Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 15:06

Comment croire aux amours ? / / Comment croire aux amours quand les siennes sont mortes ? / Quand, d’avoir tout donné, le cœur sec et vidé, / Tremblant devant la femme est, las, barricadé / Et craint de se lancer, tant ses terreurs sont fortes, / / Dans une autre aventure ; il referme les portes / Dès que l’une s’entrouvre ! En ayant éludé / Son amertume, il s’est pourtant persuadé / Qu’il a vaincu, de ce passé fou, les cohortes ! / / Mais qu’advienne un mariage et qu’un couple nouveau / Nage dans le bonheur, comment y croire encore ? / L’esprit se réjouit et veut crier « Bravo ! » / / Mais la gorge se serre et la peur édulcore / La joie : Hélas ! Une autre alliance au caveau ? / Si nombreux sont les maux que relâcha Pandore ! / / Stellamaris

(Illustration : Gravure du XIXème siècle)

(Sonnet pétrarquien)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans Amours douloureuses
commenter cet article

commentaires

rosinda59 15/06/2013 19:46


ce texte m'a particulièrement touché. Je crois qu'il n'y a pas d'amour éternel, mais des instants d'amour intenses que l'on voudrait voir se prolongé, mais les habitudes, le nous, deviens
souvent, le je... Et l'un disparait au profit de l'autre. Même sans rupture, il y a des marques indélébiles dans le coeur mais sans amour je ne peux vivre.


J'ai besoin d'y croire et même si je me raconte des histoires, peu importe si cela m'apporte le bonheur...


A bientôt peut être sur mon blog


régine

Stellamaris 16/06/2013 09:37



Merci de tout coeur, Régine. Bises !



Reinette 10/11/2012 10:52


faut pourtant encore y croire.


comment vivre sans amour


beau sonnet

Stellamaris 10/11/2012 10:55



Merci Reinette, bises !



Mona 18/09/2012 09:57


Mélancolique mais vrai! Encore que.... lorsque tu ressens de l'amour il prend beaucoup de place et décide pour toi, non? mais bien sûr il peut s' affadir , disparaitre ou se renforcer on ne peut
le prévoir à l'avance alors on prend, saisit le moment.... Hélène aussi écrit comme elle respire! bises à toi et à elle aussi

Stellamaris 18/09/2012 12:28


Merci de tout coeur, Mona, pour ton commentaire qui me touche ! Bises !


Lenaïg 16/09/2012 23:19


Comment donner de l'assurance


à l'homme qui est en souffrance ?


Il rêve d'un nouveau foyer,


qui serait bâti pour durer.


C'est à cette idée qu'il s'accroche


même quand le bonheur est proche.


Peur de l'échec, de se tromper ?


Il ne lui faut plus y penser.


Qu'il garde en sourdine le doute


mais soit alerte et à l'écoute.


Avec ce qui vient, composer,


les choses vont se décanter.


 


Bonsoir Stellamaris, je suis confuse de mon audace, j'ai osé méditer sur ton magnifique poème et voici les mots qui, à moi, se sont présentés.


La peur d'un deuxième échec est certainement très paralysante, mais se priver de moments partagés intenses parce qu'on ne sait s'ils vont durer cela me parait dommage aussi. Personne ne sait
jamais, l'autre non plus, si une relation s'inscrira dans la durée.


Mais le poète est là, que le cygne attend, très exigeant et qui sait qu'aux douleurs succèdent les joies et ainsi de suite et que les souvenirs sublimés n'en sont que plus riches et à chérir.


Bises.





 


 


 


 

Stellamaris 16/09/2012 23:32



Merci infiniment pour ton commentaire ... Et pour ton poème, Lenaïg ! Bises !



Valentine :0056: 16/09/2012 21:10


C'est bien triste, mais bien vrai également... Et le sonnet est parfait ! Bravo, Stellamaris.

Stellamaris 16/09/2012 21:24



Merci Valentine ! Bises !