Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 11:54

Strophe sapphique / / Ce déséquilibre émeut, touche séduit ; / On ne le perçoit, mais il nous dynamise ! / Hémistiche court, puis long … Comme une bise, / Câlin d’« elle » à « lui » ! / / Stellamaris

(Fresque de Pompei représentant la poétesse Sappho)

Partager cet article
Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 21:07

Comme un nouveau-né / / Silence du soir, avide je te goûte ; / Cette heure est bénie, elle infuse la paix / Quand le poids du stress est comme un voile épais, / Que mouvoir nous coûte ! / / Alors je descends en mon être intérieur ; / Ma plume tarie avidement s’anime, / Je puis retrouver le chemin de la rime, / Et j’en suis rieur, / / Exalté, tout fou ! Ce don, qui m’est donné, / M’est si précieux, que, bientôt, je sens battre / Mes deux mains, de joie. Assis au coin de l’âtre, / Je suis un nouveau-né / / Qui d’un rien s’émeut, et d’un rien s’émerveille ! / Qu’il est bon de vivre, et d’être, simplement, / Et de savourer ce bonheur, qui ne ment, / Tant il nous éveille ! / / Stellamaris

(ode sapphique)

Partager cet article
Repost0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 13:44

Selkie / / Un phoque, né des océans / Devint ma femme. Une selkie / A fait ma conquête, céans ! / Un phoque, né des océans ; / En mon cœur, abîmes béants ! / Libre comme une cherokee, / Un phoque, né des océans, / Devint ma femme. Une selkie ! / / Sur la plage, elle m’a séduit, / Dans un brouillard, je m’en rappelle ; / Faisait-il jour, faisait-il nuit ? / Sur la plage, elle m’a séduit / – Clin d’œil et sourire gratuit – / En y pensant, je m’émerveille ! / Sur la plage, elle m’a séduit, / Dans un brouillard, je m’en rappelle. / / Mais vivre à terre était trop dur / Pour cette princesse marine ; / Elle s’efforçait, j’en suis sûr, / Mais vivre à terre était trop dur, / Elle était semblable au fruit mûr / Qui flétrit, loin de sa racine … / Mais vivre à terre était trop dur / Pour cette princesse marine. / / Une fée, un beau jour, la vit / Pleurer, lui dit : « Viens dans la mare ! / Car quiconque y nage revit ! » / Une fée, un beau jour, la vit, / Et bien sûr, elle la suivit / Car c’était une chance rare … / Une fée, un beau jour, la vit / Pleurer, lui dit : « Viens dans la mare ! » / / Depuis ce jour, je suis bien seul, / Tristement j’erre sur la berge … / Son absence est comme un linceul ! / Depuis ce jour, je suis bien seul, / Et je me sens comme un aïeul / Espérant la dernière auberge ; / Depuis ce jour, je suis bien seul, / Tristement, j’erre sur la berge. / / Mais aujourd’hui, j’ai cru la voir : / Ce roc, j’en suis certain, c’est elle ! / J’étais comme au creux du hachoir, / Mais aujourd’hui, j’ai cru la voir, / Est-ce folie ? Est-ce l’espoir ? / Oh, je revis, car c’est ma belle ! / Car aujourd’hui, j’ai pu la voir : / Ce roc, j’en suis certain, c’est elle ! / / Stellamaris

(triolets)

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 22:18

Hippocampe / / Qui t’imagina, quel sorcier déjanté ? / De son chapeau fou, saoul, a-t-il pu t’ôter ? / Qu’avait-il fumé ? L’entendait-on chanter, / Comme un commodore : / / « Victoire ! Eurêka ! Voyez mon nouveau-né ; / N’est-ce un bel enfant ? Car je vous l’ai donné, / Un jour très prochain, vous entendrez tonner, / Ce feu qu’il arbore ! » / / « Il sera puissant, vous pourrez tôt le voir / S’envoler, géant, sur les ailes du soir ; / Le feu de sa bouche est un vrai rôtissoir ! / Que nul ne l’ignore ! » / / Mais tu n’as grandi ! Ta cachette : les eaux, / Dragon miniature, et nul, dans tes naseaux / Ne vit d’étincelle enflammant les roseaux, / Timide pécore ! / / De te voir, pourtant, suffit à mon bonheur ; / Distilleur de rêve, agréable liqueur / Qui nourrit mes vers et me comble le cœur / Du soir à l’aurore ! / / Stellamaris

(ode sapphique)

Partager cet article
Repost0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 22:02

Regard d’enfant / / Vois ce regard d’enfant qui découvre le monde, / Qui découvre la vie ; il l’aspire, il la boit / Car il veut tout connaître et rentrer dans la ronde. / Vois ce regard d’enfant qui découvre le monde, / De ses grands yeux ouverts, il le scrute et le sonde / Car il en fait son miel, et c’est ainsi qu’il croît ! / Vois ce regard d’enfant qui découvre le monde, / Qui découvre la vie ; il l’aspire, il la boit ! / / Stellamaris

(triolet)

Partager cet article
Repost0
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 22:57

Jaillis du passé / / Trois fiers géants sont jaillis du passé / Pour s’enfoncer aussitôt dans la brume. / Qui les conduit ? Quel marin trépassé ? / Trois fiers géants sont jaillis du passé / Que l’on croyait révolu, dépassé ; / Quel est-ce songe ? Ô, magie, on te hume / Quand, par bonheur, notre raison s’enrhume / Et que la muse, avec nous, veut valser ! / Trois fiers géants sont jaillis du passé / Pour s’enfoncer aussitôt dans la brume. / / Stellamaris

(triolet)

Partager cet article
Repost0
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 16:33

Bruine et brume / / Jour de bruine et de brume / Couvrant Brest, comme un manteau / Blanc, léger comme une plume ; / Jour de bruine et de brume, / Une voilette d'écume / Que je chante, allegretto ! / Jour de bruine et brume / Couvrant Brest, comme un manteau. / / Stellamaris

(triolet)

Partager cet article
Repost0
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 21:49

La feuille et le bourgeon / / Sur une branche nue, une feuille d’automne / Tristement se balance et désigne le sol. / Uniforme tourment, ô combien monotone, / Sur une branche nue, une feuille d’automne / N’espère qu’en sa chute, en attendant, bougonne : / « Que ne deviens-je humus ? Quand prendra fin mon dol ? ». / Sur une branche nue, une feuille d’automne / Tristement se balance et désigne le sol. / / Aiguise bien tes sens ; n’entends-tu pas la sève / Fredonner doucement dans son demi-sommeil ? / L’hiver est une nuit, c’est le doux temps du rêve, / Aiguise bien tes sens ; n’entends-tu pas la sève / Qui tressaille d’espoir : « L’épreuve sera brève, / Et très bientôt viendra le temps de mon réveil ! » / Aiguise bien tes sens ; N’entends-tu pas la sève / Fredonner doucement dans son demi-sommeil ? / / Le bourgeon se prépare, il en est la promesse, / Reviendra le printemps, et l’arbre renaîtra ! / Se tendant vers les cieux, tel le prêtre, à la messe, / Le bourgeon se prépare, il en est la promesse, / Vous verrez très bientôt la selve enchanteresse / Exploser de couleurs, le Dieu Cornu vaincra ! / Le bourgeon se prépare, il en est la promesse, / Reviendra le printemps, et l’arbre renaîtra ! / / Stellamaris

(Photographie : en forêt de Huelgoat)

(Triolets)

Partager cet article
Repost0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 22:45

hAu creux du gouffre / / Comme au profond d’un gouffre, / En mon for intérieur / Je descends … et si je souffre, / Comme au profond d’un gouffre, / L’espoir à flots s’engouffre ! / Et j’en renais, rieur , / Comme au profond d’un gouffre, / En mon for intérieur ! / / Stellamaris

(Photographie : En descendant vers le Gouffre d'Ahès, en Forêt de Huelgoat)

(Triolet)

Partager cet article
Repost0
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 22:44

Myriades d’étoiles / / Ce gouffre est, dit-on, un tombeau ; / Vois ces myriades d’étoiles ; / Non, Salomé, levant ses voiles, / Oncques n’offrit ballet plus beau ! / / Regarde, Ahès, vois cette fête / Où chaque âme devient flambeau / Pour te rendre grâce à tue-tête ! / / Ce sont tes innombrables fils / Que tu sauvas, jadis, en Ys. / / Les flots ? Leur demeure secrète ! / / Stellamaris

(photographie : Fond du Gouffre d'Ahès en Forêt de Huelgoat)

(shaltinienne)

Partager cet article
Repost0