Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 21:36

Un spectre dans l’onde / / Quel est ce spectre de marin / Qui m’apparut dans l’onde sombre ? / Cherchant à cueillir un quatrain, / Je m’attardais en cet écrin / Où le magique est souverain, / Huelgoat … Dans la pénombre … / / Quel est ce spectre de marin / Qui m’apparut dans l’onde sombre ? / / Un noir ruisseau, ses eaux d’airain / Semblaient chanter un air chagrin … / Mais … Un visage, un galurin ? / Quoi, ce reflet ? C’est donc une ombre ? / / Quel est ce spectre de marin / Qui m’apparut dans l’onde sombre ? / / Il périt dans un méchant grain / En Ys, royaume sous-marin / Dont Dahud est le souverain … / Les défunts y sont en surnombre ! / / Quel est ce spectre de marin / Qui m’apparut dans l’onde sombre ? / / Celui que d’amour elle étreint / Est conduit, par un souterrain / Dans son bosquet le plus serein … / Il y vit, plus jamais n’y sombre ! / / Quel est ce spectre de marin / Qui m’apparut dans l’ombre sombre ? / / Stellamaris

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans Contes et légendes
commenter cet article

commentaires

Mona 21/08/2010 10:23



Ce spectre désolé s'est montré à toi de manière fugitive... Il a pressenti que tu le sortirais de l'oubli. Peut être est-il distrait par la vue des jolies jeunes filles qui, légères, dansent ou
gambadent près de son séjour ténébreux. Il dérive, comme une algue, plus heureux que les pétrifiés dans la pierre. Le poète me voit a t il pensé, il me sort de l'oubli! Superbe comme toujours,
Stella! Bises!



Stellamaris 21/08/2010 10:40



Merci Mona ! Bises.