Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 18:25

Marée basse à l’Île de Sein / / Quand l’Océan s’en va, que se vide le port / De l’île, les bateaux s’endorment sur le sable ; / Bref instant de repos … Qu’il est appréciable, / Après avoir bravé, toujours – Coquin de sort ! / / Et certains citadins disent que c’est du sport ! – / Les courants sans pitié de ce Raz formidable / Soumis à la terreur de Dahud, l’Innommable, / Qui, toujours à l’affut – Jamais elle ne dort ! – / / Traque jour après jour tout moteur, toute voile / Qui pourrait entrevoir le secret que dévoilent / Parmi les flots profonds, des reflets dévoyés … / / Car c’est bien dans ces flots que repose Ys, sa ville ; / Elle les hante ! Et cet effroi, qu’elle distille, / A perdu tant de fiers marins, ici noyés ! / / Stellamaris

(Sonnet Marotique)

(Photographie : Le port de l'Île de Sein, à marée basse)

Partager cet article
Repost0

commentaires

C


J'adorerais allez là-bas. Pour la photo, ce doit être un endroit magnifique !



Répondre
S


Oui, tout à fait. Merci Claire ! Toute mon amitié.



F


La magnifique vue


de la ville,


prise à marée basse


donne le ton


de votre magnifique poème.


Vous connaissez


mon goût pour l'alexandrin.


Ce texte


reprenant la nostalgie


des grandes légendes


mêle


à la souplesse de votre art


des éclats de voix populaires


qui résonnent comme ces bruits


de la mer


que les marins semblent


transporter en eux:


Coquin de sort !


Les êtres de la mythologie celtique


renaissent sous vos doigts


comme des personnages


que vous incarnez


dans les différentes


strophes


transformant ainsi


le texte en vers


en une saynette.


 


Félicitations encore une fois !


Cordialement,


Francis Etienne.



Répondre
S


Merci de tout coeur, Francis ! Toute mon amitié.



T


avec ce coquin de sort tu nou fait découvrir tes origines ...tu es du sud mon barde....ou plus tôt le troubadours...


amitié


tilk



Répondre
S


Eh oui ... Même si je suis breton d'adoption, on ne se refait pas ... Toute mon amitié, Tilk !



V


  J'aime particulièrement le rapprochement entre Marot -poète au franc parler
du XVIe s-, le Finistère, et l'expression méditerranéenne "Coquin de sort" !!! Tout de même la phrase est un peu longue et on se perd dans les incises (j'en perds la respiration !)... En principe
la première phrase ne devrait pas dépasser les quatrains ; et ensuite il faut bien deux tercets pour conclure.
Enfin, bon, ce n'est pas ton meilleur. Mais la photo est superbe, comme toujours !



Répondre
S


Merci Valentine ! Bises.