Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

1 août 2013 4 01 /08 /août /2013 17:05

Toujours en préparation du jeu de rôles de samedi, après les personnages d'Alwenna (la jeune fille qui se réfugie dans le rêve) et de Héléna, voici celui de Kristen, le frère d'Alwenna.

L'illustration, un tableau signé PAPY (TSF), fait partie de cette exposition du Plateau des Capucins qui m'a tant impressionnée

Cris de Kristen / / Mort et malheur de tout temps m’environnent / Car sous les coups périt mon frère aîné ; / Drogue et cancer dedans nos murs moissonnent ; / Si tu meurs, sœur, pourquoi donc suis-je né ? / / Qu’est-ce que rire ? À qui fut donc donné / Ce beau cadeau ? Jamais ici ne sonnent / Ces sons joyeux ! Pourquoi ? Suis-je damné ? / Mort et malheur de tout temps m’environnent. / / Devant Papa qui d’alcool déraisonne, / Depuis petit j’ai toujours frissonné ; / J’avais raison, et point je ne pardonne, / Car sous les coups périt mon frère aîné. / / La maladie a fauché mon puîné ; / Les mots doux du dealer d’amour résonnent ; / Azilis, c’est un mac qui t’est donné ! / Drogue et cancer dedans nos murs moissonnent. / / Dans ton sommeil, les cloches carillonnent / Dans un pays de joie illuminé ; / Et tu nous fuis, tes forces t’abandonnent… / Si tu meurs, sœur, pourquoi donc suis-je né ? / / Est-ce l'Eden ? Car, j'en suis étonné, / Des signes noirs en mon songe bourdonnent ; / Tu crois revivre ; hélas, halluciné, / Je vois que là, voraces, nous espionnent / Mort et malheur. / / Stellamaris

(Rondeau parfait)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans Jeu de rôles
commenter cet article

commentaires

Lenaïg 03/08/2013 13:25


  On joue donc avec des dés spéciaux, qu'on lance ? Merci pour les explications, pourtant je n'ai pas bien
compris. Quoi qu'il en soit, belle séance ce soir, Stellamaris, on compte sur toi pour nous en conter un brin, ensuite ! Bises !

Stellamaris 03/08/2013 13:48



Oui, en effet, on raconte l'histoire en se disant ce que font nos personnages, mais à chaque fois qu'il y a une action incertaine ou risquée, un jet de dés permet d'en définit l'issue... Bises,
Lenaïg !



annie 03/08/2013 10:15


Bonjour et MERCI Michel pour avoir si bien développé les règles de ce jeu que je ne connaissais que de nom. Il est vrai que lire le livre de Lovecraft permettrait de mieux ensuite te
suivre dans tes superbes écrits ... Que tu sois le Maître de Jeu va certainement permettre de rendre ces soirées fort agréables et je te sens impatient!


Merci encore et affaire à suivre si je le comprends bien!


Bon week-end et bisous.


 

Stellamaris 03/08/2013 10:51



Merci à toi Annie, bises !



annie 02/08/2013 21:18


Bonsoir Stell.


Toujours bravo si j'ose dire à vous deux, les amis!


Je me demande si ces jeux de rôles sont lus ou présentés comme un pièce théâtrale Stell?


C'est impressionnant en tout cas !


Alors je te souhaite beaucoup de plaisir demain!


Bisous.

Stellamaris 03/08/2013 07:36



Bonjour Annie, et merci !


 


Un jeu de rôle est un jeu où l'on se raconte une histoire à plusieurs, les joueurs (sauf un, qui s'appelle le Maître de Jeu) se mettant dans la peau des personnages. C'est donc de
l'improvisation, avec un peu de préparation de la part du MJ.


 


Pour un jeu de rôles moyen, on a un maître de jeu, et 3 à 6 joueurs. Les joueurs commencent par définir leur personnage - qui ils sont, quelle est leur histoire avant le début de la partie,
qu'est-ce qu'ils savent faire... ; le maître de jeu raconte la trame de l'histoire, plante le monde, décrit le décor, joue le rôle de tous les personnages de l'histoire qui ne sont pas autour de
la table... et laisse les joueurs agir et réagir, comme ils l'entendent ; ce qui peut emmener l'histoire dans une direction à laquelle il n'avait absolument pas pensé au départ, d'ailleurs



 


La plupart du temps, le maître de jeu a, pour l'aider dans la construction de son histoire, un livre qui décrit le monde - très souvent issu d'un univers romanesque, d'ailleurs - et qui donne les
règles qui permettent de résoudre les solutions de conflits - généralement les combats - et plus généralement de donner une issue à toutes les actions dont la réussite incertaine. Par exemple, si
l'on estime qu'un personnage à 7 chances sur 10 de réussir une action, on lui fait lancer un jet à dix faces, et il réussit son action s'il fait sept ou moins. Il n'est guère de monde imaginaire
ou d'univers romanesque dans lequel on ne puisse jouer aux jeux de rôles, ensuite, à chacun de choisir en fonction de ses goûts ! 


 


Quand au joueur, il a une feuille de personnage, où sont notées toutes les caractéristiques chiffrées de son personnage (force, intelligence, compétence pour telle ou telle activité...) qui
influent sur son lancer de dés. 


 


Dans la partie que je suis en train de préparer, et où je serai le Maître de Jeu, (et qui durera je pense entre quatre et huit soirées) la situation de départ est la suivante : Il n'y a ici que
deux personnages joueurs, Kristen - un jeune de 26 ans, issu d'une famille qui a connu malheurs sur malheurs, comme le raconte ce poème - et Héléna, la jeune fille paraplégique sur laquelle j'ai
écrit avant-hier. La petite soeur de Kristen et meilleure amie de Héléna, Alwenna, a disparu depuis trois mois ; mais Kristen vient de faire des rêves inquiétants à son sujet, et la partie
commencera au moment où ils la retrouvent, à l'hôpital, dans le comma, avec dans son journal intime le poème "complainte d'Alwenna" que j'ai posté lundi. Comme elle n'est quasiment plus de ce
monde, pour la sauver, ils devront aller la chercher dans le monde des rêves... Et c'est d'autant plus urgent qu'il y a une entité de cauchemar qui veut se servir d'elle comme d'un pont pour
envahir notre monde ! 


 


Comme Alwenna, ils commenceront par faire des rêves féeriques, où tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté... Mais elle n'est plus là. Ils ne la trouveront que dans une contrée bien
plus étrange et dangereuse, où les rêves que l'on fait sont un miroir qui vous place en face de soi-même, dans les aspects les plus sombres de sa personnalité, et dans ses échecs et ses peurs les
plus intimes... Parviendront-ils à se vaincre eux-mêmes ? Ce n'est qu'à ce prix qu'ils pourront sauver leur amie, leur soeur... Et leur ville, de l'invasion de cet être de cauchemar ! 


 


Pour cette partie, mon inspiration littéraire principale est composée de deux nouvelles de Lovecraft, "Le bateau blanc" et "La quête onirique de Kadath l'inconnue". - Pour moi, elles sont toutes
les deux excellentes et la deuxième est LE chef d'oeuvre de Lovecraft. - Si tu les lis, tu auras une assez bonne idée des épreuves que les personnages devront traverser dans cette quête ! 


 


C'est un jeu génial par sa capacité à développer l'imaginaire !


 


Bises, Annie !



Lenaïg 02/08/2013 10:21


  Bonjour Stellamaris, Oh, ce Cri de Papy me paraît encore plus impressionnant que celui, très célèbre, de Munch ...


C'est celui d'un homme âgé mais sa puissance et sa portée en font l'illustration qu'il faut pour le désespoir de Kristen ...


 


Kristen souffre, pleure et crie ...


A pleins poumons, à grand bruit,


Son désespoir s'épanouit


Pour mieux retrouver la vie !


 


Malheur à son apogée,


Cela ne peut plus durer,


La révolte est engagée,


Sa soeur il va retrouver !


 


Un magnifique cri, ton poème et la lucidité dont fait preuve Kristen souligne sa force, même s'il n'en est pas certain, en plein désespoir. Tu lui fais faire le point sur toutes les calamités
traversées, on se dit que le fait qu'il ait survécu est bon signe, il est prêt à être le héros ! Bises !

Stellamaris 02/08/2013 12:21



Merci de tout coeur pour ton commentaire si juste et ton magnifique rebond, Lenaïg ! Bises !



flipperine 01/08/2013 23:49


vraiment c'est une vie bien malheureuse que tu vis espérons qu'un jour la chance te sourit que la roue tourne du bon côté

Stellamaris 01/08/2013 23:59



Rassure-toi, Flipperine, ce n'est pas ma vie, ces trois derniers poèmes sont des pures fictions, ce sont des personnages imaginaires dans le cadre d'un jeu de rôles ! Bises !