Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 15:48

Toujours dans le même jeu de rôles mais je reviens en arrière, voici une histoire que les personnages ont entendu chanter par un ménestrel dans une taverne... (C'est un résumé de la nouvelle "Le bateau blanc", de H.P. Lovecraft)

Le bateau blanc / / Je voulais voir la Cathurie aux clochers d’or, / J’embarquai donc sur une nef blanche, enchantée ; / En quittant Dylah-Leen, le triste et sombre port, / Je fis voile vers l’Ouest en une aube ventée. / / D’abord, nous vîmes Zar ; ici sont les beautés / Dont nul ne se souvient ; tous les ont oubliées ! / Fugaces visions d’aèdes hébétés, / Splendeurs d’aubes de feu, de lumière habillées… / / Gare ! Voici Xura, le pays des plaisirs / Que nul ne peut atteindre ; et sa côte trompeuse, / Semblant étinceler comme mille saphirs, / Est un piège mortel ! Que l’âme malheureuse / / Qui foule ce pays fasse ses adieux ; / Nul ne peut la sauver sur terre comme aux cieux ! / / Atteignant Sona-Nyl, nous y fîmes relâche ; / Car en ce beau pays, où ne coule le temps, / Ne peut mordre aucun mal, ni rien qui blesse ou fâche ; / Restai-je là quelques éons ? Juste vingt ans ? / / Un jour je repartis, repensant à ma quête, / Et je filais vers l’Ouest ; le flot devint torrent / En passant le pertuis où l’Océan s’arrête ! / Naviguant dans l’espace infini, délirant, / / Je crus ouïr de lourds tambours, des sons de flûte ; / Et je me crus perdu : C’est la cour d’Azathoth / Qui trône au noir des cieux, si fol et si hirsute ; / Il est bien plus mortel ne l’est Béhémoth ! / / Heureusement, sur terre, un chat lors miaula / Et je me réveillai, sauf, pour conter cela. / / Stellamaris

(Photographie : Rade de Brest)

(Double sonnet élisabéthain)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans D'après Lovecraft
commenter cet article

commentaires

annie 26/08/2013 18:31


Bonjour Stell.


Une chute surprenante après un poème fort bien écrit!


Un GRAND BRAVO! Et pour la photo aussi...


Bisous.

Stellamaris 26/08/2013 18:43



Merci infiniment, Annie ! Bises !



marlou 25/08/2013 10:22


Quel imaginaire ! Merci pour ces mots, et bises.

Stellamaris 25/08/2013 10:29



Merci à toi, Marlou ! Mais à tout seigneur tout honneur, ce n'est pas mon imaginaire mais celui de Lovecraft ; je n'ai fait que le mettre en vers ! Bises !



flipperine 21/08/2013 10:53


un joli rêve ce voyage

Stellamaris 21/08/2013 18:08



Merci Flipperine ! Bises !



Lenaïg 20/08/2013 19:05


  Magnifique et magique, du début à la fin ! Même si le ménestrel révèle qu'il s'agit d'un rêve, c'est à peine
si on le croit, du moins ce pays du rêve ainsi chanté a beaucoup de densité ... Bises !

Stellamaris 20/08/2013 19:11



Merci de tout coeur, Lenaïg ! Bises !



tilk 20/08/2013 17:00


un vrai barde!!!!


amitié


tilk

Stellamaris 20/08/2013 17:07



Merci, Tilk ! Avec toute mon amitié.