Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 15:36

Toujours dans le même jeu de rôle sur les contrées du rêve, en naviguant entre la Terre et la Lune, nous avons fait d'étranges rencontres...

Les larves des dieux / / Les larves des dieux hantent, affamées, / Les vains éons de l’espace profond, / Errant sans but, aveugles, désarmées, / Tels des fétus quand rugit un typhon. / / J’ai pu les voir et même, tel Buffon / Les observer, elles sont des armées, / Des légions, leur nombre me confond ! / Les larves des dieux hantent, affamées / / L’immensité des sphères embrumées / De cet abîme ou danse et se morfond / Leur père. Il les oublie et, malaimées, / Les vains éons de l’espace profond / / Sont leur prison, sans murs et sans plafond ! / Entre la Terre et Séléné, paumées / Étaient nos nefs ; et là, sur ce haut-fond / Erraient sans but, aveugles, désarmées / / - Ne sont-ce des bébés ? – Ces fils pygmées, / / Inachevés de l’atroce bouffon, / Le noir Azathoth ; sans but, animées / Tels des fétus quand rugit un typhon / / Elles viennent, vont ; ne les satisfont / Nuls aliments ; quand même des fumées / Ont un souhait – monter – qu’elles parfont, / Elles n’ont plus de but que des camées, / Les larves des dieux ! / / Stellamaris

(L'illustration est issue du livre de Sandy Petersen (épuisé chez l'éditeur mais encore trouvable d'occasion), "Créatures des contrées du rêve")

(Rondeau parfait)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans D'après Lovecraft
commenter cet article

commentaires

annie 17/08/2013 20:34


Je reviens ici avec plaisir relire "Les larves des dieux"...


Quel don tu as pour mettre en vers l'imaginaire!


Bravo, bravo!


Bisous.

Stellamaris 17/08/2013 20:51



Merci infiniment, Annie ! Bises !



Lenaïg 17/08/2013 10:23



Stellamaris 17/08/2013 10:33



Bises, Lenaïg !



Lenaïg 17/08/2013 10:14


  Mais tu te rends bien compte que je fais tout pour contrer les forces négatives, la souffrance, l'horreur ...
Je n'ai toujours pas mis le nez dans le monde de Lovecraft, je ne l'aborde que par tes poèmes ! Ben, c'est un jeu de rôles, c'est un monde virtuel, au moins là je peux changer les choses,
j'essaie de semer des petites graines de positif !

Stellamaris 17/08/2013 10:16



Et c'est génial ! Et oui, on peut changer les choses ! Tu le verras quand je publierai la conclusion de ce jeu de rôles ! Bises, Lenaïg !



Lenaïg 17/08/2013 09:56


Que nos ondes impriment de modestes sceaux !



Stellamaris 17/08/2013 10:01







Lenaïg 17/08/2013 09:55


Suite à mon rebond :


 


Et comme des dauphins autour de nos vaisseaux,


Elles onduleront et seront apaisées.


Que nos ondes s'impriment en de modestes sceaux,


Qu'après notre passage, traces soient laissées ...

Stellamaris 17/08/2013 10:01



Génial, Lenaïg ! Bises !



Lenaïg 17/08/2013 09:53


  Oups, je change mon dernier vers :


Arlequins, colombines, troupe saltimbanque !

Stellamaris 17/08/2013 10:01







Lenaïg 17/08/2013 09:51





 


Peut-on venir en aide aux pauvres affamées ?


Il n'existe donc pas le vide sidéral ?


Comment rendre harmonieux leur effroyable bal ?


Apprenons à danser à ces inachevées !


 


Pensons fort la musique et elles l'entendront,


Que nos chants soient bien doux à ces formes en manque,


Qui en belles figures s'organiseront,


Arlequins, colombines en troupe saltimbanque !


 


Bonjour Stellamaris ! Mais oui, Beethoven était sourd et il entendait la musique dans sa tête ! Voici mon "rebond" ! Saisissant poème et une illustration qui me rappelle les formes et couleurs
que je croyais voir dans le noir, enfant, c'est pourquoi j'avais si peur du noir et n'aurais pas eu l'idée à l'époque de les organiser, je me rattrape maintenant !


Bises !

Stellamaris 17/08/2013 10:00



J'aime beaucoup, Lenaïg, c'est génial ! Et je suis quasiment certain que cette vision de Lovecraft vient de ces peurs enfantines des formes qui hantent le noir ! Bises !



flipperine 15/08/2013 16:50


sur terre il y a beaucoup de choses que l'on ignore encore

Stellamaris 15/08/2013 16:57



Et dans le monde des rêves, encore plus ! Bises, Flipperine !