Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 22:26

Toujours dans la série de mes adaptations des poèmes d'Edgar Allan Poe, celui-ci est un poème qu'il a offert, pour la Saint Valentin, à une poétesse de ses amis, Frances Sargent Osgood. C'est une "acrostiche décalée" : On retrouve son nom en lisant la première lettre du premier vers, la deuxième lettre du second vers,et ainsi de suite...

Nota : Pour cette série d'adaptations, je n'essaie pas de traduire les poèmes d'Allan Poe en français - je ne pourrais respecter ni la versification ni l'acrostiche - mais de me dire "s'il avait voulu dire la même chose en français, comment aurait-il pu le dire ?"

POUR LA SAINT-VALENTIN / / Faut-il moins que ces vers pour ces yeux de lumière, / Brillants, expressifs tels les jumeaux de Léda ? / Chante son nom si doux qui gît, à sa manière / Bien sûr, entre les mots pour le lecteur fada. / Cherche attentivement ce trésor, amulette / Divine, ce joyau, car c’est un talisman ; / Ose, lors, le porter sur ton cœur. Qu’on n’omette / Nuls motS, nulle syllabe ; alors, que le tourment / Ne reste vain ! Qu’on cherche encor, qu’on ne recule ; / Tu ne dois craindre un nœud Gordien qu’ont ne peut point, / Sans être un gars puissant, bien plus encor qu’Hercule, / Dénouer sans épée ; il n’est besoin d’être oint ! / Bien cachés dans la page avidement scrutée / Par les regards tremblants d’âmes en feu, perdus, / Sont disposés trOis mots ; poétesse chantée / De poète en poète à son coeur éperdus ! / Ces lettres d’un songe, un naturel mensonge / Semblable à tel Pinto Mendez Fernandino / Ont pour sens Vérité ; Ho donc, ne cherchez plus ; / Nul ne saurait trouver, doué comme un moineau. / / Stellamaris / / A VALENTINE / / For her this rhyme is penned, whose luminous eyes / Brightly expressive as the twins of Lœda, / Shall find her own sweet name, that, nestling lies / Upon the page, enwrapped for every reader. / Search narrowly the lines!–they hold a treasure / Divine–a talisman–an amulet / That must be worn at heart. Search well the measure– / The wordS–the syllables! Do not forget / The trivialest point, or you may loose your labor! / And yet there is no Gordian knot / Which one might not undo without a sabre, / If one could merely comprehend the plot. / Enwritten upon the leaf where now are peering / Eyes’ scintillating soul, there lie perdus / Three eloquent wOrds oft uttered in the hearing / Of poets, by poets as the name is a poet’s too. / Its letters although naturally lying / / Like the knight Pinto–Mendez Fernandino– / Still form a synonym for Truth–Cease trying! / You will not read the riddle, though you do the best you can do / / Edgar Allan Poe

(Illustration : Portait de Frances Sargent Osgood)

(acrostiche)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marlou 12/05/2014 16:11


Un enchantement ! Merci Stellamaris.

Stellamaris 12/05/2014 18:02



Merci à Allan Edgar Poe, surtout ! Et à toi aussi, Marlou... Bises !



Valentine :0056: 10/05/2014 23:07


  Formidable, Stellamaris, je suis vraiment admirative !!

Stellamaris 11/05/2014 02:08



Merci infiniment Valentine ! Bises !



Babou* 10/05/2014 11:30


Bravo l'artiste... une bien belle interprétation.


Bonne journée à toi ami poète

Stellamaris 10/05/2014 11:36



Merci de tout coeur, Babou ! Bises !



annie 10/05/2014 10:20


Bonjour Stell,


Un tendre poème pour un tendre tableau... Tout est art , bravo, bravo !


Bises.

Stellamaris 10/05/2014 10:28



Merci infiniment, Annie ! Bises !