Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 07:53

Panne de plume / / Que mes mots sont lointains, égarés dans la brume ! / Les chercher est si dur que mon esprit bout, fume ; / Je parcours, l’œil hagard, mes nombreuses photos … / / Mon cygne, où donc es-tu ? Viens donc, car je t’appelle ! / / Tilt ! Ce brouillard pesant, engluant ces bateaux / Reflète ce mal-être étouffant qui m’enrhume ! / Je n’ai d’autre sujet ? Oh, tant pis, je l’assume ! / Les écrire est remède, oyez mes lamentos ! / / Mon cygne, est-ce donc toi ? Viens donc, car je t’appelle ! / / J’ai retrouvé ma voix, soudain, la vie est belle ! / Tout comme ces vaisseaux, cinglant vers l’Océan, / Supportent sans frémir ces brouillards matinaux, / Je traverse sans peur les tortueux canaux / De la panne de plume, et surgis du néant ! / / Stellamaris

(photographie : rade de Brest au petit matin)

(Mon cygne : ma muse)

Partager cet article
Repost0

commentaires

M


Tu les mérites Sterenn Mor! Tu fois elle revient, comme la marée!



Répondre
S


Merci de tout coeur, Mona ! Bises !



F


Le Romantisme,


celui de Lamartine,


de Wagner,


ou Chopin,


vous le révisitez


avec un immense succès.


Le Spleen


la nostalgie,


l'abandon de la muse,


vous les diluez


dans la merveilleuse


rythmique


de l'alexandrin


que vous tissez


en longues phrases.


Très touché


par le Cygne,


celui de Lohengrin,


peut-être,


le lecteur


reste


aussi


ensorcelé


par la magnifique photographie


de ces deux vaisseaux


dont l'un majestueusement


se dresse en silence


dans le brouillard,


et l'autre,


dont l'on peut apercevoir


le maître debout,


parait


être pris


sous le charme


d'une apparition


du vaisseau fantôme.


Votre sensibilité


est un don


que vous exploitez


avec le plus grand bonheur.


 


Merci de la magnifique


association


de vos mots


à vos images.


 


Cordialement,


Francis Etienne


 



Répondre
S


Je ne sais plus où me mettre quand je lis tes commentaires ... Je regrette de ne pas avoir le talent de te rendre la pareille, tes poèmes le méritent ! Toute mon amitié.



B


Et bien lorsque ta plume plonge dans le brouillard elle est sublime... tu es un magnifique poête et les photos sont sublimes. Toute mon amitié



Répondre
S


Merci infiniment, Babou ! Bises.



B


la photo est extraordinaire



Répondre
S


Merci Belbe ! Toute mon amitié.



V


Le cygne signe, c'est tout bon.



Répondre
S


Merci Valentine !  Bises !



L


Bonjour Stellamaris ! Pour ceux qui ne le savent pas, c'est bien de rappeler qui est ton cygne, mais moi je le savais déjà et je pense toujours à celui qu'avec mon cousin lors d'une balade en
bateau entre Logonna et Landévennec, nous avions vu nager sur l'eau salée, tout seul, vaillamment, nous en étions tout étonnés ! Heureusement, il restait près de la rive.


Très belle photo et très beau poème. Marc Varin t'a taquiné une fois sur tes manques d'inspiration qui donnent toujours de beaux écrits ! Et moi je te redis, si tu permets, que le manque
d'inspiration est lui-même une source cachée, qui ne demande qu'à se découvrir ! Bises !





 



Répondre
S


Merci Lenaïg ! Bises !



A


Une curieuse panne de plume si joliment décrite!


Quant à moi je tente un sonnet de ce style mais je n'avance pas vite, tu sais le pourquoi, ma plume  est plus lente que la tienne...mais j'ai espoir d'y arriver
encore.


Amitiés Sterenn.


 



Répondre
S


Merci de tout coeur, Annie ! Bises !