Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 00:00
Sur le sable, une trace de pas, / Quand s'en vient la mer, elle passe ; / Mais qui donc ne nous oubliera pas, / Se remémorant notre face ? / / Quand s'en vient la mer, elle passe ; / Ses vagues brillent de tels appas ! / Nul ne saurait rester de glace, / Leur beauté : le meilleur des repas ! / / Mais qui donc ne nous oubliera pas ? / Quel fidèle jamais ne se lasse, / Et quand adviendra notre trépas / Se souviendra de notre race, / / Se remémorant notre face ? / Muse, vois : cette encre ou tu trempas / Nos plumes, dès l'aube s'efface : / Sur le sable, une trace de pas !
Partager cet article
Repost0

commentaires

J

Une très savante et chantante construction, il est vrai qu'on pense à la chanson de Prévert ... même si cette dernière s'applique plus à l'amour qu'à l'existence même.
http://www.francehongrie13.org/1999/lesfeuilles.htm


Répondre
S

Merci de tout coeur, Jakline, une comparaison qui me flatte ! Bises.


T

Ah, ces vagues (du temps) qui effacent nos traces ! Un beau poème où la mer, par sa beauté, nous console !
Tous mes meilleurs voeux marins pour cette nouvelle année Michel ... Sérénité, tendresse, et écriture qui fait du bien !!

Mes amitiés


Répondre
S

Merci de tout coeur, Théo ! Toute mon amitié.


C

En suivant les traces de pas on va vers la nouvelle année
J'espère qu'elle sera heureuse et prolifique car pour moi ces poèmes sont un régal
Bonne et heureuse année


Répondre
S

Merci de tout coeur, Caphadock ! Bonne année à toi aussi ! Toute mon amitié.


D

Bonsoir Stell, un bien joli poème, encore une fois. Je profite de ce passage pour te souhaiter de joyeuses fêtes de Noël, remplies de douceur et de joie. Grosses bises. Danielle


Répondre
S

J'arrive en retard pour Noël, mais excellentes fêtes de fin d'année ! Bises.


T

j'aime bcp ces traces je sens que je vais m'en inspirer pour mes fouilles
amitié
tilk

joyeuses fêtes


Répondre
S

Merci, Tilk ! Je vois ce que tu veux dire, il y a en effet une parenté entre cette photo et tes tableaux ...

Toute mon amitié, joyeuses fêtes !


C

je pensais  ( et c'était bien sûr un compliment ) au poème de Prévert mis en musique par Kosma qui se termine par ces mots
" et la mer efface sur le sable
les pas des amants désunis "

belle journée


Répondre
S

Je ne connaissais pas ce poème ... Mais me comparer à Prévert, je suis flatté ! Bises.


C

ton poème fait fredonner Les feuilles mortes avec ses traces de "pas des amants désunis"


Répondre
S

Peux-tu me rappeler la référence à laquelle tu fais allusion ? Bises.


A

Bonjour !!!!

Tres tres joli poeme sur les simples promenades en bord de mer.Ca me rappelle un coin de Saint Quay Portrieux.Non pas le sable, mais les vagabondages d hivers que j y faisais.Beau mais
etrange...

MErci pour ton petit dernier commentaire.

Bises.
Amities
Anjimu. 


Répondre
S

Merci beaucoup, Anjimu ! Bises.


T

oui !!! laissons des traces partout ou on peut
car les traces font rêver
amitié
je te souhaite de passer de bonnes fêtes
tilk


Répondre
S

Merci, Tilk ! Toute mon amitié.


U

L'éphémère.... toute une vie!
Très beau Stellamaris!


Répondre
S

Merci de tout coeur, Dominique ! Bises.


M


Enfin j'arrive à laisser un commentaire !!! J'essaye depuis des jours et ça
beug
(je te l'ai signalé sous ton commentaire à mon dernier poème :)
Bon tes éclats d'âme sont toujours éclatants !
J'adore le vers : " Quand s'en vient la mer, elle passe " 
Mais j'ai un doute sur " Mais qui donc ne nous oubliera pas "..
Le E de oublier ne se prononce pas ?
C'est la faute à Slevich, il m'a traumatisée avec ces E vicieux !
Bisous Bisous



Répondre
S

Merci infiniment, Maria, et de tout commentaire, qui me touche vraiment, et de ta persévérance, qui me touche tout autant ! C'est vrai que déposer des commentaires, sur Overblog, c'est souvent la
galère ...

Pour ce qui est de e muets, les règles particulières à la poésie classique ne s'appliquent qu'en fin de mot. Au milieu du mot, aucun souci, le e muet est muet ...

Toute mon amitié, bises !


A


La trace d'un oiseau dont tu as volé la plume?
Bises
Arthi



Répondre
S

Oh, je ne suis pas voleur ... Il me l'a prêtée, de bon gré ! Bises.


R

jolie trace que je vois
que laissera ta plume
rien ne l'effacera
car la mémoire est éternelle


Répondre
S

Merci de tout coeur, Reinette ! Bises.


M

Un merveilleux poème, merci, et bises.


Répondre
S

Merci à toi, Marlou ! Bises.