellamaris 20/05/2008 12:07


Merci pour lui