Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 23:05

Je poursuis mes transpositions en vers français des poèmes d'Edgar Allan Poe...

Le palais hanté / / Dans la plus verte des vallées / Par de bons anges occupé / Un palais aux tours crénelées, / Majestueux, tenait campé / Son chef. Quand là régnait Pensée, / N’est-ce là qu’il tenait sa cour ? / Onc aile d’ange n’est passée / Sur aucune aussi belle tour ! / / D’or, de magnifiques bannières / Sur tous ses toits flottaient au vent / (Mais hélas, depuis bien des ères / Ces temps sont morts, dorénavant) / À chaque courant d’air aimable / Des jours où la douceur flânait, / Le long du rempart admirable, / Une odeur ailée advenait. / / Les passants, ô vallée heureuse, / Par les fenêtres ont pu voir / D’esprits, la danse gracieuse / Au son du luth dans le doux soir ; / Ils dansaient tout autour d’un trône / Où, Porphyrogénète, assis, / Dans sa gloire, comme on le prône, / Le souverain se voyait sis. / / De perles et rubis, scintillante / Était la porte du palais / Par où passait, surabondante / Vague sans fin, brillants reflets, / Des Échos, dont la douce tâche / Était de chanter, avec foi, / Sans que la beauté se relâche, / L’esprit, la sagesse du roi. / / Mais des maudits, en tristes aubes, / Ont assailli ton roi béni ! / (Ah, pleurons ! – car plus jamais d’aubes / Ne t’éclaireront, c’est fini !) / Autour de son logis la gloire / Qui l’empourprait et fleurissait / N’est plus rien qu’une ancienne histoire / Enterrée avec le passé. / / Les voyageurs dans la vallée / Voient, par les carreaux cramoisis, / Des formes. Leur danse fêlée / Les tord sur des accords moisis. / Lors, comme un horrible rapide / Fuit par la porte pâle un flux / Sans retour, foule hideuse, vide, / Qui rit – mais qui ne sourit plus. / / Stellamaris / / D’après / / The haunted palace / / In the greenest of our valleys / By good angels tenanted, / Once a fair and stately palace– / Radiant palace–reared its head. / In the monarch Thought’s dominion, / It stood there! / Never seraph spread a pinion / Over fabric half so fair! / / Banners yellow, glorious, golden, / On its roof did float and flow / (This–all this–was in the olden / Time long ago) / And every gentle air that dallied, / In that sweet day, / Along the ramparts plumed and pallid, / A winged odor went away. / / Wanderers in that happy valley, / Through two luminous windows, saw / Spirits moving musically / To a lute’s well-tuned law, / Round about a throne where, sitting, / Porphyrogene! / In state his glory well befitting, / The ruler of the realm was seen. / / And all with pearl and ruby glowing / Was the fair palace door, / Through which came flowing, flowing, flowing / And sparkling evermore, / A troop of Echoes, whose sweet duty / Was but to sing, / In voices of surpassing beauty, / The wit and wisdom of their king. / / But evil things, in robes of sorrow, / Assailed the monarch’s high estate; / (Ah, let us mourn! –for never morrow / Shall dawn upon him, desolate!) / And round about his home the glory / That blushed and bloomed / Is but a dim-remembered story / Of the old time entombed. / / And travelers, now, within that valley, / Through the red-litten windows see / Vast forms that move fantastically / To a discordant melody; / While, like a ghastly rapid river, / Through the pale door / A hideous throng rush out forever, / And laugh–but smile no more. / / Edgar Allan Poe

(Porphyrogénète : Fils d'un empereur byzantin né pendant le règne de son père)

(Illustration prise sur Internet, ici)

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 20:57

Encore une transposition en vers français d'un poème d'Edgar Allan Poe... Ce poème conte les confidences d’une jeune mariée à son amie  (« ma très pure »), relatives à son défunt premier amour. Edgar Allan Poe nomme cette amie « D’Élormie ». Je n’ai pas réussi à intégrer ce nom dans mon adaptation, mais sans regret, il ne m’a pas semblé qu’il soit capital pour ni pour sa compréhension, ni pour le ressenti.

Ballade de noces / / À l’annulaire, une alliance ; / Un diadème culminant / Sur mon front, le satin qui danse, / Les bijoux me font allégeance, / Je suis heureuse maintenant. / / Et mon seigneur, Dieu, comme il m’aime ! / Mais quand il dit, en ahanant, / Ses vœux, mon cœur se gonfla, blême / Ses mots : Un glas, terreur suprême ! – / Sa voix semblait de celui même / Qui chut au combat, don suprême ; / Et n’est-il heureux maintenant ? / / Mais en parlant il me rassure, / Il baise mon front frissonnant ; / Lors une rêverie obscure / Me porta vers la tombe dure / Et je soupirai, je le jure, / En le voyant mort, ma très pure, / « Je suis heureuse maintenant » / / Et la parole alors fut dite, / Et le serment devint prégnant ; / Bien que ma foi soit en faillite, / Bien que mon cœur soit en faillite, / Voici l’anneau, ce n’est un mythe, / Je suis heureuse maintenant ! / / Dieu fasse que je me réveille / De ce cauchemar lancinant ! / Et mon âme tremble et s’effraye / D’un faux pas – que je me surveille ! – / Et que le mort, seul dans sa veille, / Ne soit pas heureux maintenant. / / Stellamaris

Bridal Ballad / / The ring is on my hand, / And the wreath is on my brow; / Satin and jewels grand / Are all at my command, / And I am happy now. / / And my lord he loves me well; / But, when first he breathed his vow, / I felt my bosom swell- / For the words rang as a knell, / And the voice seemed his who fell / In the battle down the dell, / And who is happy now. / / But he spoke to re-assure me, / And he kissed my pallid brow, / While a reverie came o'er me, / And to the church-yard bore me, / And I sighed to him before me, / Thinking him dead D'Elormie, /

(Image prise sur Internet, ici)

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 17:17

Encore une transposition en vers français d'un poème d'Edgar Allan Poe. Zante est une île grecque, célèbre pour ses jacinthes, d'où elle tirerait son nom

Sonnet à Zante / / Belle île, toi de qui la plus belle des fleurs / A pris son nom si doux, qui n’a pas sa pareille ! / Combien de souvenirs de ce temps de splendeurs / Rien qu’en te regardant, soudainement s’éveillent ! / / Combien de doux tableaux, que de bonheurs exclus / Par le temps, que d’espoirs en des tombes béantes ! / Combien de visions d’une fille qui plus / Jamais – non plus jamais – n’est sur tes vertes pentes ! / / Plus jamais, hélas, ce son magique, émouvant, / Qui changeait tout ! Ils ne plairont plus, tes doux charmes – / Et plus, tes souvenirs ! Je tiens dorénavant / Pour maudite ta côte en émail de fleurs parmes ! / / Ô, Terre de jacinthe ! Ô, l’île pourpre, Zante ! / Toi qu’on nomme « Isola d’oro ! Fior di Levante ! » / / Stellamaris / / D’après / / Sonnet to Zante / / Fair isle, that from the fairest of all flowers, / Thy gentlest of all gentle names dost take! / How many memories of what radiant hours / At sight of thee and thine at once awake! / / How many scenes of what departed bliss! / How many thoughts of what entombed hopes! / How many visions of a maiden that is / No more-no more upon thy verdant slopes! / / No more! alas, that magical sad sound / Transforming all! Thy charms shall please no more- / Thy memory no more! Accursed ground / Henceforth I hold thy flower-enameled shore, / / O hyacinthine isle! O purple Zante! /

(Illustration prise sur Internet, ici)

(Sonnet shakespearien)

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 12:27

Même s'il y a nommé la jeune fille "Eulalie", le poème d'Edgar Allan Poe que je transpose ici est un hommage à son épouse défunte, Virginie...

Eulalie / / Je vivais solitaire / Sur une terre amère / Et mon âme était comme un marais sans demain / Jusqu’à ce que la belle et très douce Eulalie / Entre en ma vie et, rougissant, prenne ma main – / Jusqu’à ce que la jeune et très belle Eulalie / Entre en ma vie et, souriant, prenne ma main. / / Que timidement luit / Chaque étoile en la nuit / Comparée à ses yeux ; comme elle est radieuse ! / Et jamais nul flocon / Qu’aucun éther fécond / Fit d’un rayon de Lune, argent ou pourpre-lie / Ne rivalise avec de mon humble Eulalie / Cette boucle – la plus cachée – en ses cheveux ; / Ni ne vaut, au-dessus des beaux yeux d’Eulalie, / La moindre boucle folle ornant ses beaux cheveux. / / Et le Doute et la Peine / Ne sont plus ta rengaine / Mon cœur. Son âme vient, soupir après soupir, / Tout le jour brille, lente, / Éclatante et puissante / La divine Astarté – dans les cieux, un saphir – ; / Et pendant tout ce temps ma très chère Eulalie / Tourne vers elle, en souverains, ses très beaux yeux ; / Et pendant tout ce temps ma très jeune Eulalie / Tourne – ils sont violets – vers elle ses beaux yeux / / Stellamaris / / D’après / / Eulalie / / I dwelt alone / In a world of moan, / And my soul was a stagnant tide, / Till the fair and gentle Eulalie became my blushing bride- / Till the yellow-haired young Eulalie became my smiling bride. / / Ah, less- less bright / The stars of the night / Than the eyes of the radiant girl! / And never a flake / That the vapor can make / With the moon-tints of purple and pearl, / Can vie with the modest Eulalie's most unregarded curl- / Can compare with the bright-eyed Eulalie's most humble and careless curl. / / Now Doubt- now Pain / Come never again, / For her soul gives me sigh for sigh, / And all day long / Shines, bright and strong, / Astarte within the sky, / While ever to her dear Eulalie upturns her matron eye- / While ever to her young Eulalie upturns her violet eye. / / Edgar Allan Poe

(Illustration : Portrait de Virginie, l'épouse d'Edgar Allan Poe, pris sur Internet, ici)

(Nota : Les deux derniers vers de chaque strophe de ce poème sont trop longs pour être transposés en un seul vers français chacun ; je les ai transposés sous la forme de deux alexandrins)

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 20:06

Encore une transposition en vers français d'un poème d'Edgar Allan Poe...

Terre de songes / / Par un itinéraire inconnu, solitaire, / Que des anges souffrants seuls hantent l’âme amère, / Où préside une idole – et son nom est la Nuit – / Droite sur son noir trône où l’on n’entend nul bruit, / Depuis bien peu de temps j’ai rejoint cette terre / Depuis une Thulé suprême, sombre et fière – / Depuis d’autres climats qui gisent, éclatants, / Au dehors de l’Espace aussi bien que du Temps. / / D’insondables canions et des flots sans limite, / Des abîmes, des bois où le Titan habite / Et tels que nul humain ne peut les découvrir / Pour les larmes coulant en ces lieux, sans finir ; / Des montagnes tombant en abrupts qui convergent / Sans fin, droit vers des mers sans nulle grève ou berge ; / Vers des lacs aspirant, sans repos, furieux, / À s’élever jusqu’à toucher des cieux les feux ; / Vers des lacs d’où sans fin s’écoulent, solitaires, / Les eaux – et que ces eaux sont mortes, délétères ! / Que ces lacs sont figés, immobiles, frileux / Dans la neige où le lys repose, paresseux ! – / / En ces lacs d’où sans fin s’écoulent, solitaires, / Les eaux – et que ces eaux sont mortes, délétères ! / Que ces lacs sont figés, immobiles, frileux / Dans la neige où le lys repose, paresseux ! – / Comme en ces monts abrupts, près de cette rivière / Qui murmure tout bas, murmure routinière, / En ces vertes forêts, comme près des marais / Où le crapaud et le triton campent au frais ; / En ces étangs obscurs, ces flaques ténébreuses / Où résident souvent les goules odieuses ; / Au plus impie, au plus maudit de tous ces lieux / Comme dans le recoin le plus mélancolique et vieux, / Oui, même là le passant atterré rencontre, / Voilés, les Souvenirs que le Passé lui montre – / Ces vagues formes qui soupirent, reculant / En passant près du promeneur au pas très lent – / Silhouettes en blanc, amis qu’un sort funeste / Trop tôt rendit à la terre, au séjour céleste. / / Pour tous les cœurs dont les malheurs sont légion, / Comme un baume apaisant est cette région – / Et pour l’esprit errant, perdu dans la ténèbre, / C’est – Oh oui, vraiment, c’est l’Eldorado célèbre ! / Pourtant le voyageur osant vagabonder / Là, ne peut – n’ose pas pleinement regarder ! / Ces mystères jamais, non, jamais ne s’exposent / Aux faibles yeux humains, même s’ils ne se closent ; / Ainsi le veut son Roi, qui dit « par mon décret, / Le couvercle frangé ne soit levé d’un trait ! » / Ainsi, toute âme triste errant dedans ces terres / Ne les voit qu’à travers de très, très sombres verres. / / Par un itinéraire inconnu, solitaire, / Que des anges souffrants seuls hantent l’âme amère, / Où préside une idole – et son nom est la Nuit – / Droite sur son noir trône où l’on n’entend nul bruit, / Je revins récemment à ma maison, ma terre / Depuis une Thulé suprême, sombre et fière – / / Stellamaris / / D’après / / Dream-Land / / By a route obscure and lonely, / Haunted by ill angels only, / Where an Eidolon, named NIGHT, / On a black throne reigns upright, / I have reached these lands but newly / From an ultimate dim Thule- / From a wild clime that lieth, sublime, / Out of SPACE- out of TIME. / / Bottomless vales and boundless floods, / And chasms, and caves, and Titan woods, / With forms that no man can discover / For the tears that drip all over; / Mountains toppling evermore / Into seas without a shore; / Seas that restlessly aspire, / Surging, unto skies of fire; / Lakes that endlessly outspread / Their lone waters- lone and dead,- / Their still waters- still and chilly / With the snows of the lolling lily. / / By the lakes that thus outspread / Their lone waters, lone and dead,- / Their sad waters, sad and chilly / With the snows of the lolling lily,- / By the mountains- near the river / Murmuring lowly, murmuring ever,- / By the grey woods,- by the swamp / Where the toad and the newt encamp- / By the dismal tarns and pools / Where dwell the Ghouls,- / By each spot the most unholy- / In each nook most melancholy- / There the traveller meets aghast / Sheeted Memories of the Past- / Shrouded forms that start and sigh / As they pass the wanderer by- / White-robed forms of friends long given, / In agony, to the Earth- and Heaven. / / For the heart whose woes are legion /’'Tis a peaceful, soothing region- / For the spirit that walks in shadow /’'Tis- oh, 'tis an Eldorado! / But the traveller, travelling through it, / May not- dare not openly view it! / Never its mysteries are exposed / To the weak human eye unclosed; / So wills its King, who hath forbid / The uplifting of the fringed lid; / And thus the sad Soul that here passes / Beholds it but through darkened glasses. / / By a route obscure and lonely, / Haunted by ill angels only, / Where an Eidolon, named NIGHT, / On a black throne reigns upright, / I have wandered home but newly / From this ultimate dim Thule / / Edgar Allan Poe

(Photographie prise sur Internet, ici)

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 17:15

Encore une transposition en vers français d'un poème d'Edgar Allan Poe...

Un rêve dans un rêve / / Pour toi, ce baiser sur le front ! / Tandis que je pars où tous vont, / Je te confesse, sans affront : / Tu n’as pas tort, toi qui relèves / Que mes jours ne furent que rêves ; / Et si l’espoir s’en est enfui / Un jour ou peut-être une nuit, / En une vision, ou peut-être / Sans, est-il seul à disparaître ? / Tout ce qu’on voit ou qu’on relève / N’est rien qu’un rêve dans un rêve. / / Debout sur une rive où gronde / La vague, sans fin tourmentant l’onde, / Je tiens au creux de ma main, serrés, / Quelques grains de sable dorés, / Si peu ! Dieu, comme chacun se glisse / Entre mes dix doigts, vers l’abysse, / Et je pleure ce maléfice ! / Dieu ! Ne puis-je donc les retenir / En les serrant plus fort, sans faiblir ? / Dieu ! Ne sauverai-je un grain de sable / De cette vague impitoyable ? / Tout ce qu’on voit ou qu’on relève / N’est-il qu’un rêve dans un rêve ? / / Stellamaris / / D’après / / A dream within a dream / Take this kiss upon the brow! / And, in parting from you now, / Thus much let me avow- / You are not wrong, who deem / That my days have been a dream; / Yet if hope has flown away / In a night, or in a day, / In a vision, or in none, / Is it therefore the less gone? / All that we see or seem / Is but a dream within a dream. / / I stand amid the roar / Of a surf-tormented shore, / And I hold within my hand / Grains of the golden sand- / How few! yet how they creep / Through my fingers to the deep, / While I weep- while I weep! / O God! can I not grasp / Them with a tighter clasp? / O God! can I not save / One from the pitiless wave? / Is all that we see or seem / But a dream within a dream? / / Edgar Allan Poe

(Illustration prise sur Internet, ici)

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 22:02

Encore une transposition en vers français d'un poème d'Edgar Allan Poe...

La dormeuse / / C’est en juin, à minuit – cette heure fatidique – / Que je me tiens debout sous la lune mystique. / Une sombre vapeur, opium embrumé / S’exhale de son bord d’or pur amalgamé / Et coule doucement, lentement, goutte à goutte / Tout au sommet d’un mont, sur sa plus haute voûte, / Puis file somnolente en chantant doucement / Jusque dans la vallée universellement. / Le romarin opine au-dessus de la tombe ; / Le lis, lui, se prélasse et la vague surplombe ; / Se drapant de brouillard, le serrant sur son sein, / Chaque ruine, là, se délite à dessein, / Aspirant au repos. Que ce lac est semblable / À Léthé, vois ! Tandis qu’un sommeil formidable / Et conscient semble le prendre, inexorable. / Toute beauté repose ! Et vois ! Repose ici / Irène, avec sa destinée ; ah, la voici ! / / Oh, lumineuse dame ! Est-ce vraiment prudent, / Cette fenêtre ouverte à la nuit, cependant ? / Des courants d’air tombent sans but des hautes branches / Tout en riant dans les treillis, en avalanches – / Des airs désincarnés, débâcles de sorciers, / Volettent dans la chambre, entrant, sortant – voyez ! – / Et les rideaux du baldaquin par eux ondoient / Mais par à coups, craintivement – point ils ne ploient – / Au-dessus du couvercle hermétique et frangé / Sous lequel dort votre âme, à l’abri du danger. / Tant au-dessus du sol qu’au mur de cette tombe / Tel un spectre dansant chaque ombre monte, tombe. / Dame qui m’êtes chère, ignorez-vous la peur ? / Pourquoi, comment rêvez-vous donc ici, mon cœur ? / D’où venez-vous ? De l’au-delà des mers lointaines, / Sujet d’étonnement pour ces ifs et ces chênes ? / Qu’étrange est sa pâleur, et sa tenue, ainsi / Que la longueur de sa coiffure ! Étrange aussi, / Surtout, quel solennel silence règne ici ! / / Comme la dame dort ! Son sommeil soit profond / Car elle endura tant, pire que d’un griffon ! / Et que le Paradis la garde où nul ne se morfond ! / Ce caveau soit changé pour un plus saint, mystique, / Ce lit pour un qui soit bien plus mélancolique ; / J’implore Dieu que son repos soit éternel, que ses / Yeux à jamais restent fermés tandis que ces / Spectres évanescents vont et viennent, glacés. / / Mon amour, elle dort ! Vraiment, que son sommeil / Puisse être aussi profond qu’il dure, sans réveil ! / Soyez doux, vers, rampant sur ce corps sans pareil ! / Profond dans la forêt antique autant qu’obscure, / Pour elle soit ouvert un caveau d’envergure, / Un caveau qui souvent, triomphant, en puissants / Battements d’ailes a, dans des senteurs d’encens, / Clôt ses vantaux sur les linceuls armoriés / D’illustres qui lui sont tous par le sang liés. / / Un sépulcre solitaire, éloigné, délaissé / Et contre les portails duquel elle a lancé / Quand elle était enfant maint gravier insensé – / De ce tombeau dont le portail plus ne résonne ; / Elle ne fera plus qu’aucun écho n’y sonne / En tremblant de penser, pauvre enfant du péché, / Que quelque mort y grogne, à jamais attaché. / / Stellamaris / / D’après / / The sleeper / / At midnight, in the month of June, / I stand beneath the mystic moon. / An opiate vapor, dewy, dim, / Exhales from out her golden rim, / And softly dripping, drop by drop, / Upon the quiet mountain top, / Steals drowsily and musically / Into the universal valley. / The rosemary nods upon the grave; / The lily lolls upon the wave; / Wrapping the fog about its breast, / The ruin moulders into rest; / Looking like Lethe, see! the lake / A conscious slumber seems to take, / And would not, for the world, awake. / All Beauty sleeps!—and lo! where lies / Irene, with her Destinies! / / Oh, lady bright! can it be right— / This window open to the night? / The wanton airs, from the tree-top, / Laughingly through the lattice drop— / The bodiless airs, a wizard rout, / Flit through thy chamber in and out, / And wave the curtain canopy / So fitfully—so fearfully— / Above the closed and fringed lid / ’Neath which thy slumb’ring soul lies hid, / That, o’er the floor and down the wall, / Like ghosts the shadows rise and fall! / Oh, lady dear, hast thou no fear? / Why and what art thou dreaming here? / Sure thou art come o’er far-off seas, / A wonder to these garden trees! / Strange is thy pallor! strange thy dress! / Strange, above all, thy length of tress, / And this all solemn silentness! / / The lady sleeps! Oh, may her sleep, / Which is enduring, so be deep! / Heaven have her in its sacred keep! / This chamber changed for one more holy, / This bed for one more melancholy, / I pray to God that she may lie / Forever with unopened eye, / While the pale sheeted ghosts go by! / / My love, she sleeps! Oh, may her sleep, / As it is lasting, so be deep! / Soft may the worms about her creep! / Far in the forest, dim and old, / For her may some tall vault unfold— / Some vault that oft hath flung its black / And winged pannels fluttering back, / Triumphant, o’er the crested palls / Of her grand family funerals— / / Some sepulchre, remote, alone, / Against whose portals she hath thrown, / In childhood, many an idle stone— / Some tomb from out whose sounding door / She ne’er shall force an echo more, / Thrilling to think, poor child of sin! / It was the dead who groaned within. / / Edgar Allan Poe

(Illustration prise sur Internet, ici)

Partager cet article

Repost0
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 15:46

Ce poème est l'expression de mon ravissement devant un dialogue poétique actuellement en train de s'écrire sur le site Poésis, ici, ici et iciRavissement / / Vous entendre chanter, Madame, est un ravissement, / N’en doutez surtout pas, car point mon vers ne ment ! / Je voudrais à jamais goûter ce dialogue / / Dont vous nous régalez, avecque votre amant ! / Qui pourrait donc rêver d’un babil plus charmant ? / Près de vous, ne sont rien tous les chanteurs en vogue ! / / Ne vous vexez, Monsieur ! Vraiment, le chatoiement / De vos vers est semblable et luit pareillement ! / Ne me montrez donc pas face de bouledogue ! / / Stellamaris

(Illustration prise sur Internet, ici)

(Madrigal)

Partager cet article

Repost0
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 22:46

Encore une transposition d'un poème d'Edgar Allan Poe...

La ville en la mer / / Voyez donc où La Mort érigea haut son trône : / Dans une ville étrange et solitaire, atone, / Gisant au plus profond de l’Ouest de toutes peurs ; / Et les bons, les mauvais, les pires, les meilleurs / S’en vont pour l’éternel repos dans cet ailleurs. / Leurs tombeaux, leurs palais, leurs tours, bref leurs demeures / Que dévore le temps mais qui ne tremblent point / Ne ressemblent à rien de ce que voient nos heures. / Les alentours, le vent les oublie avec soin, / Là gisent à jamais sous un ciel toujours vide / Des eaux dont la tristesse est à jamais avide. / / Aucun rayon du paradis onc ne descend / Dans l’éternelle nuit de cet endroit glaçant ; / Une lumière née en l’Océan macabre / Inonde ses tours sans nul bruit, sans nul palabre – / Baigne ses toits distants, libres, impériaux, / Ses dômes, ses clochers et ses palais royaux, / Ses temples et ses murs plus qu’immémoriaux, / Ses tonnelles où l’ombre est antique légende, / Aux sculptures de lierre et de fleurs en guirlande, / Ses nombreux, si nombreux et splendides autels / De frises couronnés, mêlant en leurs listels / La viole et la violette avec la vigne. / Les ombres et les tours se fondent – est-ce un signe ? – / Tant qu’on croirait les voir se balançant dans l’air ; / Et d’une fière tour de la ville dantesque / Le regard de la Mort nous descend, gigantesque. / / Là des temples ouverts et des tombes béantes / Bâillent juste au niveau des ondes flamboyantes / Mais aucun des trésors qui, nombreux, gisent là, / Dans les deux yeux de diamant au vif éclat / De chaque idole – Aucun des morts chargés de gemmes – / Ne tentent tant les flots que, secouant leurs flemmes, / Ils sortent de leur lit – Pas une ride, hélas ! / Sur cette immensité de verre ou de verglas ; / Aucun signe ne dit qu’ailleurs, le vent existe / Soufflant sur une mer lointaine, bien moins triste ; / Nulle ondulation ne dit qu’un vent se traîne / Ailleurs, sur une eau moins hideusement sereine. / / Mais qu’est-ce ? Un souffle agiterait-il l’air ? Voici, / C’est une vague – Un mouvement se lève ici ! / Les tours ont-elles donc fait prendre la tangente, / En sombrant doucement, à la mer oppressante, / Comme si leurs hauts toits diffusaient – fiévreux – / Un vide au dedans du Paradis vaporeux ? / Les vagues désormais plus rouges encor luisent / Et les souffles des temps faiblissent, s’amenuisent, / Et quand, dans des sanglots dont étrange est l’aura / Toujours plus bas cette cité s’établira / L’Enfer, en se levant de son millier de trônes, / La louera tant que tous en resteront aphones. / / Stellamaris / / D’après / / The city in the sea / / Lo! Death has reared himself a throne / In a strange city lying alone / Far down within the dim West, / Where the good and the bad and the worst and the best / Have gone to their eternal rest. / There shrines and palaces and towers / (Time-eaten towers that tremble not!) / Resemble nothing that is ours. / Around, by lifting winds forgot, / Resignedly beneath the sky / The melancholy waters lie. / / No rays from the holy heaven come down / On the long night-time of that town; / But light from out the lurid sea / Streams up the turrets silently — / Gleams up the pinnacles far and free — / Up domes — up spires — up kingly halls — / Up fanes — up Babylon-like walls — / Up shadowy long-forgotten bowers / Of sculptured ivy and stone flowers — / Up many and many a marvelous shrine / Whose wreathéd friezes intertwine / The viol, the violet, and the vine. / So blend the turrets and shadows there / That all seem pendulous in the air, / While from a proud tower in the town / Death looks gigantically down. / / There open fanes and gaping graves / Yawn level with the luminous waves; / But not the riches there that lie / In each idol's diamond eye — / Not the gaily-jeweled dead / Tempt the waters from their bed; / For no ripples curl, alas! / Along that wilderness of glass — / No swellings tell that winds may be / Upon some far-off happier sea — / No heavings hint that winds have been / On seas less hideously serene. / / But lo, a stir is in the air! / The wave — there is a movement there! / As if the towers had thrust aside, / In slightly sinking, the dull tide — / As if their tops had feebly given / A void within the filmy Heaven. / The waves have now a redder glow — / The hours are breathing faint and low — / And when, amid no earthly moans, / Down, down that town shall settle hence, / Hell, rising from a thousand thrones, / Shall do it reverence. / / Edgar Allan Poe

(Illustration : Crépuscule sur l'étang de Huelgoat partiellement pris par la glace)

Partager cet article

Repost0
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 23:11

Je reprends mon adaptation à la versification française des poèmes d'Edgar Allan Poe...

Le val sans repos / / Jadis, il souriait, ce val silencieux / Où nul ne s’attardait jusqu’à devenir vieux ; / Car ils ont tous, las, pour la guerre hissé les voiles, / En faisant confiance aux doux yeux des étoiles / Pour, dans la nuit, du haut de leurs tours dans l’azur, / Assidûment veiller sur les fleurs – Oui, c’est sûr, – / Où paressent souvent, tout au long des journées, / Du soleil rougeoyant les lueurs étonnées. / Maintenant chacun doit confesser à propos / Que pour ce triste val il n’est plus de repos. / Il n’est rien en ce lieu qui demeure immobile – / Rien si ce n’est les airs couvant cette stérile / Et magique pourtant solitude fébrile. / Bien qu’aucun vent n’ose troubler ces frondaisons, / Elles frissonnent tel l’océan, sans raisons, / Celui qui baigne, froid, les brumeuses Hébrides ! / Aucun souffle ne meut les nuages limpides / Bruissant à travers ce paradis troublé / Péniblement, du frais matin au soir voilé, / En survolant les prés où tant de violettes / Dorment, comme autant d’yeux sur tant et tant de têtes – / En survolant les lis dont, las, chaque fanon / Ondoie en sanglotant sur un tombeau sans nom ! / Chacun ondoie ; on voit tomber de sa corolle / Si odorante, une rosée – est-ce une obole ? / Chacun sanglote ; et sur sa tige on voir des flots / De larmes – de joyaux – sans fin couler, éclos. / / Stellamaris / / D’après / / The valley of the unrest / / Once it smiled a silent dell / Where the people did not dwell; / They had gone unto the wars, / Trusting to the mild-eyed stars, / Nightly, from their azure towers, / To keep watch above the flowers, / In the midst of which all day / The red sun-light lazily lay. / Now each visitor shall confess / The sad valley’s restlessness. / Nothing there is motionless— / Nothing save the airs that brood / Over the magic solitude. / Ah, by no wind are stirred those trees / That palpitate like the chill seas / Around the misty Hebrides! / Ah, by no wind those clouds are driven / That rustle through the unquiet Heaven / Uneasily, from morn till even, / Over the violets there that lie / In myriad types of the human eye— / Over the lilies there that wave / And weep above a nameless grave! / They wave:—from out their fragrant tops / External dews come down in drops. / They weep:—from off their delicate stems / Perennial tears descend in gems. / / Edgar Allan Poe

Illustration : tableau de Edmond Dulac, trouvé sur Internet, ici)

Partager cet article

Repost0