Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 12:03

En hommage à H.P. Lovecraft, ce poème est inspiré de la nouvelle que je considère comme son chef d'oeuvre, "La quête onirique de Kadath l'inconnue". Cette nouvelle raconte le voyage du narrateur jusqu'à la cité des dieux, Kadath l'inconnue, située au sommet de la plus haute montagne des Contrées du Rêve.  L'illustration est la pochette d'un CD du groupe Silentium, "Return to Kadath", disponible ici

Kadath l’inconnue / / Vide est Kadath la noire où vécurent les dieux, / Inconnus ses remparts presque incommensurables ; / Les plus fous des humains, se sentant misérables / De ne l’avoir connue, et défiant les cieux, / Ont affronté ses cauchemars abominables / Pour en périr… Puissants sont les gardiens des lieux… / Vide est Kadath ! / / Moi seul ai pu l’atteindre… Ô, spectacle odieux, / C’est le chaos rampant des éons innommables / Qui dit, en se moquant des souverains minables / Qui vécurent ici : « Vois : Ils ont fuit, les vieux ! » / Vide est Kadath ! / / Stellamaris

(Rondinet)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans D'après Lovecraft
commenter cet article

commentaires

Valentine :0056: 11/07/2013 18:55


Fantastique hugolien...

Stellamaris 11/07/2013 19:26



Lovecraftien, plutôt ! Bises !



annie 07/07/2013 09:58


Bonjour Stell.


Oh je crois que je me suis encore mal exprimée!


Je veux dire que tes goûts te portent vers tout ce qui a trait au mystère, à l'onirique, au monde de l'extraordinaire...


J'avais bien compris que ceci n'a rien de breton!!!


Je te souhaite un bon dimanche.


Bisous.

Stellamaris 07/07/2013 10:52



Aucu problème, Annie, et c'eest vrai que je suis profondément attiré par les mondes imaginaires ! Bises !



marlou 07/07/2013 09:48


Superbe ressenti ! Merci pour le partage.


Bises

Stellamaris 07/07/2013 09:51



Merci Marlou ! Bises !



annie 06/07/2013 20:25


Bonsoir Stell.


Un rondelet que je reviens lire ici où je retrouve ce goût pour les mystères que tu as le don de mettre en forme de ta belle écriture...


Ah les légendes du pays breton sont bien faites pour ton âme qui tient du celte décidément!


Je te souhaite avec mes félicitations une bonne soirée... (Et sans cauchemars!!!)


Bisous.


 

Stellamaris 07/07/2013 05:33



Merci de tout coeur, Annie ! Par contre, cette légende n'est ni bretonne ni celte, mais purement Lovecraftienne ! Bises !



Lenaïg 06/07/2013 16:10


  Bises, Stellamaris.

Stellamaris 06/07/2013 16:22







Lenaïg 06/07/2013 14:33


  Voici un rondinet qui fort effraie ! Je ne connais Lovecraft que de nom et je suis trop peureuse pour m'aventurer
dans ses contrées ... Grâce à toi, j'en sais plus long tout en restant à l'orée ! Merci pour la pochette aussi et tes indications.


 


Kadath est vide et tu as vu !


Mais qui es-tu, quels sortilèges


T'ont permis de vaincre les pièges


Et d'y entrer, sans qu'on l'ait su ?


 


Les éons sont, mais ne sont rien,


Leurs voix hantent la nuit déserte.


Mais qui veut de l'humain la perte,


Qui sont donc ces affreux gardiens ?


 

Stellamaris 06/07/2013 14:41



Merci de tout coeur pour ton commentaire, Lenaïg ! Et merci pour ce poème en rebond, je l'aime énormément ! Bises !



bosquet sarah 06/07/2013 13:32


Votre poésie est intarissable ! Et belle !

Stellamaris 06/07/2013 13:45



Merci Sarah ! Bises !