Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 21:47

Poème écrit à quatre main, avec mon amie Domi du blog Brise

Le crépuscule du cygne / / Je vois un cygne blanc faire frissonner l’onde / De son reflet léger dans le calme du jour ; / Je voudrais le rejoindre en cette paix profonde, / / Mais le chemin m’est clos ! Qu’est cette arrière-cour / Où je suis égaré ? C’est une triste impasse / Où noir est le brouillard, comme le cul d’un four ! / / Il glisse dans la brume, et toute cette grâce / Laisse mon cœur de marbre. Ô, Flamme, ô, Rêve ancien, / Êtes-vous à jamais devenus Vide, et Glace ? / / Et suis-je devenu plus rustre encor qu’un chien / Pour que tant de beauté ne réveille mon âme, / Que j’y reste insensible et ne ressente rien ? / / Ô, solitude ! En mon cœur, c'est un drame ! / Que sont-ils devenus, les sublimes transports / Que Nature éveillait en moi, mieux qu'une Dame ? / / Si fades sont mes jours, eux qui furent si forts ! / / Domi et Stellamaris

(Terza rima)

Partager cet article
Repost0

commentaires

A

Bonsoir Stell.


Pardon, j'étais persuadée avoir commenté ici ce superbe poème à deux mains...


Bravo les deux poètes et ma sincère amitié.
Répondre
S


Tu n'as pas à demander pardon, Annie, merci au contraire ! Bises !



T

il est magnifique ce poème...très beau ce partage


amitié


tilk
Répondre
S


Merci de tout coeur, Tilk ! Toute mon amitié.



F

Chers Domi et Stallamaris,


Votre composition


est remarquable !


Malgré les quatre mains


ou peut-être grâce à elles,


on ne perçoit aucune différence


de ton, de vocabulaire


ni de touche


plus particulièrement masculine ou féminine.


Le thème


grave et si riche,


est tout de même


cher à Stellamaris


pour qui le cygne


est souvent l'incarnation


de l'inspiration.


Bravo à tous les deux !


La photographie


(rare vue d'un cygne de dos,


s'éloignant)


est une très fine illustration de


cette composition


dont la forme,


encore une fois


est rare.


Félicitations,


et peut-être au plaisir


de relire d'autres pages


à quatre mains.


 


Cordialement,


Francis Etienne
Répondre
S


Merci de tout coeur, très cher Francis ! Toute mon amitié.



M

Quelle tristesse? Est-elle tienne Sterenn Mor ou partagée par deux poètes à qui l'inspiration, telle le sang coulant les veines fait soudain défaut? Puisque même absente, elle vous conduit à à
écrire ceci de beau, quelque chose me dit que cygne ne fait que jouer à cache cache! Bises à vous deux!
Répondre
S


C'était une manière de ras-le-bol contre mon manque d'inspiration, et Domi s'est coulée remarquablement dedans ... Ce qui a été très salutaire, elle est complètement dissipée ! Merci Mona !
Bises.



D

comme leining a raison, ton cygne est un plenix, la preuve... merci pour ce plaisir partagé stell, bisous!
Répondre
S


Merci à toi, Domi ! Bises !



V

Bonjour Stellamris


joli texte bravo


bises
Répondre
S


Merci Vénusia ! Bises !



L

Mais que je me suis mal exprimée !


Je reprends ma phrase, si tu permets :


le cygne qui tourne le dos sur la photo est comme le reflet de l'état d'esprit des poètes, qui en sont séparés par leur insensibilité, plus subie que voulue, si j'ai bien compris.



Répondre
S


J'avais bien compris ... Merci encore, Lenaïg ! Bises !



L

Magnifique poème sur superbe photo, les deux s'épousent bien. Terza rima à deux ? alors très bien harmonisé. Le cygne qui tourne le dos sur la photo est en reflet de la sensibilité des poètes qui
en sont séparés par leur insensibilité.


Mais le cygne de Stella est en fait un phénix, je le sais !





Bises !
Répondre
S


Merci de tout coeur, Lenaïg ! Bises !



V

Etonnante, cette écriture "à quatre mains", où vos différences de sensiblités éclatent au grand jour ! Le resultat est cependant remarquable.
Bravo !
Répondre
S


Merci Valentine ! Bises !