Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 21:26

(Photographie : Reflet dans les eaux du canal de la Mine, en forêt de Huelgoat)

Prisonnier du canal / / Au fond de ce canal meurtrier, / – Ses eaux sont glauques ! – / Un monstre herbeux était prisonnier, / Couvert de cloques, / / Tenant colloques, / Seul … Il eut tant aimé les crier, / Ses pleurs, tellement il s’ennuyait. / Quels soliloques ! / / C’est le monde entier, qu’il houspillait / D’ingratitude : / Le soleil qui jamais n’égayait / Sa solitude / / La lune qui non plus ne brillait / Pour ce vieux père, / Ce pauvre hère … / / Mais, pour autant qu’il s’égosillait, / Comme une forge, / À pleine gorge, / / Vers les dieux, nul ne l’oyait prier ! / Car l’onde étouffe / Sa voix, et pouffe … / / Stellamaris

Partager cet article
Repost0

commentaires

M


Ce cliché est d'une netteté sidérante! J'aime ton poème, Sterenn et cette façon d'animer le monde autour de nous de personnages d'une autre dimension, nous permettant d'être nous aussi des
"initiés". L'avais- tu vraiment identifié ou le cliché te l'a-til révélé, plus tard?



Répondre
S


Disons que j'ai pressenti qu'il y avait quelqu'un, mais que je ne l'ai véritablement "vu" qu'après agrandissement ... Merci Mona ! Bises.



L


Le peintre Munch, pardon !



Répondre
S


Pas de problème ! Bises.



L


Qui peut bien traiter de monstre un être en détresse ? Poème profond, Stellamaris, où se rassemblent et même se déchaînent la cruauté du monde terrestre et celle des éléments naturels, le tout
fondu dans le fantastique. Tu mets ainsi en beauté le désespoir absolu. Tu penses à Elephant Man, je pense au Cri du peindre Munch. Bise.


   



Répondre
S


Oui, on peut penser aussi au cri de Munch ... Merci Lenaïg ! Bises.



V


un joli carillon.


merci bises



Répondre
S


Merci de tout coeur, Vénusia ! Bises.



V


Oh ! Le vilain monstre !



Répondre
S


Il n'est pas beau ... Mais il est surtout malheureux !


J'ai pensé à Elephant Man en écrivant ce poème ...


Bises !