Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 11:20

Suite de l'illustration des nouvelles des Chroniques Héossiennes...

Dans la nouvelle "Une étrange rencontre", une caravane assoiffée rencontre dans le désert un magicien nomoï, adepte du culte de l'eau. Il a le pouvoir de les désaltérer grâce aux eaux souterraines, mais il ne le fera pas tout de suite, parce que :

Tout ce que l’eau signifie / / Sous les sables du désert / Coule une source secrète ; / À celui dont l’âme est prête / Ce trésor peut être ouvert. / / Que la soif le sanctifie / D’abord, creusant son désir ; / Ainsi qu’il se purifie. / / Il faut presque décéder / Pour pouvoir l’appréhender, / / Tout ce que l’eau signifie. / / Stellamaris

(Illustration : Un nomoï, illustration prise sur le site du jeu de rôles Shaan renaissance)

(Shaltinienne)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Valentine :0056: 29/03/2014 17:46


Magnifique !!

Stellamaris 29/03/2014 19:32



Merci infiniment, Valentine ! Bises !



tilk 28/03/2014 00:15


j'adore l'illostration


amptié


tilk

Stellamaris 28/03/2014 00:51



Merci Tilk ! Avec toute mon amitié.



annie 27/03/2014 18:49


Si la vie est un théâtre, il n'y aurait plus d'acteurs sans cette eau si précieuse...


BRAVO pour cette shaltinenne !


Bonne soirée Stell.

Stellamaris 27/03/2014 22:44



Merci infiniment, Annie ! Bises !