Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 12:00
Encore un poème du troubadour


Son esprit est brisé, elle est morte
Et son coeur arraché. Une sorte
De rêve, quelle sotte d'y croire !
Et ce rêve sur la grêve noire
Du désespoir étendra ses serres.

"Serre-moi !" Elle crie, elle pleure,
"Achève-moi ! Elle est venue, l'heure
Pour moi, pour lui, de quitter ces terres"

Et la vie qui s'enfuit, la folie
S'empare d'elle. Tout est fini.

Son appel est entendu, la mort
S'empare d'elle. Tout est fini

Partager cet article

Repost 0
Publié par Le troubadour - dans Textes d'êtres chers
commenter cet article

commentaires

estelune 06/06/2008 22:11

c'est triste les ùmots sont forts c'est une retrospective pour moi.

Stellamaris 06/06/2008 22:25


Je transmet au Troubadour, merci pour lui


Claudie Becques (Clo) 06/06/2008 17:33

Brrrr... Quel désespoir !Une petite faute quelle sotte (pour qu'elle sotte).Je reconnais bien là une écriture d'ado. Sur mon site (avant OB) j'avais une rubrique "bouteille à la mer" ou des ados déposaient leurs écrits, et déversaient ainsi leur tristesse.Je trouve ça génial d'écrire pour évacuer tout ce noir qui ne devrait pas obscurcir notre jeunesse.Bravo au Troubadour. 

Stellamaris 06/06/2008 18:36


De sa part : merci pour le commentaire, ce poème ne raconte pas une expérience personnelle