Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 19:40

Un poème de jeunesse d'Edgar Allan Poe... Comme je le comprends !

(Illustration prise sur Wikipédia)

Repost 0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 21:22

Pour transposer en français ce poème d'Edgar Allan Poe, comme il n'a fait rimer que les vers pairs de chaque strophe, j'ai fait de même...
 

(Illustration prise sur Internet, ici)

Repost 0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 21:28

Encore une transposition en vers français d'un poème d'Edgar Allan Poe, celui-ci plus court...

(Illustration : Tableau de Manet, "Le buveur d'absinthe")

Repost 0
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 21:15

Encore une adaptation à la langue française d'un poème d'Edgar Allan Poe

Israfel / Et l’ange Israfel, dont les fibres du cœur sont un Luth, et qui de toutes les créatures de Dieu a la plus douce voix (Le Coran) / / C’est dans le Paradis qu’un esprit angélique / Réside ; et « de son cœur, les fibres sont un luth » ; / Nul ne chanta jamais de chant si magnifique / Et sauvage que cet ange, Israfel ; nous l’indique / Ce mythe : chaque étoile est prise d’un antique / Vertige ; elle interrompt ses hymnes, extatique / – Sortilège ! – ; à sa voix, chacune se tait. Chut… / / C’est ainsi qu’au-dessus de nos têtes vacille, / Quand elle culmine au zénith de son jour, / La lune chancelante ; elle tombe en amour, / Elle défaille, elle rougit, elle scintille / Quand, pour mieux écouter, la vermeille clarté / (Les Pléiades aussi, qui jadis ont été / Sept, et que l’on connaît pour leur vélocité) / Fait une pause au Paradis, sainte cité. / / L’on peut entendre alors par le chœur en délire / Des étoiles, par tous, dit d’une seule voix, / Que le feu d’Israfel doit à sa céleste lyre / – C’est de cet instrument que lui vient son empire – / Par laquelle il s’assied, livrant son chant vermeil, / Ce tremblement sans fin de la vie ; il respire / En chaque corde étrange ; il n’est rien de pareil ! / / Mais dans les cieux bénis que les pas de cet ange / Arpente, les pensers profonds sont un devoir ; / L’amour y est un dieu fort, que chacun louange, / Les clins d’œil des houris y sont, comme un miroir, / Imprégnés de beauté, de la splendeur étrange / Qui nous fait adorer les étoiles du soir. / / Et c’est pour tout cela que l’on peut en justesse / T’approuver, Israfel, pour ton mépris puissant / De tout chant qui n’ait pas l’éclatante richesse / Des passions ; et tes lauriers, qui n’y consent ? / Nul barde ne t’égale, et nul n’a ta sagesse ! / Que tu vives joyeux, et longtemps florissant ! / / De ce haut Paradis cette extase est richesse, / Ce feu tiré par toi d’un silence, d’un ut – / Ta douleur, ta joie, et ta haine, et ta tendresse, / Avec cette ferveur que leur donne ton luth. / Les étoiles vraiment peuvent se taire. Chut ! / / Il n’est faux que ce ciel tout entier t’appartienne, / Mais notre monde est fait de douceurs et de pleurs, / Et nos fleurs, simplement, ne sont rien que des fleurs ; / Et que l’ombre de vos félicités parvienne / Ici, elle y semble un soleil de splendeurs ! / / Certes, s’il se pouvait qu’un jour je m’établisse / Où réside Israfel, où tout n’est que délice, / Et si de même lui pouvait devenir moi, / Il se pourrait qu’en ces bas lieux son chant ne puisse / Aussi bien retracer d’un mortel chaque émoi, / Pendant qu’il se pourrait qu’une note se hisse, / / De ma lyre, hardiment, jusques aux pieds du Roi / / Stellamaris

D'après

Israfel / And the angel Israfel, whose heart-strings are a lute, and who has the sweetest voice of all God's creatures.—KORAN. / / In Heaven a spirit doth dwell / “Whose heart-strings are a lute”; / None sing so wildly well / As the angel Israfel, / And the giddy stars (so legends tell), / Ceasing their hymns, attend the spell / Of his voice, all mute. / / Tottering above / In her highest noon, / The enamoured moon / Blushes with love, / While, to listen, the red levin / (With the rapid Pleiads, even, / Which were seven,) / Pauses in Heaven. / / And they say (the starry choir / And the other listening things) / That Israfeli’s fire / Is owing to that lyre / By which he sits and sings— / The trembling living wire / Of those unusual strings. / / But the skies that angel trod, / Where deep thoughts are a duty, / Where Love’s a grown-up God, / Where the Houri glances are / Imbued with all the beauty / Which we worship in a star. / / Therefore, thou art not wrong, / Israfeli, who despisest / An unimpassioned song; / To thee the laurels belong, / Best bard, because the wisest! / Merrily live, and long! / The ecstasies above / With thy burning measures suit— / Thy grief, thy joy, thy hate, thy love, / With the fervour of thy lute— / Well may the stars be mute! / / Yes, Heaven is thine; but this / Is a world of sweets and sours; / Our flowers are merely—flowers, / And the shadow of thy perfect bliss / Is the sunshine of ours. / / If I could dwell / Where Israfel / Hath dwelt, and he where I, / He might not sing so wildly well / A mortal melody, / While a bolder note than this might swell / / From my lyre within the sky. / / Edgar Allan Poe

(Illustration : Illustration de Edmund Dullac pour un recueil de poèmes d'Edgar Allan Poe, 1912)

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 12:24

Un poème écrit à quatre mains avec un ami de plume, Michel Doucet

Aurore / / Grâce te soit rendue, aurore, / Par toi, je renais chaque jour ! / Dans mes yeux qui te voient éclore, / Grâce te soit rendue, aurore ! / Tes feux enluminent la flore / Pour mon regard de troubadour ; / Grâce te soit rendue, aurore, / Par toi, je renais chaque jour ! / / Alors je peux chanter ma joie, / Qu'elle vous vienne par mes vers ! / / Voici le ciel qui me tutoie / Alors je peux chanter ma joie ! / Je suis libre, suivant la voie / Le long du champ de l'univers / Alors je peux chanter ma joie, / Quelle vous vienne par mes vers ! / / Michel Doucet et Stellamaris

(Illustration : Aurore sur les toits de Brest)

(Triolets)

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 11:21

Encore un poème d'Edgar Allan Poe transposé en vers français...

Eldorado / / C’est gaiement habillé / Qu’un très preux chevalier / Dans le soleil et l’ombre / A longtemps voyagé, / Chantant le cœur léger, / Cherchant l’Eldorado. / / Le temps passant, vieillit / Qui jamais ne faillit / Et sur son cœur une ombre / Tomba, car il ne vit / Onc rien qui le ravit / Comme l’Eldorado. / / Tandis que le laissait / Sa force – il faiblissait – / Il vit passer une ombre / Pèlerine. Il lui dit / « Ombre, toi l’érudit, / C’est où, l’Eldorado ? » / / « Va jusque par-delà / Les Monts de Lune et là, / Descends le Val de l’Ombre ; / / Chevauche, sois hardi », / L’ombre lui répondit, / « Pour voir l’Eldorado. » / / Stellamaris / / D’après / / Eldorado / / Gaily bedight, / A gallant knight, / In sunshine and in shadow, / Had journeyed long, / Singing a song, / In search of Eldorado. / / But he grew old- / This knight so bold- / And o'er his heart a shadow / Fell as he found / No spot of ground / That looked like Eldorado. / / And, as his strength / Failed him at length, / He met a pilgrim shadow- /

(Illustration : Illustration de Edmund Dullac pour un recueil de poèmes d'Edgar Allan Poe, 1912)

Repost 0
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 20:13

Je suis toujours dans mes adaptations des poèmes d'Edgar Allan Poe...

À F / / Bien-aimée ! Au milieu des pires des malheurs / Nombreux autour de mon sentier sur cette terre – / (Morne sentier, hélas, où ne poussent de fleurs ; / Pas même l’on y voit de rose solitaire) – / Mon âme trouve au moins de quoi se consoler / Quand elle rêve à toi, car elle y considère / Un paradis de doux repos pour y souffler. / / Ainsi ton souvenir est, pour moi, comparable / À quelque île enchantée, au loin sur l’océan, / – En des lieux où la mer est sauvage, implacable, / Où les tempêtes font pulser, comme un géant / Sauvage les flots – Mais où le ciel immobile / Pendant ce temps accorde, bienséant, / Un éternel sourire à cette brillante île / / Stellamaris / / D’après / / To F / / Beloved! amid the earnest woes / That crowd around my earthly path- / (Drear path, alas! where grows / Not even one lonely rose)- / My soul at least a solace hath / In dreams of thee, and therein knows / An Eden of bland repose. / / And thus thy memory is to me / Like some enchanted far-off isle / In some tumultuous sea- / Some ocean throbbing far and free / With storms-but where meanwhile / Serenest skies continually / Just o'er that one bright island smile. / / Edgar Allan Poe

(Illustration : l'île de Molène, depuis la plage des Blancs Sablons au Conquet)

Repost 0
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 23:05

Je poursuis mes transpositions en vers français des poèmes d'Edgar Allan Poe...

Le palais hanté / / Dans la plus verte des vallées / Par de bons anges occupé / Un palais aux tours crénelées, / Majestueux, tenait campé / Son chef. Quand là régnait Pensée, / N’est-ce là qu’il tenait sa cour ? / Onc aile d’ange n’est passée / Sur aucune aussi belle tour ! / / D’or, de magnifiques bannières / Sur tous ses toits flottaient au vent / (Mais hélas, depuis bien des ères / Ces temps sont morts, dorénavant) / À chaque courant d’air aimable / Des jours où la douceur flânait, / Le long du rempart admirable, / Une odeur ailée advenait. / / Les passants, ô vallée heureuse, / Par les fenêtres ont pu voir / D’esprits, la danse gracieuse / Au son du luth dans le doux soir ; / Ils dansaient tout autour d’un trône / Où, Porphyrogénète, assis, / Dans sa gloire, comme on le prône, / Le souverain se voyait sis. / / De perles et rubis, scintillante / Était la porte du palais / Par où passait, surabondante / Vague sans fin, brillants reflets, / Des Échos, dont la douce tâche / Était de chanter, avec foi, / Sans que la beauté se relâche, / L’esprit, la sagesse du roi. / / Mais des maudits, en tristes aubes, / Ont assailli ton roi béni ! / (Ah, pleurons ! – car plus jamais d’aubes / Ne t’éclaireront, c’est fini !) / Autour de son logis la gloire / Qui l’empourprait et fleurissait / N’est plus rien qu’une ancienne histoire / Enterrée avec le passé. / / Les voyageurs dans la vallée / Voient, par les carreaux cramoisis, / Des formes. Leur danse fêlée / Les tord sur des accords moisis. / Lors, comme un horrible rapide / Fuit par la porte pâle un flux / Sans retour, foule hideuse, vide, / Qui rit – mais qui ne sourit plus. / / Stellamaris / / D’après / / The haunted palace / / In the greenest of our valleys / By good angels tenanted, / Once a fair and stately palace– / Radiant palace–reared its head. / In the monarch Thought’s dominion, / It stood there! / Never seraph spread a pinion / Over fabric half so fair! / / Banners yellow, glorious, golden, / On its roof did float and flow / (This–all this–was in the olden / Time long ago) / And every gentle air that dallied, / In that sweet day, / Along the ramparts plumed and pallid, / A winged odor went away. / / Wanderers in that happy valley, / Through two luminous windows, saw / Spirits moving musically / To a lute’s well-tuned law, / Round about a throne where, sitting, / Porphyrogene! / In state his glory well befitting, / The ruler of the realm was seen. / / And all with pearl and ruby glowing / Was the fair palace door, / Through which came flowing, flowing, flowing / And sparkling evermore, / A troop of Echoes, whose sweet duty / Was but to sing, / In voices of surpassing beauty, / The wit and wisdom of their king. / / But evil things, in robes of sorrow, / Assailed the monarch’s high estate; / (Ah, let us mourn! –for never morrow / Shall dawn upon him, desolate!) / And round about his home the glory / That blushed and bloomed / Is but a dim-remembered story / Of the old time entombed. / / And travelers, now, within that valley, / Through the red-litten windows see / Vast forms that move fantastically / To a discordant melody; / While, like a ghastly rapid river, / Through the pale door / A hideous throng rush out forever, / And laugh–but smile no more. / / Edgar Allan Poe

(Porphyrogénète : Fils d'un empereur byzantin né pendant le règne de son père)

(Illustration prise sur Internet, ici)

Repost 0
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 20:57

Encore une transposition en vers français d'un poème d'Edgar Allan Poe... Ce poème conte les confidences d’une jeune mariée à son amie  (« ma très pure »), relatives à son défunt premier amour. Edgar Allan Poe nomme cette amie « D’Élormie ». Je n’ai pas réussi à intégrer ce nom dans mon adaptation, mais sans regret, il ne m’a pas semblé qu’il soit capital pour ni pour sa compréhension, ni pour le ressenti.

Ballade de noces / / À l’annulaire, une alliance ; / Un diadème culminant / Sur mon front, le satin qui danse, / Les bijoux me font allégeance, / Je suis heureuse maintenant. / / Et mon seigneur, Dieu, comme il m’aime ! / Mais quand il dit, en ahanant, / Ses vœux, mon cœur se gonfla, blême / Ses mots : Un glas, terreur suprême ! – / Sa voix semblait de celui même / Qui chut au combat, don suprême ; / Et n’est-il heureux maintenant ? / / Mais en parlant il me rassure, / Il baise mon front frissonnant ; / Lors une rêverie obscure / Me porta vers la tombe dure / Et je soupirai, je le jure, / En le voyant mort, ma très pure, / « Je suis heureuse maintenant » / / Et la parole alors fut dite, / Et le serment devint prégnant ; / Bien que ma foi soit en faillite, / Bien que mon cœur soit en faillite, / Voici l’anneau, ce n’est un mythe, / Je suis heureuse maintenant ! / / Dieu fasse que je me réveille / De ce cauchemar lancinant ! / Et mon âme tremble et s’effraye / D’un faux pas – que je me surveille ! – / Et que le mort, seul dans sa veille, / Ne soit pas heureux maintenant. / / Stellamaris

Bridal Ballad / / The ring is on my hand, / And the wreath is on my brow; / Satin and jewels grand / Are all at my command, / And I am happy now. / / And my lord he loves me well; / But, when first he breathed his vow, / I felt my bosom swell- / For the words rang as a knell, / And the voice seemed his who fell / In the battle down the dell, / And who is happy now. / / But he spoke to re-assure me, / And he kissed my pallid brow, / While a reverie came o'er me, / And to the church-yard bore me, / And I sighed to him before me, / Thinking him dead D'Elormie, /

(Image prise sur Internet, ici)

Repost 0
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 17:17

Encore une transposition en vers français d'un poème d'Edgar Allan Poe. Zante est une île grecque, célèbre pour ses jacinthes, d'où elle tirerait son nom

Sonnet à Zante / / Belle île, toi de qui la plus belle des fleurs / A pris son nom si doux, qui n’a pas sa pareille ! / Combien de souvenirs de ce temps de splendeurs / Rien qu’en te regardant, soudainement s’éveillent ! / / Combien de doux tableaux, que de bonheurs exclus / Par le temps, que d’espoirs en des tombes béantes ! / Combien de visions d’une fille qui plus / Jamais – non plus jamais – n’est sur tes vertes pentes ! / / Plus jamais, hélas, ce son magique, émouvant, / Qui changeait tout ! Ils ne plairont plus, tes doux charmes – / Et plus, tes souvenirs ! Je tiens dorénavant / Pour maudite ta côte en émail de fleurs parmes ! / / Ô, Terre de jacinthe ! Ô, l’île pourpre, Zante ! / Toi qu’on nomme « Isola d’oro ! Fior di Levante ! » / / Stellamaris / / D’après / / Sonnet to Zante / / Fair isle, that from the fairest of all flowers, / Thy gentlest of all gentle names dost take! / How many memories of what radiant hours / At sight of thee and thine at once awake! / / How many scenes of what departed bliss! / How many thoughts of what entombed hopes! / How many visions of a maiden that is / No more-no more upon thy verdant slopes! / / No more! alas, that magical sad sound / Transforming all! Thy charms shall please no more- / Thy memory no more! Accursed ground / Henceforth I hold thy flower-enameled shore, / / O hyacinthine isle! O purple Zante! /

(Illustration prise sur Internet, ici)

(Sonnet shakespearien)

Repost 0