Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 20:25
Je suis heureux de vous présenter ce haïku qui m'a été proposé par "La Dame Mauve"

Image hébergée par servimg.com

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans Textes d'êtres chers
commenter cet article

commentaires

viveuse 22/08/2008 17:13

allez, je me lance, tant pis si la question est stupide... mais qu'est ce qu'un haïku ?

Stellamaris 22/08/2008 17:26


Aucune question n'est stupide, si par contre beaucoup de réponses le sont ... Je prends donc beaucoup plus de risques que toi !

Le haïku est une forme poétique d'origine japonaise. Au japon, il répond à des contraintes strictes, tant sur la forme que sur la fond :

Sur la forme :

3 vers de 5, 7 et 5 caractères (en japonnais un caractère = 1 syllabe), sans rimes

Il doit impérativement contenir un kigo (mot faisant référence à une saison

Les trois vers doivent être autant que possible indépendants grammaticalement les uns des autres.

Sur le fond

Un haïku doit être purement descriptif (aucune comparaison ni métaphore n'est permise), et susciter chez le lecteur les émotions du poète par la seule force de cette description, mais sans
jamais les décrire explicitement

A noter une forme dérivée du haïku mais beaucoup plus libres : le senryu : 17 syllabes réparties de manière libre sur 2 à 4 vers, sans rimes; pas de kigo, il peut parler des gens, des émotions
; il est souvent utilisé de manière satyrique, voire parfois paillarde.

Il faut savoir que, pour un poète japonnais, une syllabe qui manque est un péché véniel, une syllabe en trop une faute impardonnable.

Ces formes poétiques ont inspiré beaucoup de poètes occidentaux (j'en fais partie). Dans la transposition au français des règles japonnaise, tous ont gardé le coeur, c'est à dire l'extrême
concision, et l'aspect "image flash". Pour le reste, les écoles divergent.

Amicalement.



La Dame Mauve 22/08/2008 13:53

Merci beaucoup d'avoir mis mon haicu en valeur. C'est superbe! Bonne journée. Bises. Violette

Stellamaris 22/08/2008 16:26


Bonne journée à toi ! Merci de me l'avoir proposé à la publication.