Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 23:11

Je reprends mon adaptation à la versification française des poèmes d'Edgar Allan Poe...

Le val sans repos / / Jadis, il souriait, ce val silencieux / Où nul ne s’attardait jusqu’à devenir vieux ; / Car ils ont tous, las, pour la guerre hissé les voiles, / En faisant confiance aux doux yeux des étoiles / Pour, dans la nuit, du haut de leurs tours dans l’azur, / Assidûment veiller sur les fleurs – Oui, c’est sûr, – / Où paressent souvent, tout au long des journées, / Du soleil rougeoyant les lueurs étonnées. / Maintenant chacun doit confesser à propos / Que pour ce triste val il n’est plus de repos. / Il n’est rien en ce lieu qui demeure immobile – / Rien si ce n’est les airs couvant cette stérile / Et magique pourtant solitude fébrile. / Bien qu’aucun vent n’ose troubler ces frondaisons, / Elles frissonnent tel l’océan, sans raisons, / Celui qui baigne, froid, les brumeuses Hébrides ! / Aucun souffle ne meut les nuages limpides / Bruissant à travers ce paradis troublé / Péniblement, du frais matin au soir voilé, / En survolant les prés où tant de violettes / Dorment, comme autant d’yeux sur tant et tant de têtes – / En survolant les lis dont, las, chaque fanon / Ondoie en sanglotant sur un tombeau sans nom ! / Chacun ondoie ; on voit tomber de sa corolle / Si odorante, une rosée – est-ce une obole ? / Chacun sanglote ; et sur sa tige on voir des flots / De larmes – de joyaux – sans fin couler, éclos. / / Stellamaris / / D’après / / The valley of the unrest / / Once it smiled a silent dell / Where the people did not dwell; / They had gone unto the wars, / Trusting to the mild-eyed stars, / Nightly, from their azure towers, / To keep watch above the flowers, / In the midst of which all day / The red sun-light lazily lay. / Now each visitor shall confess / The sad valley’s restlessness. / Nothing there is motionless— / Nothing save the airs that brood / Over the magic solitude. / Ah, by no wind are stirred those trees / That palpitate like the chill seas / Around the misty Hebrides! / Ah, by no wind those clouds are driven / That rustle through the unquiet Heaven / Uneasily, from morn till even, / Over the violets there that lie / In myriad types of the human eye— / Over the lilies there that wave / And weep above a nameless grave! / They wave:—from out their fragrant tops / External dews come down in drops. / They weep:—from off their delicate stems / Perennial tears descend in gems. / / Edgar Allan Poe

Illustration : tableau de Edmond Dulac, trouvé sur Internet, ici)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marlou 15/06/2014 10:21


C'est génial ! Bravo Stellamaris...

Stellamaris 15/06/2014 10:37



Merci infiniment, Marlou ! Bises !



Valentine :0056: 13/06/2014 17:13


Bravo ! Ce n'est vraiment pas facile de traduire, en vers français, un poème étranger en lui restant aussi fidèle !

Stellamaris 13/06/2014 17:32



Merci infiniment, Valentine ! Bises !



Lenaïg 13/06/2014 13:18


  Bonjour Stellamaris.


Un val dont le nom
retentit dans un frisson.


Tout est magnifique sur ta page, déjà le poème de Poe, le tien, le tableau, que toute cette beauté soit un vibrant hommage aux soldats qui dorment là.


Bises.

Stellamaris 13/06/2014 17:32



Merci de tout coeur, Lenaïg ! Bises !



annie 12/06/2014 17:20


Bonour Stell.


Je relis ici c'est SUPERBE !


Bravo Edgar et bravo Michel, j'aime beaucoup...


Bises.

Stellamaris 12/06/2014 17:40



Merci infiniment, Annie ! Bises !