Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 21:37

Après "Le Corbeau" et "Seul", je vous soumets une autre tentative, en hommage à cet immense auteur, de transposer en langue française d'un de ses poèmes, "Lenore", comme il aurait pu le faire, avec la même rigueur formelle que l'original en langue anglaise, s'il avait voulu l'écrire en français ; ce n'est donc bien évidemment pas une traduction mot à mot, mais j'ai toutefois essayé de rester aussi proche de l'original que possible.

Lenore / Poème d'Edgar Allan Poe adapté à la versification française par Stellamaris / / Le bol d’or est brisé ! L'esprit Vole à jamais ! / Sonne, glas ! Une sainte âme au Styx, désormais ! / Et, Guy de Vere, as-tu l’œil sec ? Tes pleurs arbore, / Ou jamais plus ! Car vois, ci-gît ton cœur, Lenore ! / Viens ! Le rite soit lu, les complaintes – lento – / Soient hymne pour la Reine, hélas, morte si tôt ; / Elle, morte deux fois d’être morte si tôt. / / Vous aimez sa santé, sa fierté vous écœure, / Cruels ! L’ayant bénie en sa fin – Qu’elle meure ! –, / Comment le requiem peut-il être chanté / Par vous, aux yeux mauvais, au verbe frelaté ? / L’innocence mourut par vous en son été ! / / Peccavimus, mais sois plus calme ! Et qu’un cantique / Solennel soit, pour cette morte, un viatique ! / Lenore nous précède, Espoir à son coté ; / Tu restes fou pour cet enfant, félicité / À toi promise ! Et noble, elle gît, adorable : / Vivent ses cheveux d’or, mais non pas ses beaux yeux ; / Si ses cheveux vivent encor, morts sont ses yeux. / / Partez ! Ce soir, mon cœur léger ne veut complainte ! / Elle vole avec l’ange, et ma louange tinte ! / Et nul glas n’ôtera la sainte joie au cœur / Survolant, de très haut, la terre de noirceur ; / Amis d’en bas, d’en haut, déchirent le fantôme / Entre enfer et hauteurs du glorieux Royaume ; / Entre pleurs et douleurs, et le Roi du Royaume.

(Illustration : L'ange Raphael en vol, extrait d'une fresque d'Eustache Le Sueur)

Partager cet article
Repost0

commentaires

M

impressionnant! que dire de plus! Bises Steren!
Répondre
S


Merci de tout coeur, Mona ! Bises !



A

Bonsoir Stell.


Mais tu as tous les dons et tu es partout à la fois! J'admire vraiment!


Bises.
Répondre
S


Merci infiniment, Annie ! Bises !



V

:0023: Superbe ! Mes félicitations, Stellamaris, c'est du très haut vol ! Je pense qu'Edgar Poe n'en serait pas déçu.
Répondre
S


Merci de tout coeur, Valentine ! Je prends mon temps, mais j'ai l'intention, quand j'aurais fini, d'éditer ainsi un recueil des poèmes d'Edgar Poe adaptés à la versification française ... Bises !



L

Cette tentative m'apparaît comme une magistrale version, un régal d'avoir les deux sous les yeux, toujours respect et grand merci, Stellamaris. Bises.


 
Répondre
S


Merci à toi Lenaïg ! Bises !