Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 23:06

Encore une transposition en français d'un poème d'Edgar Allan Poe, illustrée par un tableau de William Turner...

À une habitante du Paradis / / N’étiez-vous tout pour moi, vous, Amour, / Vous pour qui se languissait mon âme ? / Une île verte en la mer, Amour, / Une fontaine, un lieu saint, ô Dame, / Couronné de fruits, et de fleurs lourd, / Et toutes ces fleurs m’étaient cinname. / / Ah, rêve trop brillant pour durer ! / Espoir étoilé, qui ne se lève / Que pour mieux à la fin s’effondrer ! / Un pleur venu du futur s’élève / « Oh ! Va ! », tandis que sur le passé / (Sombre golfe !) Mon esprit divague / Paralysé, muet, terrassé ! / / Car, hélas, hélas ! Ne luira plus / De la vie en mon cœur la lumière ! / Jamais plus – jamais plus – jamais plus – / (La mer, semblable harangue amère / Sert sans cesse au sable en son reflux !) / L’arbre foudroyé de fleurs n’espère ; / L’aigle atterré ne volera plus. / / Et mes jours ne sont plus que des transes ; / Toujours, dans mes rêves solennels / Me poursuivent tes regards intenses ; / Et là tes pas brillent, irréels, / En ornant de séraphiques danses / Les courants des fleuves éternels / / Stellamaris / /D’après / / To one in Paradise / / Thou wast all to me, love, / For which my soul did pine– / A green isle in the sea, love, / A fountain and a shrine, / All wreathed with fairy fruits and flowers, / And all the flowers where mine. / / Ah, dream too bright to last! / Ah, starry hope! That didst arise / But to overcast! / A voice from out the Future cries, / “Oh! on!”– but o’er the Past / (Dim gulf!) My spirit hovering lies / Mute, motionless, aghast! / / For, alas! alas! with me / The light of Life is o’er! / No more– no more– no more– / (Such language holds the solemn sea / To the sands upon the shore) / Shall bloom the thunder-blasted tree / Or the stricken eagle soar! / / And all my days are trances, / And all my mighty dreams / Are where thy dark eyes glances / And where thy footsteps gleams– / In what ethereal dances, / But what eternal streams / / Edgar Allan Poe

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Valentine :0056: 20/05/2014 18:29


:0070: Toujours aussi admirative, Stell ; vraiment ces traductions devraient te valoir une notoriété justifiée !

Stellamaris 20/05/2014 18:59



Merci infiniment, Valentine ! Bises !



annie 20/05/2014 12:28


Bonjour et mes bravos Stell pour cette traduction en un poème bien rythmé et pour cette tristesse que l'on ressent parfaitement.


Bises.

Stellamaris 20/05/2014 13:03



Merci infiniment, Annie ! Bises !