Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

22 juin 2008 7 22 /06 /juin /2008 18:47
Image hébergée par servimg.com

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans Ma muse
commenter cet article

commentaires

Darius Hypérion 28/06/2008 14:50

Bonjour,Clément Marot était français, bien sûr, mais la forme qui porte son nom n'est pas toujours considérée comme régulière, cf. traité de Théodore de Banville.Au passage, un sonnet renversé n'est pas italien. Un sonnet italien c'est ABBA ABBA CDC DCD. Ou encore la forme de Pétrarque ABBA ABBA CDE CDE que la règle d'alternance des genres de rime ne permet pas en France.Désolé, mais sonnet ne se prononce pas avec un é aigu, mais avec un è grave, de même que sommet, secret, regret, il nait, etc... Il faut se méfier des prononciations locales (rimes normandes). Seul le dictionnaire fait foi.En corrigeant le vers 5 vous placez à la rime l'infinitif "abandonner" qui ne rime pas non plus avec les deux rimes du premier quatrain, un mot finissant par "r" ne pouvant pas rimer avec un mot terminant par une autre consonne ou une voyelle.Vers 9, vous avez un vers de 13 syllabes et un hiatus "tu apprivoises".Vers 11 hiatus "tu es".Pas facile, je l'admets. Mais patience et longueur de temps... etc.Et vous avez beaucoup de patience !Cordialement

Stellamaris 28/06/2008 15:13


vers 5, je sais, mais j'avais déjà le problème avec "sonnet", donc, ça m'a paru moins grave que de laisser le hiatus.

Je reste extrêmement surpris par la prononciation de "sonnet", et j'en prends bonne note ! Mais pour le présent poème, il est incorrigeable...

Vers neuf, je n'avais pas entendu le "s" de "tu apprivoiseS" ! Je corrige ce tercet immédiatement. Voici donc à l'intentin des lecteurs la version erronée :


Mais quand tu apprivoises et qu'enfin tu maîtrises
Ce corpus rigoureux, plus besoin d'analyses
Le vers est fluidifié, tu es sûr du succès



PS : Me rendrais-tu le service de commenter "Sculpture" avec la même rigueur ? Ca me ferait très plaisir.


Darius Hypérion 28/06/2008 00:09

Bonsoir,Jolie idée de mélanger les formes.Néanmoins, puisque vous chantez le "jardin français", vous auriez pu faire un sonnet français, non un marotique.Autres erreurs :- vers 1 hiatus "voici un"- vers 3 hérésiE- vers 5 11 syllabes- vers 5 hiatus "j'ai abandonné"- vers 11 hiatus "fluidifié on"- vers 8 et 12 répétition de "sonnet"- vers 14 inversionPonctuation : la plupart du temps, on ne met pas de virgule devant un "et" (vers 5).Ordonné/pardonné/abandonné ne riment pas avec sonnet. Sonnet se prononce "sön-nè", avec un è grave, les autres mots avec un é aigu. De plus "sonnet" se terminant par un t, vous ne pouvez le faire rimer avec des mots finissant par une voyelle (règle de concordance des consonnes finales, voir traité de Sorgel).Vous faites encore des inversions ! (vers 14)Pensez à Maître Ioda dans Starwars."Inversions ne plus faire vous devez".Ou (bien mieux) au Bourgeois gentilhomme de Molière."Me font vos yeux beaux mourir, belle Marquise, d'amour".La meilleure façon de s'exprimer est encore de dire "Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir d'amour".Voici un lien vers cette célèbre scène http://ariffart.club.fr/oupropo/oupropo05.htmlEnfin, comme je vous l'ai dit dans mon autre commentaire, vos alexandrins sont encore trop marqués à la césure. Ce sont quasi deux hexasyllabes bout-à-bout. Un alexandrin c'est douze syllabes, non deux fois 6, nuance de taille !Cordialement

Stellamaris 28/06/2008 08:00


Je prendrais bien entendu le temps d'étudier ces remarques constructives dont je te remercie. Juste deux points "à chaud" :

Pour moi, le sonnet marotique est aussi français que le sonnet français ... Clément marot n'était-il pas français ? Mais c'est vrai que, rien que pour le nom de la forme, j'aurais pu choisir
un sonnet français ...

Et j'ai toujours prononcé "Sonné". Peut-être est-ce du à mes origines provençales ?

Toutes mes amitiés et encore merci de toujours me pousser à avancer !

J'y reviens. Et pourtant je l'avais relu ! je ne dois pas avoir intériorisé ces règles autant que je le pensais, j'ai encore des progrès à faire ...

J'ai corrigé les hiatus et élisions manquantes. Par contre, je n'ai pas corrigé la rime avec "sonnet" en raison de la manière dont je la prononce et parceque c'est le coeur du sonnet, et du coup je
n'ai pas pu respecter la règle de la lettre finale concordante, qui m'a de toute façon toujours semblé moins importante, la rime étant d'abord faite pour l'oreille

Je place ici la version initiale du sonnet pour permettre au lecteur de se faire une idée

Quand à l'inversion, il est exact que j'en ai abusé pour un résultat peu heureux, mais employée à bon escient, elle peut dans certains cas renforcer un propos. C'est ainsi que je l'ai utilisée
ici.

Cordialement, encore merci de toujours me pousser à progresser !


Mais voici un espace où tout est ordonné
Les quatrains sont devant, les tercets sont derrière
Une élision qui manque, hérésie familière ?
Pourtant au débutant ce n'est pas pardonné !


« Mais c'est bien trop dur, et j'ai abandonné ! »
Ainsi beaucoup ont fui sa rigueur outrancière
Je me suis accroché car j'ai la plume fière
Je voulais à tout prix réussir un sonnet


Mais quand on apprivoise et qu'enfin l'on maîtrise
Ce corpus rigoureux, sans qu'on ne l'analyse
Le vers est fluidifié, on est sûr du succès


Qui dira la beauté d'un sonnet de Verlaine ?
Baudelaire ou Ronsard arpentent cette plaine
Car prodigue en chefs d'oeuvre est ce jardin français.



thescientist 25/06/2008 20:59

Eh bien dis-moi, tant de douceur, tant de légèreté dans tes mots. Du talent indéniablement. Bravo pour ce joli blog.

Stellamaris 25/06/2008 21:01


Merci beaucoup cher ami !


Casse-bonbec 24/06/2008 18:31

j'adore me promener dans ton parc. Il est très beau.  

Stellamaris 24/06/2008 18:39


Merci beaucoup chère amie


Babou* 24/06/2008 15:28

Que j'aime me promener dans ton grand parc...Moi je dirais que chez moi c'est plutôt jardin anglais, je ne respecte aucune règle. Pourtant mon grand père écrivit un sonnet inachevé qui avait eu le premier prix des sonnets. Tiens d'ailleurs il me vient une idée et je vais de ce pas retourner chez moi créer une catégorie qui lui sera destiné. Le pauvre aurait surement aimé savoir qu'un jour sur le net ses poèmes seraient publiés. Superbe idée qui jaillit de ton poème.Je suis toujours aussi ravie de me promener chez toi.A bientôt doncBabou*

Stellamaris 24/06/2008 18:28


A bientôt, merci de ta visite.


Jaqlin 23/06/2008 23:10

Je ne sais, de la balade ou de la ballade celle que je préfère!Carré nippon, jardin anglais, jardin français ou italien..., chacun a son charme et si le guide s'exprime en quatrains ou même en refrains- seraient-ils sans rimes ni raison- quelle belle excursion!

Stellamaris 23/06/2008 23:13


Merci beaucoup chère amie ! Bonne visite !


clo 23/06/2008 19:59

J'ai beaucoup aimé cette ballade dans le parc de tes maux, et c'est décidément le jardin anglais qui a ma préférence.Amicalement. CloPS : Petites coquilles : 2 où sans accent et on esT.

Stellamaris 23/06/2008 20:04


Le jardin anglais, c'est celui ou j'ai le plus de mal à cueillir les mots; tu me connais ...

Toute mon amitié.

Je cherche les coquilles, merci


Michel 23/06/2008 07:53

Excellent parc de la poésie universelle sous toutes ses formes elle rejoint la musique présente sur totue la terre ..........Amitiés ..Mimi.

Stellamaris 23/06/2008 07:54


Mes amitiés à toi aussi, merci.