Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 23:19

La chaussée de Sein / / Champ d’écueils jusqu’à l’horizon … / Là, la mer n’est que déraison, / Vois ces naufrages à foison ! / Car ci-gît Ys, ville engloutie / / Par les eaux. Malédiction / Tragique et sans rémission, / Car c’est l’abomination : / Dahud, qu’à jamais l’on châtie ? / / Mensonges de tristes dévots / Émis, aux temps médiévaux / Par les clercs, recteurs et prévôts, / Cette vérité travestie ! / / Ahès choisit les flots pour sceaux / Pour la garder de tous assauts. / Ces rochers sont ses colossaux / / Remparts ; Vois, elle en est sertie ! / / Stellamaris

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans Contes et légendes
commenter cet article

commentaires

Ut 07/08/2010 11:28



Une protection contre l'envahissement, l'invasion.. :)



Stellamaris 07/08/2010 11:36



Oui, tout à fait ... Bises !



Ut 07/08/2010 10:19



... Ou le chausson de Sein.... j'aime cette idée de protection...


Baisers.



Stellamaris 07/08/2010 11:08



Une protection ... Meurtrière ! On ne compte plus les naufrages dans les parages ... Bises !



Danielle 06/08/2010 22:55



En voyant cette jolie photo, on a du mal à s'imaginer comment les navires ne s'échouent -ils pas sur ces écueils. Une véritable barrière, lors de tempêtes, les bateaux ne sont-ils pas propulsés
contre ces récifs ? Quel danger pour les navires qui dérivent entrainés par les vagues immenses de l'océan en furie ! Très beau cliché et un texte merveilleux. Bises. Danielle



Stellamaris 06/08/2010 23:02



Oui, c'est impressionnant ... Les cartes des naufrages dans la région aussi d'ailleurs ! Et ce qui est peut-être encore plus impressionnant, c'est de savoir que les pêcheurs du coin posent leurs
casiers précisément en plein milieu du champ d'écueil ! Balayé par des courants tels que, aux grandes marées, chaque rocher trace son sillage comme un navire ! Bises.