Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 21:45

L'Être et le Néant 10 - Réponse de l'Être / / Je suis passionné ; c’est l’Amour que je chante, / Avec A majuscule, oui, celui qui conquit / Mon être, corps et cœur et tripes, qui vainquit / Mon âme ; sa flamme est ombrageuse et puissante ! / / Il lave et purifie, il tue et puis enfante ; / C’est par lui que je vis ; il est celui par qui / Je suis, à tout jamais, tel celui qui naquit / Le jour même ; et ceci dès que je suis sa sente ! / / De toujours à toujours, les plus grands l’ont loué / En des vers sans pareils ; sur scène on l’a joué, / Des rois se sont pâmés ; n’as-tu donc lu Shakespeare ? / / Juliette et Roméo ... Qu'est-il donc de plus beau ? / Celui qui l’écrivit n’est certes un nabot ! / Mais que lis-je en tes traits ? Tu ne vas pas en rire ? / / Stellamaris

( Illustration : Publicité Art Nouveau pour une représentation de Roméo et Juliette )

( Sonnet marotique )

Partager cet article

Repost0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 11:03

Joie d’écrire / / Comme une fleur écarlate, / Éclate, / Ma joie, en ce jour si gris ! / Car tu chasses tout stigmate / De mate / Apathie, où je fus pris / Parfois ... D’un cygne sans prix / Épris / Je revis, sa plume acrobate / Ne rate / Sa cible, et que j’en ris ! / / Stellamaris( Illustration : fleurs dans la ville )( Lai )

Partager cet article

Repost0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 09:15

L'Être et le Néant 9 – Réponse du Néant / / Tu te crois donc un Dieu ? C’est moi qui suis ton Roi ! / Tu le sens aussitôt, dès que se désenlace / Ce couple d’un moment, déjà ta chair est lasse ... / Car, sais-tu, je m’y tiens, oui, tout au fond de toi ! / / Alors, pour m’oublier, en reniant ta foi, / Tu changes de jument ; ton appétit vorace / Veut toujours voir ailleurs ; et qu’ainsi se fracasse / Son espoir, ne t’émeut ! Pour toi, c’est un exploit : / / “ Bourreau des cœurs ”, dis-tu ; ce titre, tu t’en vantes / En osant te gausser des peines éprouvantes / De celle qui t’avait, un jour, pris pour son tout ! / / Ainsi donc, je grandis, dans son cœur, dans ton âme, / Et je m’en réjouis ... Entends mon rire infâme / Tandis que je te flatte, adorable toutou ! / / Stellamaris

( Illustration : tableau "Biblis", de Wiliam Adolphe Bouguereau )

( Sonnet marotique )

Partager cet article

Repost0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 12:38

L'Être et le Néant 8 – Réponse de l’Être / / Mammon n’est pas mon Dieu ! C’est de la calomnie ! / L‘argent n’est qu’un moyen, utile, et je m’en sers / Autant que de besoin – Nul ne peut vivre d’airs – / Mais il n’est pas mon but ! Entends-tu ? Je le nie ! / / Non, je vénère Éros, et la douce harmonie / D’un visage soyeux, de seins fermes, d’yeux pers ... / Une croupe avenante est tout un univers / Où j’aime à me noyer ! Oui, n’est-elle infinie, / / La jouissance ? Et pour humer des cheveux d’or, / Sans un regret, tout mon argent, dans le décor, / Oui, je le jetterai ! C’est là le prix d’un ange ! / / Quand je fusionne avec la belle je ne puis / Me retenir de m’exclamer « Oh oui ! Je suis ! » / Me voici devenu divin, quittant la fange ! / / Stellamaris

( Illustration : Nu allongé, de Modigliani )

( Sonnet marotique )

Partager cet article

Repost0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 22:27

L'Être et le Néant 7 - Réponse du Néant / /

( double sonnet marotique )

Partager cet article

Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 21:27

L'Être et le Néant - 6 - Réponse de l'Être / / Attends, attends, attends ! Parfois, je déraisonne, / / Il est vrai ; chaque fois, bientôt, je m’en repens ; / Et si, quand ma folie éclate, je n’entends / Plus rien, hélas, que le clairon quand il résonne / / Tout mon cœur, très bientôt, d’horreur alors frissonne ! / Je jure alors : La der des der, ou je me pends ! / Qui tentera de m’entraîner là, je l’attends ! / Je ne me mettrai plus à genoux pour personne ! / / Non, je vivrai de paix, prenant le plus grand soin / De la vie ! Et celui qui l'attaquerait, loin / Je le rejetterai, pour qu’une nouvelle ère / / Puisse ainsi commencer, chacun, selon son cœur, / Sachant trouver, selon ses vœux, le vrai bonheur : / Demeurer sans souci, bien tranquille, prospère ! / / Stellamaris

( Illustration : Saint Jérôme Pénitent, tableau de Georges de la Tour (détail) )

( Sonnet marotique )

Partager cet article

Repost0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 17:15

L'Être et le Néant - 5 Réponse du Néant / / Crier, et t’indigner ? Cela ne te sied guère, / Si nombreux sont tes dieux qu’ils peuvent dire « nous » ; / Devant de vils humains, ne te vis-je à genoux ? / Tel ordonne et commande, ou bien parfois, suggère / / De tuer, massacrer, violer – C’est la guerre ! – ; / Et, tel un léopard sur un troupeau de gnous, / Oubliant tes Yavhés, tes Boudhas, tes Vishnous, / Et même la raison, tu mets l’enfer sur terre : / / Tu fonds sur le vieillard, l'innocent ; sur l’enfant, / Torturant sans pitié, barbare triomphant, / Puis tuant par plaisir pervers et délétère ! / / Au nom de ci, de ça, tu m’ouvres le chemin, / Que s’étende mon règne en chaque lendemain ! / Quel culte tu me rends, du fond de ta colère ! / / Stellamaris

( Illustration : Gravure de Francisco de Goya, dans la série "Les désastres de la guerre" )

( Sonnet marotique )

Partager cet article

Repost0
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 19:38

L'Être et le Néant - IV - Réponse de l'Être / / « “Mais je suis toujours là, plus puissant que tes dieux ! ” / Quel est donc ce blasphème, ectoplasme impalpable ? / Je ne suis un païen, me croirais-tu capable / De vile idolâtrie, ainsi que nos aïeux / / Qui, dans les temps anciens, dès qu’ils posaient les yeux / Sur un astre, une bête, ou même un peu de sable, / Dressaient une statue en un élan coupable ? / Non, je ne suis pas tel, non ! Car moi, je suis pieux ! / / Qu’on le nomme Jésus, Allah, ou l’Architecte / Suprême, peu m’en chaut, de tout cœur je respecte / En lui celui qui fut ; il est ; même, il sera ! / / Et ne suis-je un peu lui ? Si l’on me nomme l’Être, / N’est-ce qu’il me façonne à l’aune de son mètre, / Toujours, jour après jour ? Ne vois-tu son aura ? » / / Stellamaris

(Illustration : La Création d'Adam par Michel-Ange, plafond de la Chapelle Sixtine)

(Sonnet marotique)

Partager cet article

Repost0
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 06:18

Suite des deux poèmes précédents ...

Réponse du Néant / / « Tu t’agites, tu cours ; mais n’est-ce du vain bruit ? / Oh, tu crois que tu vis, mais n’est-ce une chimère ? / Car je suis déjà là, cœur de ta peine amère ; / Tu t’amuses, le jour, mais tu pleures la nuit ! / / Que tes plaisirs sont vains ! La tristesse est leur fruit ! / Reposes-toi plutôt en moi ; je suis ta mère ! / Car l’on peut y trouver le repos qu’on espère ; / Et l’on me vilipende et me hait ; l’on me fuit ! / / Plonge au creux de ton âme et vois ; tu m’y retrouves ! / Je suis là, bien présent ; mais toi, tu me réprouves ! / Et pour ne voir ma face, ah, tu caches tes yeux ! / / Je suis cette ténèbre au dedans de ton crâne / Qui t’appelle et t’attend, quand tu ris comme un âne ... / Mais je suis toujours là, plus puissant que tes dieux ! » / / Stellamaris

( Illustration : tableau de Pieter Claesz )

( Sonnet marotique )

Partager cet article

Repost0
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 17:38

Ce poème fait suite au précédent, "L'Être et le Néant"

Réponse de l’Être / / L’Être lui répondit : « Mais peut m’en chaud ! / Si je suis aujourd’hui, ce jour, je danse, / Je chante et m’en emplis. Et qu’il soit dense, / De minutes chargé, le cœur si chaud / / Qu’il brûle ! En effeuillant cet artichaut, / J’en goûterai chaque pétale ; immense / Joie, en laquelle à jamais je m’avance ! / Et chaque jour, je goûte un nouveau show ! / / Toi qui m’attends, immobile et sans vie, / Sans âme, sans bonheur, sans nulle envie ; / Toi qui ne mourras pas ; même confus, / / Ne ressens-tu ce manque, atrocr vide / Qui ne te quitte pas, quand se dévide / Le temps glacial ? Jamais tu ne fus ! » / / Stellamaris(Illustration : Tableau de Pieter Bruegel l'ancien)

(Sonnet marotique)

Partager cet article

Repost0