Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

16 août 2014 6 16 /08 /août /2014 13:37

Encore une adaptation à la langue française d'un poème d'Edgar Allan Poe...

 

Illustration prise sur Internet, ici

Partager cet article

Repost0
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 19:58

Je poursuis mes adaptations à la versification française des poèmes d'Edgar Allan Poe...

(Illustration prise sur Internet, ici)

Partager cet article

Repost0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 22:38

Ce poème d'Edgar Allan Poe n'étant pas rimé, je l'ai transposé en français en vers blancs...

(Image prise sur Internet, ici)

Partager cet article

Repost0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 19:40

Un poème de jeunesse d'Edgar Allan Poe... Comme je le comprends !

(Illustration prise sur Wikipédia)

Partager cet article

Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 21:22

Pour transposer en français ce poème d'Edgar Allan Poe, comme il n'a fait rimer que les vers pairs de chaque strophe, j'ai fait de même...
 

(Illustration prise sur Internet, ici)

Partager cet article

Repost0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 21:28

Encore une transposition en vers français d'un poème d'Edgar Allan Poe, celui-ci plus court...

(Illustration : Tableau de Manet, "Le buveur d'absinthe")

Partager cet article

Repost0
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 21:15

Encore une adaptation à la langue française d'un poème d'Edgar Allan Poe

Israfel / Et l’ange Israfel, dont les fibres du cœur sont un Luth, et qui de toutes les créatures de Dieu a la plus douce voix (Le Coran) / / C’est dans le Paradis qu’un esprit angélique / Réside ; et « de son cœur, les fibres sont un luth » ; / Nul ne chanta jamais de chant si magnifique / Et sauvage que cet ange, Israfel ; nous l’indique / Ce mythe : chaque étoile est prise d’un antique / Vertige ; elle interrompt ses hymnes, extatique / – Sortilège ! – ; à sa voix, chacune se tait. Chut… / / C’est ainsi qu’au-dessus de nos têtes vacille, / Quand elle culmine au zénith de son jour, / La lune chancelante ; elle tombe en amour, / Elle défaille, elle rougit, elle scintille / Quand, pour mieux écouter, la vermeille clarté / (Les Pléiades aussi, qui jadis ont été / Sept, et que l’on connaît pour leur vélocité) / Fait une pause au Paradis, sainte cité. / / L’on peut entendre alors par le chœur en délire / Des étoiles, par tous, dit d’une seule voix, / Que le feu d’Israfel doit à sa céleste lyre / – C’est de cet instrument que lui vient son empire – / Par laquelle il s’assied, livrant son chant vermeil, / Ce tremblement sans fin de la vie ; il respire / En chaque corde étrange ; il n’est rien de pareil ! / / Mais dans les cieux bénis que les pas de cet ange / Arpente, les pensers profonds sont un devoir ; / L’amour y est un dieu fort, que chacun louange, / Les clins d’œil des houris y sont, comme un miroir, / Imprégnés de beauté, de la splendeur étrange / Qui nous fait adorer les étoiles du soir. / / Et c’est pour tout cela que l’on peut en justesse / T’approuver, Israfel, pour ton mépris puissant / De tout chant qui n’ait pas l’éclatante richesse / Des passions ; et tes lauriers, qui n’y consent ? / Nul barde ne t’égale, et nul n’a ta sagesse ! / Que tu vives joyeux, et longtemps florissant ! / / De ce haut Paradis cette extase est richesse, / Ce feu tiré par toi d’un silence, d’un ut – / Ta douleur, ta joie, et ta haine, et ta tendresse, / Avec cette ferveur que leur donne ton luth. / Les étoiles vraiment peuvent se taire. Chut ! / / Il n’est faux que ce ciel tout entier t’appartienne, / Mais notre monde est fait de douceurs et de pleurs, / Et nos fleurs, simplement, ne sont rien que des fleurs ; / Et que l’ombre de vos félicités parvienne / Ici, elle y semble un soleil de splendeurs ! / / Certes, s’il se pouvait qu’un jour je m’établisse / Où réside Israfel, où tout n’est que délice, / Et si de même lui pouvait devenir moi, / Il se pourrait qu’en ces bas lieux son chant ne puisse / Aussi bien retracer d’un mortel chaque émoi, / Pendant qu’il se pourrait qu’une note se hisse, / / De ma lyre, hardiment, jusques aux pieds du Roi / / Stellamaris

D'après

Israfel / And the angel Israfel, whose heart-strings are a lute, and who has the sweetest voice of all God's creatures.—KORAN. / / In Heaven a spirit doth dwell / “Whose heart-strings are a lute”; / None sing so wildly well / As the angel Israfel, / And the giddy stars (so legends tell), / Ceasing their hymns, attend the spell / Of his voice, all mute. / / Tottering above / In her highest noon, / The enamoured moon / Blushes with love, / While, to listen, the red levin / (With the rapid Pleiads, even, / Which were seven,) / Pauses in Heaven. / / And they say (the starry choir / And the other listening things) / That Israfeli’s fire / Is owing to that lyre / By which he sits and sings— / The trembling living wire / Of those unusual strings. / / But the skies that angel trod, / Where deep thoughts are a duty, / Where Love’s a grown-up God, / Where the Houri glances are / Imbued with all the beauty / Which we worship in a star. / / Therefore, thou art not wrong, / Israfeli, who despisest / An unimpassioned song; / To thee the laurels belong, / Best bard, because the wisest! / Merrily live, and long! / The ecstasies above / With thy burning measures suit— / Thy grief, thy joy, thy hate, thy love, / With the fervour of thy lute— / Well may the stars be mute! / / Yes, Heaven is thine; but this / Is a world of sweets and sours; / Our flowers are merely—flowers, / And the shadow of thy perfect bliss / Is the sunshine of ours. / / If I could dwell / Where Israfel / Hath dwelt, and he where I, / He might not sing so wildly well / A mortal melody, / While a bolder note than this might swell / / From my lyre within the sky. / / Edgar Allan Poe

(Illustration : Illustration de Edmund Dullac pour un recueil de poèmes d'Edgar Allan Poe, 1912)

Partager cet article

Repost0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 12:24

Un poème écrit à quatre mains avec un ami de plume, Michel Doucet

Aurore / / Grâce te soit rendue, aurore, / Par toi, je renais chaque jour ! / Dans mes yeux qui te voient éclore, / Grâce te soit rendue, aurore ! / Tes feux enluminent la flore / Pour mon regard de troubadour ; / Grâce te soit rendue, aurore, / Par toi, je renais chaque jour ! / / Alors je peux chanter ma joie, / Qu'elle vous vienne par mes vers ! / / Voici le ciel qui me tutoie / Alors je peux chanter ma joie ! / Je suis libre, suivant la voie / Le long du champ de l'univers / Alors je peux chanter ma joie, / Quelle vous vienne par mes vers ! / / Michel Doucet et Stellamaris

(Illustration : Aurore sur les toits de Brest)

(Triolets)

Partager cet article

Repost0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 11:21

Encore un poème d'Edgar Allan Poe transposé en vers français...

Eldorado / / C’est gaiement habillé / Qu’un très preux chevalier / Dans le soleil et l’ombre / A longtemps voyagé, / Chantant le cœur léger, / Cherchant l’Eldorado. / / Le temps passant, vieillit / Qui jamais ne faillit / Et sur son cœur une ombre / Tomba, car il ne vit / Onc rien qui le ravit / Comme l’Eldorado. / / Tandis que le laissait / Sa force – il faiblissait – / Il vit passer une ombre / Pèlerine. Il lui dit / « Ombre, toi l’érudit, / C’est où, l’Eldorado ? » / / « Va jusque par-delà / Les Monts de Lune et là, / Descends le Val de l’Ombre ; / / Chevauche, sois hardi », / L’ombre lui répondit, / « Pour voir l’Eldorado. » / / Stellamaris / / D’après / / Eldorado / / Gaily bedight, / A gallant knight, / In sunshine and in shadow, / Had journeyed long, / Singing a song, / In search of Eldorado. / / But he grew old- / This knight so bold- / And o'er his heart a shadow / Fell as he found / No spot of ground / That looked like Eldorado. / / And, as his strength / Failed him at length, / He met a pilgrim shadow- /

(Illustration : Illustration de Edmund Dullac pour un recueil de poèmes d'Edgar Allan Poe, 1912)

Partager cet article

Repost0
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 20:13

Je suis toujours dans mes adaptations des poèmes d'Edgar Allan Poe...

À F / / Bien-aimée ! Au milieu des pires des malheurs / Nombreux autour de mon sentier sur cette terre – / (Morne sentier, hélas, où ne poussent de fleurs ; / Pas même l’on y voit de rose solitaire) – / Mon âme trouve au moins de quoi se consoler / Quand elle rêve à toi, car elle y considère / Un paradis de doux repos pour y souffler. / / Ainsi ton souvenir est, pour moi, comparable / À quelque île enchantée, au loin sur l’océan, / – En des lieux où la mer est sauvage, implacable, / Où les tempêtes font pulser, comme un géant / Sauvage les flots – Mais où le ciel immobile / Pendant ce temps accorde, bienséant, / Un éternel sourire à cette brillante île / / Stellamaris / / D’après / / To F / / Beloved! amid the earnest woes / That crowd around my earthly path- / (Drear path, alas! where grows / Not even one lonely rose)- / My soul at least a solace hath / In dreams of thee, and therein knows / An Eden of bland repose. / / And thus thy memory is to me / Like some enchanted far-off isle / In some tumultuous sea- / Some ocean throbbing far and free / With storms-but where meanwhile / Serenest skies continually / Just o'er that one bright island smile. / / Edgar Allan Poe

(Illustration : l'île de Molène, depuis la plage des Blancs Sablons au Conquet)

Partager cet article

Repost0