Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 22:31

Je commence un nouveau cycle de poèmes, qui illustreront un ouvrage dont je prépare la publication, "Chroniques héossiennes". Il s'agît d'un recueil comportant deux romans et plusieurs nouvelles se passant dans un même monde, Héos. Dans ce monde, neuf races intelligentes avaient atteint un haut niveau de civilisation et vivaient en harmonie, jusqu'à l'arrivée de l'homme... Alors, commença l'enfer pour les autochtones : Leur statut, suivant le cas, oscille entre celui des noirs aux pires époques de l'esclavage, celui des sioux à l'époque de l'extermination des indiens d'Amérique, et celui de bétail élevé pour sa viande... Ce monde a été initialement été imaginé en tant que cadre d'un jeu de rôles, Shaan, et ces romans et nouvelles ont été écrits par des fans de ce jeu...

Le présent poème illustre le chapitre introductif d'un roman, "Le jeu du Caméléon". Dans ce chapitre, nous voyons une bande de gamins kelwins (la plus petite race de Héos, des humanoïdes de 1m20 de haut à la peau verte et aux oreilles pointues, particulièrement vifs et intelligents) vivre en liberté dans la décharge publique de la ville, car c'est le seul endroit de la cité où ils sont à peu près certains de ne pas rencontrer d'humains...

Les rois de la décharge / / Au creux de la décharge nous sommes les rois / Car en ce lieu l’humain jamais ne s’aventure ; / Nombreux sont les dangers, certes la vie est dure / Mais nous les connaissons tous sur le bout des doigts ! / / Explosifs et poisons, cuves pleines d’acides / Et monstres de métal, nous vainquons chaque fois ! / Nous sommes bien trop vifs, trop malins, trop rapides ! / / Nous sommes tout petits, mais nous ne craignons rien / Et dans ce dépotoir, ma foi, nous vivons bien ; / / Au creux de la décharge nous sommes les rois ! / / Stellamaris

(Illustration prise sur Internet, ici)

(variante de shaltinienne)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Valentine :0056: 05/03/2014 18:51


Que d'idées ! Bravo ! Et un poème réussi et plein de justesse. 

Stellamaris 05/03/2014 18:51



Merci infiniment, Valentine ! Bises !



annie 05/03/2014 15:42


Oups mon commentaire s'est mis en desous pourras-tu l'enlever Stell Stell?... Pardon !


Voici:


Merci pour la précison Stell.


J'ai fait une recherche sur internet et suis tombée sur un poème de Jean-Claude... Mais pas de fiche donc ?...


Bonne soirée.


Bisous et encore bravo !


 

Stellamaris 05/03/2014 18:39



Ben si Annie, j'ai mis la fiche dans l'atelier du mois... Bises !



annie 05/03/2014 09:13


Bonjour et bravo Stell pour ce poème si prometteur dont la suite ne pourra que nous enchanter...


Une variante de shaltinienne ? Je ne connais pas il va me falloir chercher...


Mes bisous.

Stellamaris 05/03/2014 13:20



Merci de tout coeur pour ton commentaire, Annie !


C'est une variante par la reprise du premier vers au dernier...


 


Bises !