Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 19:30

Sècheresse / / Qu‘il fait soif, ce printemps ! / Que nous manque l’eau vive ! / Nulle averse tardive / Dans le ciel, en suspens, / / N’adoucit les coupants / De la précoce estive, / La saison maladive. / Qu'en souffrent les arpents / / De champs, ou d’herbe fraiche ; / La selve même est sèche ! / Les dragons n’ont plus d’eau ! / / La dryade se terre, / Même le korrig erre / En geignant, sforzando ! / / Stellamaris

(photographie : les Dragons du Clair Ruisseau ne peuvent même plus boire !)

(Sonnet marotique)

Partager cet article
Repost0

commentaires

M


merci pour ce partage, c'est bon à savoir



Répondre
S


Merci ! Toute mon amitié.



J


Toujours dotée d'un styles unique et tres delicat tes poemes, j'aimes beaucoup !



Répondre
S


Merci de tout coeur, Jaffaar ! Toute mon amitié.



F


Le classicisme


de la forme


et la superbe réponse


des rimes


font de votre sonnet marotique


un joyau de la poésie.


Le thème,


si actuel


de la sécheresse,


que vous rendez intemporel


par votre habillage mythologique,


s'impose


comme un véritable cri


de désespoir,


que la nature,


devenue impuissante


laisse retentir


sous la musique de vos mots.


La belle photographie


aux reflets confus,


illustre la rivière


et son lit presque apparent


d'une magistrale prise de vue,


pointillée de reflets et de bris de miroir.


 


Quelle belle image poétique !


 


Félicitations !


 


Cordialement,


 


Francis Etienne



Répondre
S


Merci de tout coeur, Francis, je te le dis souvent, mais je ne sais plus où me mettre quand je lis tes commentaires ... Merci infiniment ! Toute mon amitié.



M


Eh bien, serait-ce la fin de Dahut? En même temps je connais un drôle de pont branlant près du clair ruisseau où l'on doit pouvoir passer sans problème!



Répondre
S


De Dahud ? Dame non ! Ce n'est pas demain la veille que Ys sera au sec ! Rires ...


 


Bises !



M


c'est joli ce partage




Répondre
S


Merci ! Toute mon amitié.



V


Bravo !!



Répondre
S


Merci ! Bises !



V


joli sonnet et magnifique photo.


bises



Répondre
S


Merci Vénusia ! Bises.



A


Tu es déjà à l'oeuvre je vois! J'aime ce sonnet qui devrait être triste mais qui reste chantant malgré tout ou grâce à tes dons de poète...


J'ai bien envie d'écrire des sonnets de ce style mais je m'absente quelque temps. la tête est ailleurs déjà...


A bientôt dès que je peux ce sera avec plaisir Sterenn.


Amitiés.



Répondre
S


A bientôt alors, Annie ! Et merci ! Bises.



V


Beau travail...


Mais "maladive" s'accorde avec quoi ? (Je suis dure, n'est-ce pas !)



Répondre
S


Merci de tout coeur, au contraire, Valentine ! C'est corrigé. Bises !