Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 22:27
 Compères et commères / / C’est midi, compères et commères / Vont déjeuner, en papotant : / Des rumeurs, bien acides, amères / À partager, l’on est content ! / Dénigrer son chacun, sa chacune / Est un régal délicieux / Et chacun fait reluire ses plumes / Pour peu qu’il soit ambitieux ! / Papoti, papota, l’on roucoule / A qui mieux-mieux, et pour le coup, / Si l’on voit la victime qui coule, / Cachant son bec au creux du cou, / L’on ricane, exultant de plus belle ; / Ce sentiment, qu’il est troublant ! / L’on se gonfle tant qu’on dresse l’aile / Comme Victoire, en marbre blanc ! / Et, pareil à la pierre polie, / L’on se croit beau ! Mais, dans le cœur / L’on sait bien que ce n’est que folie ! / Car c’est du fiel, cette liqueur, / Elle creuse, et détruit, ronge l’âme, / Ne restera, bientôt, qu’ennui ; / Et qui donc peut survivre à sa lame ? / Sombre et sans lune est cette nuit ! / / Stellamaris
Partager cet article
Repost0

commentaires

J


Eh oui, on les entend tes papotages et commérages, chez les pigeons, sans conséquence....



Répondre
S


S'il pouvait en être ainsi chez les hommes ... Merci Jakline ! Bises.



D


Bonsoir Stell, je passe te souhaiter de Joyeuses Pâques en espérant que le temps sera de la partie, mais j'en doute car le ciel de ce soir n'annonce rien de bien bon pour la journée de demain.
Bises. Danielle



Répondre
S


Joyeuses Pâques à toi aussi, Danielle ! Bises.



U


Oh c'est tout à fait ça! J'adore toute la première partie où les sonorités et le rythme clapotent comme comères à leur ouvrage!


Bises cher poète!



Répondre
S


Merci de tout coeur, Ut, bonne soirée et joyeuses Pâques ! Bises.



M


Très sympa ce blog...



Répondre
S


Merci Marc, bienvenue sur mes pages ! Toute mon amitié.



A


Une rime parfaite ; une plume très fine; une encre spirituelle : tout participe ici au plaisir de la lecture, à l'émotion et à la réflexion.


J'avais pris un grand (abyssal!) retard, lequel j'ai comblé avec bonheur. Merci à toi, Stellamaris.



Répondre
S


Merci à toi, Alice ! Bises.



S


Quelle surprenante tournure de mots.


Finalement...chez soi...comme on est bien même si parfois...on est un peu seul.


Mais, dit-on ...il vaut mieux être seul que mal accompagné.


Un plaisir à lire malgré les faits réels.



Répondre
S


Merci de tout coeur, Sarang ! Bises.



D


Bonsoir Stell, j'aime beaucoup ton poème qu'on lit avec beaucoup de plaisir, mais je ne peux m'empêcher de penser : est-ce vraiment aux pigeons qu'il s'adresse ? Il conviendrait très bien à une
certaine catégorie d'humains qui correspondent parfaitement  à tes mots :"Des rumeurs bien acides, amères à partager. Dénigrer est un régal délicieux ..." Des commérages que certains
colportent avec un plaisir évident, des rumeurs perfides, sournoises. C'est plus fréquent qu'on ne le croit. Pardonne moi, gentil poète, si mon esprit est soupçonneux. Bises. Danielle



Répondre
S


Est-ce vraiment à des pigeons qu'il s'adresse ... Excellente question, fine mouche ! Bises.



F






Répondre
S


Merci Fathia ! Bises.



V


Oh ! Pauvres pigeons ! Mais tu les décris remarquablement bien.



Répondre
S


Est-ce vraiment les pigeons que je décris ? Bises.



M

Plaisir de lire et méditation, le tout en un ! Beau, bravo !


Répondre
S


Merci Marlou ! Bises.