Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 15:55

Les champs de l’Île de Sein / / La lande de cette île est un damier serré / De rustiques murets ; entre eux, chaque carré / D’herbe est tout juste grand comme un mouchoir de poche ! / Que de labeur – Pour rien ? – Pour construire cela ! / / Il fallut défricher, enlever chaque roche / Les empiler en murs, pour qu’enfin le terrain / Se retrouve abrité des tempêtes d’airain / Qui couchent le froment et sans pitié le fauchent ! / / Que de labeur – Pourquoi ? – Pour construire cela ! / / Les femmes alors pouvaient espérer, là ; / Cultivant à la main, sans le moindre répit, / Pendant que leurs maris défiaient l’au-delà / En pêchant sans répit aux eaux du Walhalla, / Une maigre moisson, du pain noir décrépit. / / Stellamaris(Sonnet irrationnel)(Photographie : Crépuscule sur l'Île de Sein)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans Bretagne que j'aime
commenter cet article

commentaires

Lucas Passenaud 25/05/2011 21:46



Bravo. il manque l'expérience de la photo pour essayer de faire parler mes textes.


Peut être pourriez vous me conseiller sur ma démarche même si j'aime à croire que les limites sont faites pour être dépassées.


Continuez ainsi. Bien à vous.



Stellamaris 25/05/2011 23:36



Merci Lucas ! J'ai été faire un tour sur ton blog, ta plume est très différente de la mienne, mais elle est belle aussi ! Je m'inscris à ta newsletter. Toute mon amitié.



Heol 02/05/2011 18:11



Bonsoir


Des vers qui sonnent justes; un bel hommage à l'ile de Sein. Ce sonnet rejoint la chanson de Louis Capart.


Cordialement



Stellamaris 02/05/2011 23:03



Je ne connais pas cette chanson ... Mais merci ! Toute mon amitié.



Lenaïg 02/05/2011 13:26



Bonjour Stellamaris. Un sonnet irrationnel ? ça alors ! J'aime beaucoup l'appellation ! Mais que ton poème est beau, un chant aussi à lire tout haut en contemplant la photo. Bravo, bises à toi.






Stellamaris 02/05/2011 13:42



Merci de tout coeur, Lenaïg !


 


Le sonnet irrationnel tire son nom du nombre pi, car l'ordre des strophes - 3 1 4 1 5 -  correspond aux premiers chiffres de ce nombre, qui est le plus connus des nombres irrationnels ...


 


Bises !



Fathia Nasr 01/05/2011 20:57







Stellamaris 01/05/2011 21:52



Merci Fathia ! Bises.



annie 01/05/2011 20:06



Un superbe sonnet qui me fait penser à la chanson de Jean Ferrat "La montagne" que j'aime tant.


Ici donc tu rajoutes un vers en refrain...c'est joli Sterenn.


Sincères amitiés.


J'ai repris ma plume malgré ou à cause du chagrin...



Stellamaris 01/05/2011 20:35



Merci Annie ! Oui, je comprends ta comparaison avec "La montagne", c'est le même genre de vie, rude et belle, dans une nature superbe et inhospitalière ...


Pour la forme, le sonnet irrationnel, c'est 3 - 1 - 4 - 5, avec les vers isolés qui forme un "quasi refrain" : ils doivent être presque identiques, mais en marquant néanmoins une progression dans
le poème ...


 


Bises !



belbe 01/05/2011 20:00



c'est reposant


***


Bon 1er mai



Stellamaris 01/05/2011 20:37



Merci Belbe ! Toute mon amitié.



Francis Etienne Sicard Lundquist 01/05/2011 20:00



En lisant


votre poème,


je ne peux


effacer de mon regard


intérieur,


le tableau du semeur


de Jean François Millet


et surtout la copie


qu'en fit Van Gogh,


peut être à cause


de la merveilleuse


palette de lilas


que votre photographie


a su reproduire


avec finesse


et fluidité.


Le thème du travail,


de la construction


dans le roc


de la nature,


que vous savez


mettre en valeur


avec une telle simplicité,


et surtout


votre admiration


de la valeur humaine


font de ce texte


encore un joyau


de plaisir


et de belle écriture.


 


Félicitations !


 


Cordialement,


Francis Etienne


 



Stellamaris 01/05/2011 20:37



Merci de tout coeur, Francis ! Toute mon amitié.



Valentine :0056: 01/05/2011 18:57



Magnifique !



Stellamaris 01/05/2011 18:59



Merci Valentine ! Bises.