Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

26 juin 2008 4 26 /06 /juin /2008 20:34
Pour illustrer ce poème, une photo que j'ai trouvé sur le très beau blog de sculptures de Gérard Queheillalt

Image hébergée par servimg.com

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans Eclats d'âme
commenter cet article

commentaires

Babou* 29/06/2008 18:05

Ton poème me touche... j'ai connu un grand sculpteur (meilleur ami de mon papa avec qui il avait fait les beaux arts) et je dois dire que je restais des heures dans l'atelier fascinée que d'un bout de bois tout à fait ordinaire, ou d'un morceau de roche il arrive à extraire ces magnifiques corps de femmes... Pour lui c'était une respiration... de l'essence qu'il avait entre ses doigts... qui jaillisait.Merci ami poète de ce moment de lectureBabou*

Stellamaris 29/06/2008 18:56


Merci à toi chère amie


Sévy 28/06/2008 23:20

Amsant

Stellamaris 29/06/2008 08:44


Merci


Darius Hypérion 28/06/2008 16:52

Bonjour (3ème fois aujourd'hui !)Comme vous me l'avez demandé, voici ce que je relève sur ce sonnet renversé, dont le sujet est au demeurant original et bien traité.vers 2 dommage l'intervention du "je le crois". Il faut savoir de temps en temps écrire des poèmes sans implication de l'auteur.D'autant plus qu'ici c'est clairement une cheville, placée pour gagner 3 syllabes.vers 2, virgule inutile en fin de versvers 5 et 13 répétition du verbe savoirvers 7 la tournure de phrase avec l'inclusion "il pressent seulement" dans "il ne voit (pas encore) ce qu'il pourra trouver" est très bizarre. En tout état de cause, il manque une virgule fin de vers 7 et une négation.Vous pourriez mettre "Au début il ignore, il pressent seulement,Ce qu'il pourra trouver..."vers 13 virgule en fin de versvers 13 et 14 dommage que les deux derniers vers soient si marqués à la césurevers 14 je vous ai déjà fait remarquer que beaucoup de vos vers de chute sont coupés en deux par une virgule. N'oubliez pas que le dernier vers d'un sonnet (irrégulier ou non) est le plus important. Il devrait être quasi indépendant du reste, comme s'il pouvait être employé seul (propos à nuancer, mais à méditer). A force de couper en deux vos chutes, je finis par avoir l'impression que vous avez du mal à finir vos poèmes, terminant par une cheville géante de six syllabes.Même si ce n'est pas le cas ici, la répétition du procédé de poème en poème est assez louche.Je pense savoir pourquoi vos alexandrins ont des césures si fortes : vous faites des pharses à rallonge :Un murmure s'élève, appelle son amant vers 10.Il sait les reconnaitre, aperçoit ses appas vers 13il doit le réveiller, l'extirper de la mort. vers 4vous placez deux verbes pour le même sujet ou exprimez deux idées dans le même complément d'objet.Si le procédé est intéressant, en l'utilisant trop on casse le vers et l'on obtient des hexasyllabes.De plus la multiplication de ce procédé indique une façon de concevoir le vers d'hémistiche en hémistiche, comme si la deuxième partie de votre vers était une cheville pour obtenir l'alexandrin.Ce n'est qu'une piste à vérifier sur vos autres poèmes.Mis à part tout ce qui précèdevers 1 : l'impératif imagine, c'est bien de prendre à parti le lecteur de temps en temps. Cela prouve que vous vous souciez de ceux qui vous lisent. Remarquez qu'avec le "je le crois" du vers 2 vous établissez une espèce de confidence entre vous et nous. Finalement, ce n'est pas si mal.Essayez quand même de temps à autre de vous débarasser du "je" Vous avez mieux utilisé la ponctuation dans ce sonnet. Comme au vers 4,
ou au vers 7 (elles servent de parenthèses dans les deux cas, ce qui
est bon, mais encore une fois, ne pas abuser) pas d'hiatus ou d'élision incorrectepas d'inversion, du moins rien de choquantPar rapport aux deux autres sonnets visités précédemment, ici il y a un net progrès.Est-ce la forme renversée ? ;-)Cordialement

Stellamaris 28/06/2008 19:17


Merci beaucoup cher ami de cette étude approfondie. Vous avez toute ma grattitude.


Casse-bonbec 27/06/2008 22:09

J'aime ton poème et j'admire les sculpteurs et les tailleurs de pierre.Tu leur rends bien hommage.  

Stellamaris 27/06/2008 22:13


Merci


scoobydu41 27/06/2008 14:39

il doit avoir une idée précise de ce qu'il va faire contrairement à moi qui laisse les mots venir. A+

Stellamaris 27/06/2008 19:38


Justement, pas trop, si tu lis bien le texte il se laisse guider par le chant de la pierre ! Toute mon amitié.


Clo 27/06/2008 10:38

L'image et les mots sont une réussite totale. Bravo ! Amicalement. Clo

Stellamaris 27/06/2008 12:32


Merci à toi, toute mon amitié aussi


Lepolsk MATUSZEWSKI 27/06/2008 10:25

Je confirme...:) grand sculpteur !! bien à vous Lepolsk APC,P

Stellamaris 27/06/2008 12:31


%erci


colette 27/06/2008 09:44

Je ne suis pas très adepte ( en fait je ne le suis plus ) des formes poétiques classiques mais ce sonnet inversé est en effet très réussiBien sûr les pierres, les roches et tant de choses encore ont cette âme que l'artiste essaie "d'extirper"

Stellamaris 27/06/2008 12:31


Merci à toi chère amie


domi 27/06/2008 08:30

alors là je crie au génie ! l'âme de la roche, c'est trop extraordinaire........... MERCI...............

Stellamaris 27/06/2008 12:31


C'est trop ... Merci, je suis touché


katherine 27/06/2008 01:32

C'est l'appel de la matière, tout simplement.Que ce soit en toutes choses il y a toujours une matièreet une manière d'explorer.Il est parfait ton poème.Amitiés

Stellamaris 27/06/2008 06:43


Merci


Jaqlin 27/06/2008 00:41

Décidémént, tous ces poèmes sont richesd'enseignements... J'ai mis à profit tes conseils sur Absence.. Encore merci.

Stellamaris 27/06/2008 06:43


De rien chère amie !