Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 21:18

L'Être et le Néant 19 - L'Être ( Suite ) / / Où donc en étions nous ... N’ai-je perdu le fil ? / Ah oui, je me souviens ! L’entrée en politique ... / Je m’exaltais, dans un élan très romantique ; / C’est pourquoi tu raillais mon discours puéril : / / « Sais-tu combien de morts coûtera ton babil ? / N’est-ce toujours ainsi ? La chevauchée épique / Ne peut qu’être un massacre, et bien fol qui se pique / D’en tirer gloriole ! Alors, ainsi soit-il, / / J’en tirerai profit, pour ma plus grande gloire ! / Que m’importe, après tout, que la nuit soit si noire / Pour tant, tant d’innocents, égorgés sur l’autel / / De tes vœux insensés ? Ta folie odieuse / N’est que du pain béni pour ma bouche envieuse ! » / Merci d’ouvrir mes yeux ! Ce ne sera pas tel ! / / ----- / / Je régnerai plutôt comme un monarque sage, / Avisé, bienveillant, ne visant que le bien / De son peuple et surtout, ne s’offusquant de rien, / Tolérant sans frémir tout offensant outrage / / Que profère parfois le bas peuple sauvage ... / Mais qu’importe après tout, si tel, semblable au chien, / Ose hurler sur la main qui veut ôter son lien ? / Ce n’est qu’un vil manant, je ne serais otage / / De son idiotie et de sa cécité ! / Non, pour me détourner du bien de la cité, / Il en faudrait bien plus ! Qu’elle soit radieuse ! / / Aux siècles à venir, tel sera mon renom / Qu’on me glorifiera, me nommant “ Le Grand ” ! Non ? / Quel est donc ce rictus sur ta bouche moqueuse ? / / Stellamaris( Illustration : Tête de Charlemagne à la proue de la galère "La Réale" ( 1694 ), au Musée de la Marine à Paris )
( Double sonnet marotique )

Partager cet article
Repost0

commentaires

L

Bonjour Stellamaris. Je viens de lire ce nouveau chapitre avec beaucoup de plaisir en dépit de la gravité métaphysique du débat qui a lieu, j'ai savouré les mots que tu sais admirablement placer
dans la bouche de l'un et de l'autre. Les mots et leur sens, évidemment, une arme extraordinaire dont dispose l'Etre, heureusement, pour répliquer, repousser les arguments négatifs du Néant qui,
lui aussi, hélas, sait être brillant ! Choix des belles figures de proue, quelle belle idée ! Bises.



Répondre
S


Merci de tout coeur, Lenaïg ! Bises !



M

On arrive à maitriser quelque temps sa destinée, mais après vient la tristesse ou la déception.


Merci pour ces beaux vers, bises
Répondre
S


Merci Marlou ! Bises !



M

Toujours inspiré Sterenn! J'aime cette quasi épopée tant cet être et ce néant semblent vivre pour se battre!Bises
Répondre
S


Merci Mona ! Bises !



A

Bonjour Stell.


Et le pire c'est que l'Etre est persuadé comme toujours qu'il fera mieux que les autres! Toujours cette vanité...


BRAVO!


Je t'embrasse.
Répondre
S


Tout à fait ! Merci Annie, bises !



V

Toujours aussi beau et profond...
Répondre
S


Merci Valentine ! Bises !