Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 20:15
Image hébergée par servimg.com
Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Quelle douleur dans ce cri d'amour !Amitiés. Véro
Répondre
S

C'est vrai, j'étais mal quand j'ai écrit ce poème ... Rassure-toi, je vais beaucoup mieux maintenant ! Bises.


L
Mon Dieu, Michel, c'est tellement douloureux . Tu es quelqu'un de si généreux, tu as si grand coeur, je ne veux plus jamais que tu pleures . Je serai toujours là pour toi ... toujours ... on sera toujours là pour toi . Gros gros bisous consolateurs, même rétrospectivement mon Michel .Liza
Répondre
S

Oui, j'ai beaucoup souffert quand j'ai écrit ce poème ... Mais rassure-toi, maintenant je vais vraiment bien !

Merci beaucoup, ton amitié me touche profondément. Très grosses bises ...


M
Il est vrai que l'on n'écrit qu'avec ses tripes, ton poème est criant de vérité, amicalement
Répondre
M
Les mots offrent tant de réconfort... Et ils te servent à merveille, toi qui sait si bien les faire vivre.

Triste réalité que les mots trop souvent font ressurgir de vieilles blessures. Que ça fait mal...

Amitiés, Nad
Répondre
S

Amitiés à toi. Les mots ... Ou leur absence !


D
En corrigeant le vers 11, vous avez commis une faute, je vous laisse deviner laquelle ;-)Cordialement
Répondre
S

Vu ! "Crie sa peine et pleure", le e de "Crie" n'est pas élidé. Je vais corrige.


C
Je dois reconnaître qu'en effet le résultat est plus harmonieux sans en changer le fond.  Bravo
Répondre
S

Merci ... et un grand merci à tous ceux qui m'ont tellement appris par leur commentaires constructifs, Darius en particulier. C'est ça le projet de "Sonnets et beaux vers", s'aider mutuellement à
progresser. Tu m'encourages à en retravailler d'autres. Tout mon amitié.


E
le texte est rude et j'ai l'impression de vivre la scène... peut-être je me trompe sur la comprrèhension mais c'est douloureux ce manque à la fin prouve une certaine volonté des faits.esteluneAmicalement
Répondre
S

Je crois que tu comprends ... Merci chère amie


S
Voici la version originale du poème
Répondre
S





Six heures, tu m'appelles


Allô, passe-moi mon fils


Cinq mots même pas six


Mes tripes se rebellent






Et ces mots en poubelles


Pour hurler – c'est gratis -


Ma douleur. Car, jadis


Nos heures furent belles










Tu me fuis, je suis seul


Et mon âme en linceul


Crie et hurle sa peine


 








J'ai compris ton départ


Mais un mot de ta part


Toute affliction ramène



     



Je t'aime !



A
Dans la famille pinaillerie, je demande...Présent!1- Un pied de trop au deuxième vers2- "tu m'appelles" et "se rebellent" ne riment pas (ça je le sais : avec de l'"ent" ne rime que de l'"ent".3- Il me semble que vous vous êtes emmels les pinceaux sur l'alternance des rimes sexuées au vers 9. Cette rime aurait due être féminine, et les suivantes sont donc décalées.4- Je ne sais pas si la césure se fait à l'hémistiche pour les sisains, mais si c'est le cas, les vers 2,3 et 11 ont l'hémistiche trop loin, et les vers 4 et 8 ont leur hémistiche sur un e final (sur lequel on ne peut pas mettre l'accent)Mon avis personel sur le poème en général, a plus trait à la philosophie : beaucoup de gens, comme ici, utilisent la poésie comme exutoire, et ça ne me dérange pas, mais je suis toujours gené de lire trop profondément dans les remous d'une personne... En ce qui me concerne, si j'écrit quelque chose pour me débarasser d'une idée noire, je l'écris, puis je la brûle symboliquement comme appartenant au passé. Je ne donne à lire que des textes un peu badins et si possible plaisants, comme j'aime en lire. Tout ceci, sans vouloir vous offenser où juger, mais disons que si je devais synthétiser mon impression générale en une remarque, vous vous exposez. C'est courageux, mais ça ne ME plait pas...Merci quand même du partage.Averliche
Répondre
S

1 - Sur la forme, c'est un poème que je n'ai pas repris. Tu as tout à fait raison pour les points 1 et 2

Pour le point 3, le vers 8, "belles", est une rime féminine, il est donc normal que le vers 9, "seul", soit une rime masculine

Pour le point 4, il n'y a pas de césure dans les vers de 7 pieds et moins

Quand on avis sur le poème en général ... Je comprends tout à fait ta philosophie et je la respecte, mais je ne la partage pas. Pour moi, il n'est pas de poésie plus puissante que celle écrite avec
son sang

Toute mon amitié


R
Belles poésies et très belles images...Merci de ton passage sur l'aile sur la plume...Bien amicalement et à bientot
Répondre
S

Merci beuacoup cher ami


C
tout est dit, tout est là, sans cris, dans une grande sobriété.C'est un poème très évocateur, on te comprend, on "empathise".Dommage pour toi qu'il soit ancré dans ta réalité.
Répondre
S

Certes. Mais ce n'en est qu'un aspect, il en est aussi des merveilleux !

Toute mon amitié


L
Je l'aime bien celui-là car ii est en plein dans la réalité de la vieet j'aime écrire et lire la réalitétriste ou gaieje n'aime pas les mots alignés avec les rimes forcéesje dirais que l'on doit deviner la rime en lisant un poèmetu as trouvé ton exutoire !!nous avons trouvé notre exutoiredire que les mots peuvent réparermais ils peuvent détruire aussic'est ça la communicationamicalementLili
Répondre
S

Merci, toute mon amitié


C
J'ai cette chance de ne pas (encore – on n'est jamais sûr de rien) avoir vécu pareil drame, mais je me demande souvent comment on peut en venir à se déchirer après s'être adulé.
Je te souhaite beaucoup de courage et l'écriture doit en effet aider à supporter tout ça.
Répondre
S

Merci chère amie. Je te souhaite de tout coeur de ne jamais vivre celà, mais ne t'inquiète pas pas pour moi, ça va beaucoup mieux. Ecrire m'a fait beaucoup de bien

En fait, on a la chance d'avoir au moins évité de se déchirer, il n'y a jamais eu de méchanceté ou de mesquinerie entre nous. Juste une impossibilité de communiquer qui me fait du mal.


S
Ah oué.                                
Répondre
S

...


S
Un coup de cafard après un coup de fil hier qui a rouvert la blessure ... Mais ne vous en faites pas, ça va aller mieux, déjà d'avoir pu l'écrire ...
Répondre