Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 10:17

Une amie m'a demandé une dédicace en vers pour mon dernier roman, Xura ; la voici :

Dédicace pour Xura / / De ce roman, qui put savoir quel fut le fruit ? / J’appris beaucoup, et je revis, je devins homme / Car l’on descend jusqu’en son âme au creux du somme, / Du cauchemar au rêve, en plein cœur de la nuit ! / / Toi, mon amie, ouvre ton cœur et fuis le bruit, / Écoute le récit que ce livre raconte, / Cet étrange voyage est beaucoup plus qu’un conte, / Du cauchemar au rêve, en plein cœur de la nuit ! / / Prends Héléna pour guide ; oncques elle ne fuit ! / Car pour vaincre nos peurs elle connaît la route ; / Du pire désespoir, quelle fut la déroute / Du cauchemar au rêve, en plein cœur de la nuit ! / / De ce roman, qui put savoir quel fut le fruit / Du cauchemar au rêve, en plein cœur de la nuit ? / / Stellamaris

(Sonnet à échos)

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 07:28

Vous avez pu lire ici les poèmes qui illustrent mon premier roman, "Xura". Il vient de sortir aux Editions Stellamaris. En cliquant sur l'image de couverture, vous serez redirigés vers la page où il est possible d'en consulter des extraits et de le consulter.

http://editionsstellamaris.blogspot.fr/2013/10/xura.html

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 22:38

Après "Xura", ce poème donne le canevas d'un autre jeu de rôles que j'ai envie de proposer à mes joueurs...

Un manoir hanté / / Dans un manoir hanté au cœur des Monts d’Arrée, / Un sorcier maléfique autrefois fut brûlé ; / Je ne le savais pas ; quelle atroce soirée / Je passais en ces murs ! Que j’en fus ébranlé ! / / Depuis près de mille ans il rumine vengeance. / Il survit dans le rêve, il s'y trouve exilé, / Mais il reste puissant et – J’en suis affolé – / Complote pour venir appliquer sa sentence : / / Le chaos ici-bas. Il veut voir délié / Ce dieu si redouté dont c’est la jouissance ! / Pour ouvrir un portail il doit, comme allié, / Pervertir un enfant, en voler l’innocence… / / Un objectif atteint ? Quel étrange regard / A ce simple d’esprit qui rode, furibard, / Partout aux alentours… J’en tremble et j’en frissonne ! / / Au pays onirique il peut bien se cacher, / Je le débusquerai, je saurai l’empêcher / De faire qu’ici-bas le glas à nouveau sonne / / Tout comme au temps jadis, quand l’immonde noirceur / De ses agissements faisaient régner la peur / Partout dans le pays, sans épargner personne. / / Stellamaris

(Photographie : La tour de la Motte-Tanguy à Brest)

(Carillon)

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 19:24

Et voici le dernier poème qui me manquait à écrire pour le compte-rendu de cette partie de jeu de rôles ; de la plume d'Alwena et annexé à son journal, donc au tout début du livre, il relate comment elle a décidé de se séparer d'Héléna pour arpenter les terres du rêve...

Tu m’oublieras, Héléna! / / Un monde nouveau m’attend ; radieuse, / Je m’en vais l’explorer ; alors, adieu ! / Car je ne puis t’emmener en ce lieu ; / Tu m’oublieras, Héléna, sois heureuse ! / / Tu ne le sais, je suis aventureuse / Et mes chemins, tu ne les comprendrais ; / Je crois bien que tu t’épouvanterais… / Tu m’oublieras, Héléna, sois heureuse ! / / Tu me jugeras ingrate, oublieuse… / Dans ma douleur, c’est toi qui m’enfantas, / Je sais bien tout ce que tu m’apportas ! / Tu m’oublieras, Héléna, sois heureuse ! / / Merci, ton amitié fut fabuleuse ; / Tu m’oublieras, Héléna, sois heureuse ! / / Stellamaris

(Photographie : Rade de Brest ; je l'ai choisie car, pour moi, elle évoque des adieux)

(Sonnet à écho)

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 11:41

Toujours pour le même ouvrage (compte-rendu d'une partie de jeu de rôles illustré par des poèmes), je reviens au tout début de l'histoire : Ce poème illustrera le journal d'Alwena

Vivre libre ! / / Telle mon atroce faim : / Que de ces murs je m’évade, / Qu’enfin mon esprit gambade ! / Je veux vivre libre, enfin ! / / C’est comme un carcan sans fin / Qui m’enserre et m’emprisonne ; / Qu’une heure nouvelle sonne, / Je veux vivre libre, enfin ! / / Brest est semblable au couffin / Qui, pour un chien, sert de cage ; / Ah, que tout cela dégage ! / Je veux vivre libre, enfin ! / / Telle est mon atroce faim : / Je veux vivre libre, enfin ! / / Stellamaris

(Illustration prise sur Internet, ici)

(Sonnet à écho)

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 22:37

Et voici le poème qui clora cet ouvrage ; il me reste deux poèmes à écrire pour le finaliser, mais qui s'inséreront au tout début...

Vaincre les craintes de Kristen aura été encore plus difficile que de vaincre Xura ; finalement c'est Alwena qui y est arrivé, il lui aura fallu presque un mois pour cela...

Le pire n'est pas sûr / / Si Xura t’avais vaincu / – Ce que ton âme redoute – / Tu n’aurais connu nul doute, / Et nul n’aurait survécu. / / Convaincu de ta déroute, / Tu n’aurais pas attendu, / Pour te tuer ; lors, sa route / De désespoir répandu / / Aurait été grande ouverte ! / Souviens-toi ! J’étais son dû, / Mais il voulait voir perdu / Mon corps ! Chaude fut l’alerte ! / / Mais le pire n’est pas sûr ; / Si vivre de crainte est dur, / C’est surtout du masochisme / / Car trop cultiver la peur, / Par un étrange atavisme / Hâte souvent le malheur ; / / Et l’on peut sans angélisme / Cueillir le jour, le bénir, / Et de tout se réjouir ! / / Stellamaris

(Photographie : Votre serviteur)

(Carillon)

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 17:47

Suite au poème précédent, les autres joueurs - et notamment Héléna, qui n'a aucune raison de douter de sa victoire sur Xura - sont loin d'êtres convaincus par la proposition de Kristen, qu'ils se suicident tous en bon ordre... Mais comment le convaincre ? Pas facile !

Folie / / N’est-ce pas folie, ami Kristen, / De toujours envisager le pire ? / Par tes mots – Funeste est ton délire – / Tu convoques le mal, ce kraken ! / / Allez, apaise-toi, reste zen, / Descend donc en ton âme, et respire ; / Une paix, là, réside et t’inspire ; / Puise à la force des yeomen, / / Reviens à toi ! Regarde ta crainte, / Rien ne la fonde qui soit concret, / Si, de Xura, c’était une feinte ? / / Mourir ? Je le puis ; mais je n’irai / Pas à l’aveugle en ce labyrinthe ! / Qui peut savoir ce qu’il adviendrait ? / / Stellamaris

(Illustration prise sur Internet : Le labyrinthe géant des monts de Guéret)

(Sonnet pétrarquien)

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 19:36

Suite du poème précédent : Les doutes de Kristen sont tellement violents que, pour éviter tout risque de retour de Xura, il propose à ses compagnons une solution pour le moins extrême : Le suicide !

Où est Xura ? / / Xura n’est plus dans les terres du rêve, / Où que l’on aille, on ne l’y trouve plus ; / Son pays même est libéré du flux / D’envoûtements qui le frappaient sans trêve ; / / Ma sœur aussi ne subit plus le glaive / De sa malice ; il n’est donc pas reclus / En son esprit ; mais sont-ils révolus, / Ses jours ? Est-on bien sûrs que tout s’achève ? / / Il est rusé ; m’étreint un doute affreux : / S’il se cachait en l’un de nous ? Je gage / Qu’il poursuivrait, lors, ses plans ténébreux ! / / Pour empêcher son funeste abordage / Sur Brest, mourons ! Ce geste valeureux / Peut prévenir un terrible saccage ! / / Stellamaris

(Photographie prise sur Internet, ici)

(Sonnet pétrarquien)

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 10:16

Suite du même jeu de rôles, Kristen ne se laisse pas facilement convaincre de la victoire de Xura, il redoute une ruse...

Doutes / / Xura serait vaincu ? Je ne crois plus aux fées / Depuis longtemps, hélas, je fus bien trop souvent / Déçu durant ma vie ; « Espoir » n’est que du vent, / Il s’évapore, et rien n’en reste, et ses trophées / / Laissent un goût amer aux âmes assoiffées / Qui prêtèrent l’oreille à son chant décevant… / Le monde est inclément pour qui vit en rêvant ! / Fidèles sont les pleurs, les sanglots par bouffées ! / / Xura n’est pas un ange, et je le sais rusé ; / Sa défaite apparente est-elle un simulacre / Pour mieux nous endormir ? Il serait avisé / / De rester en éveil, car sinon le massacre / Pourrait recommencer ; il lui serait aisé / De reprendre la lutte, et tôt viendrait son sacre ! / / Stellamaris

(Illustration : Un des nombreux "visages" que j'ai photographiés en forêt de Huelgoat)

(Sonnet pétrarquien)

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 09:55

Toujours dans le même jeu de rôles, après cette nuit pour le moins mouvementée, ils se réveillent ; Alwena sort de son coma et les demande à son chevet : elle est ressuscitée !

Résurrection / / Vous sauvâtes le monde / En me ressuscitant ! / / Un désespoir de glace / M’emprisonnait le cœur, / Et j’attendais qu’il fasse / Descendre le malheur / Sur la frivole race / Des hommes sans valeur… / / Vous sauvâtes le monde / En me ressuscitant ! / / Je m’étais résignée / À cette triste fin / Où la noire araignée / Assouvissait sa faim ; / Pas une âme épargnée, / Cet ennemi ne feint ! / / Vous sauvâtes le monde / En me ressuscitant ! / / Soudain, dans ma douleur, / Je sus votre présence ; / Une douce chaleur / M’enveloppa d’aisance / Comme un parfum de fleur ; / Quelle douce fragrance ! / / Vous sauvâtes le monde / En me ressuscitant ! / / Et Xura n’était plus, / Et j’étais enfin libre ; / Et devant ce surplus / De bonheur, chaque fibre, / – Irrésistible afflux – / De mon être, enfin vibre ! / / Vous sauvâtes le monde / En me ressuscitant ! / / Stellamaris

(Image prise sur Internet, ici)

(Virelai)

Partager cet article
Repost0