Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 20:29

Où sont mes mots ? / / Où sont passés mes mots ? / Et devrai-je me taire ? / / Pour chasser tous les maux / Ils sont, je le devine, / Suprême médecine, / Forte, tels des sumos ! / / Où sont passés mes mots ? / Et devrai-je me taire ? / / J’aimerai les extraire / Du tréfonds de mon cœur ! / Mais je ne suis vainqueur, / Ô, comme ils me font braire ! / / Où sont passés mes mots ? / Et devrais-je me taire ? / / Rétifs, tels des chameaux / Ils ne sont point dociles ! / Qu’ils restent sur leurs îles, / Ces bougres d’animaux ! / / Où sont passés mes mots ? / Et devrai-je me taire ? / / Alors, comment s’abstraire / Du stress et des soucis ? / Les yeux clos, bien assis, / En l’âme se complaire ! / / Où sont passés mes mots ? / Et devrai-je me taire ? / / Stellamaris

(peinture de Kuniyoshi Utagawa, peintre japonais du XIXème siècle)

(malhoun)

Partager cet article
Repost0

commentaires

I


Bonjour,


Cela fait plusieurs fois déjà que je viens visiter votre blog que j'apprécie particulièrement. Et surtout, ne perdez plus vos mots, ils sont bien agréables à lire.


Cordialement


Isabelle



Répondre
S


Merci de tout coeur, Isabelle ! Bises.



L


Me voici aussi, je suis là, Stella !





Il arrive que les mots se fassent rares, sans doute parce qu'on est bien, qu'on n'éprouve pas le besoin de s'en entourer ! On laisse les mots vagabonder ailleurs, de leur vie propre ! Ou alors
c'est parce qu'on est fatigué et eux aussi ; il faut se reposer et les laisser reposer ... J'ai confiance qu'ils reviennent !


Trêve de plaisanterie (avec un fond de sérieux, toujours !), ce poème sans mots est très réussi ! Bonne soirée de dimanche et bises à toi.



Répondre
S


Merci de tout coeur, Lénaïg, bises !



M


Certes pas, Stellamaris, nous en aurions trop de chagrin !


Bon dimanche et bises.



Répondre
S


Mais parfois ils se cachent ! Bises, Marlou !



A


Moi j'aime bien tes mots et nulle raison de te taire. Ce poème trouve un certain écho en moi...



Répondre
S


Merci Alfrédine ! Non, il n'y a pas de raison de se taire, mais parfois on ne les trouve pas ... Bises !



A


J'ai "copié "sur toi pour l'instant car je n'ai pas pu encore tout comprendre et lire toutes les règles...Mon poème aura huit pieds et ne portera sans doute pas de nom...Tu me le
diras si tu as encore la patience de me corriger!!!


En tout cas félicitations pour celui-ci aussi.Et ma sincère amitié.



Répondre
S


Merci de tout coeur, Annie ! Bises !



M


Joli! Les mots, j'y crois de moins en moins! Mais c'est bien agréable à lire!



Répondre
S


Merci Mona ! Bises.



T


c'est jamais bon de se taire


amitié


tilk



Répondre
S


C'est vrai ! Mais j'ai quand même réussi à sortir quelques vers ! Toute mon amitié.



M


Bonsoir Stellamaris,


Un superbe Malhoun qui sur le fond est bien triste au vu des dernières informations...Superbe image. Bises l'ami.



Répondre
S


Merci Maria, je n'avais pas pensé à ce nouveau séisme au Japon en écrivant, je n'étais pas au courant ... Heureusement, il semblerait que cette fois il n'y ait pas eu trop de drames ... Bises !



F


Quelle étonnante


flexibilité


dans ce genre littéraire !


Les mots,


centre de la vie,


de celui qui écrit,


amis


et terribles infidèles,


vident


les mondres espoirs


de leur mépris,


comme ils emplissent


le moindre pensée


de leur puissance.


 


Votre poème,


musical


fête


et leur fragilité


et notre tyrannie.


 


Félicitations


et merci,


 


Amicalement,


 


Francis Etienne



Répondre
S


Tes commentaires sont toujours des bijoux ... Merci Francis ! Toute mon amitié.



V


Ah ! L'angoisse du poète devant la feuille blanche... !


J'aime beaucoup la peinture que tu mets en vis-à-vis.



Répondre
S


Merci Valentine ! Bises.