Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 11:20

Suite de l'illustration des nouvelles des Chroniques Héossiennes...

Dans la nouvelle "Une étrange rencontre", une caravane assoiffée rencontre dans le désert un magicien nomoï, adepte du culte de l'eau. Il a le pouvoir de les désaltérer grâce aux eaux souterraines, mais il ne le fera pas tout de suite, parce que :

Tout ce que l’eau signifie / / Sous les sables du désert / Coule une source secrète ; / À celui dont l’âme est prête / Ce trésor peut être ouvert. / / Que la soif le sanctifie / D’abord, creusant son désir ; / Ainsi qu’il se purifie. / / Il faut presque décéder / Pour pouvoir l’appréhender, / / Tout ce que l’eau signifie. / / Stellamaris

(Illustration : Un nomoï, illustration prise sur le site du jeu de rôles Shaan renaissance)

(Shaltinienne)

Partager cet article
Repost0
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 14:42

J'ai terminé l'illustration poétique du roman Trois Lunes. Celui-ci sera inclus dans un recueil de romans et nouvelles, Chroniques Héossiennes ; je commence donc l'illustration des nouvelles.

Le présent poème illustre une nouvelle, Le plus grand des prodiges, qui présente le peuple mélodien, une des races d'Héossie

La vie est un théâtre / / Pour les mélodiens, / La vie est un théâtre ; / Ils aiment se combattre / Par des mots aériens. / / Pariant sans relâche, / Et parfois de grands biens, / Ce vice ne les lâche… / / Ce type de duel / Est comme un rituel ; / / Mes amis, quel panache ! / / Stellamaris

(Illustration prise sur le site du jeu de rôles Shaan renaissance : Un couple de mélodiens)

(Shaltinienne)

Partager cet article
Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 11:04

Dans "Trois Lunes", nos amis sont arrivés au bout de leur quête : le Cercle des Réalités. C'est un puissant artefact magique gravé dans le roc, qui a le pouvoir d'agir sur la réalité et réciproquement. Il représente les dix forces spirituelles fondamentales en Héos. Malheureusement, depuis l'arrivée des humains, le symbole des limbes, la nécrose, a pris un poids démesuré.

Malheureusement, ils n'ont pas le pouvoir de le rééquilibrer... Un homme-dieu est là, qui lui a ce pouvoir. Il est venu là pour augmenter encore ce déséquilibre, mais il est vaincu, et contraint contre son gré à rétablir l'équilibre.

Le cercle des réalités / / C’est un signe puissant, symbole d’équilibre / Quand il fut dessiné ; mais hélas en ce jour / Les limbes ont grandi beaucoup plus qu’à leur tour ; / Forçons les à décroître, Héos renaîtra libre ! / / L’homme-dieu ricanait : « Moi seul ai le pouvoir / D’altérer ce dessin ; en renforçant la fibre / Du glyphe maléfique, adviendra le Grand Soir ! » / / Mais nous l’avons pu le contraindre, à contrecœur, / À rétablir tout comme avant ; jour de bonheur ! / / Un vent nouveau se lève ; il a saveur d’espoir ! / / Stellamaris

(Illustration prise sur le site du jeu de rôles Shaan Renaissance)

(Shaltinienne)

Partager cet article
Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 14:44

Au chapitre 14 de Trois Lunes, une grande bataille oppose héossiens et humains. Malgré leur supériorité numérique, les héossiens auraient été écrasés s'ils n'avaient pas réussis à prendre le contrôle télépathique de morphes de combat (robots dotés d'un cerveau biologique) au service des humains. Ce sont des armimales (animaux dressés à vocation militaire ; certains sont télépathes) qui leur ont permis cet exploit.

La bataille du mont Iyoim / / Comme ils furent nombreux, tous ced héossiens / Qui vinrent affronter les maîtres du carnage / Sur les pentes du mont… Leur fureur, leur courage / Les mirent en échec… Je suis fière des miens ! / / Darkens, kelwins, ygwans, nomoïs… Vaillante troupe ! / Boréals, woons, delhions, félings, mélodiens, / Et même des humains amis de notre groupe… / / Fierté de l’ennemi, parmi leur armement, / Des morphes de combat. Notre plan fut dément : / / Nous pûmes vaincre en les prenant sous notre coupe ! / / Stellamaris

(Illustration : La future illustration de couverture des Chroniques Héossiennes, le recueil qui hébergera le roman Trois Lunes. On y voit, de gauche à droite et de haut en bas : Un delhion, un darken, un humain, un kelwin, une armimale et une féling)

(Shaltinienne)

Partager cet article
Repost0
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 14:31

Les résistants sont tenus en joue par une créature créée par les humains, un géant sur-armé, mi robot mi chair, à deux têtes. Le chef du groupe de résistants, un ygwan (homme lézard), veut sonder son esprit pour le convaincre par télépathie de changer de camp... Mais le robot est sous l'emprise de l'esprit d'un homme-dieu, Sirius, bien plus puissant que lui.

Quelle douleur ! / / C’est fou ! Quelle douleur dans cet être à deux têtes ; / Seuls les humains peuvent ourdir de tels forfaits : / Ils sont deux enfermés, torturés, sous le faix / D’un sort tel qu’à jamais leurs âmes sont muettes. / / Le corps est un robot, fabriqué pour tuer ; / Mais si je peux trancher ces liens déshonnêtes / Qui les tiennent captifs, la mort va refluer. / / Mais il est trop puissant, celui qui les enchaîne ; / Qui donc pourrait tenir devant pareille haine ? / / Je suis nu devant lui, comment continuer ? / / Stellamaris

(Illustration prise du Cycle d'Odéa, une campagne du jeu de rôles Shaan que je m'apprête à rééditer)

(Shaltinienne)

Partager cet article
Repost0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 21:48

Trois Lunes, qui fait maintenant partie de la résistance héossienne, a appris que sa mère est esclave des humains dans une mine depuis qu'elle est toute petite ; elle est allée la libérer. Elle découvre alors que sa mère, Autrefois, a perdu la vue à force de vivre dans l'obscurité...

(Nota : Les hexons sont l'équivalent héossien des années)

Est-ce toi, ma fille ? / / Après tant, tant d’hexons de cruel esclavage / Mes yeux me font défaut, je survis dans le noir ; / N’ai-je pas tout perdu ? Seul me reste l’espoir, / Chaque jour plus ténu ; tout juste s’il surnage… / / Mais on me prend la main, on me guide en dehors / De cette mine où j’ai souffert sous ce servage… / Suis-je donc libre enfin, est-il vrai que je sors ? / / Mais ta voix, ton odeur… Est-ce donc toi, ma fille ? / Puis-y croire vraiment ? De bonheur, je vacille ! / / Je revis pleinement après ces mille morts ! / / Stellamaris

(Illustration prise du Cycle d'Odéa, une campagne du jeu de rôles Shaan que je m'apprête à rééditer)

(Shaltinienne)

Partager cet article
Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 21:32

Toujours dans le même roman, nos amis rencontrent un vieil érudit, un maître de la culture héossienne... Pour Trois Lunes qui a été coupée de ses racines par l'influence humaine, c'est une révélation !

Un puits de savoir / / C’est un puits de savoir, / De sagesse ancestrale ; / L’âme immémoriale / D’Héos est son bougeoir. / / Moi, j’étais amnésique, / Et j’errais dans le noir, / Bête comme une brique. / / Les humains m’ont tout pris, / Je n’avais rien appris. / / Je revis, c’est féerique ! / / Stellamaris

(Illustrations prises sur le site du jeu de rôles Shaan renaissance : Architecture et alphabets des différentes races héossiennes)

(Shaltinienne)

Partager cet article
Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 08:29

Au terme de ce périlleux voyage, nos amis sont arrivés à Hiljehja, la cité des arts, où se tient tous les ans un festival de théâtre fameux dans toute l'Héossie...

La cité des arts / / Dans la cité des arts, au temps du festival / Le théâtre est partout : dans les cours, dans les rues, / Sur les terres de ciel qui flottent dans les nues / Comme dans les marais qui détrempent le val. / / Les fiers mélodiens soit déclament, soit chantent, / L’art est en eux, et les vaincre en tournoi loyal / Est difficile ; ils sont bien peu, ceux qui s’en vantent. / / Mais un won fut vainqueur cependant cette année, / Car il sut entraîner la foule déchaînée ; / / L’empereur a du fuir ; que ces lazzis le hantent ! / / Stellamaris

(Illustrations prises sur le site du jeu de rôle Shaan-renaissance : Un won et un couple de mélodiens, à l'échelle.)

(Shaltinienne)

Partager cet article
Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 18:59

Après leur rencontre après les morts-debouts, Trois Lunes et ses amis sont assaillis par un songe. Ils réussissent finalement à le vaincre, mais ils se rendent finalement compte que c'était le chef des morts-debouts qui les attaquait ainsi, et que c'était un danger mortel...

Un songe / / C’est par nos propres peurs / Qu’un songe nous attaque ; / Malheur à tel qui craque / Et cède à ses terreurs / / Car l’autre le possède : / Il investit les pleurs / De l’autre qui décède, / / Puis s’incarne en son corps ; / Qu’il est puissant, alors ! / / Reste-t-il un remède ? / / Stellamaris

(Illustration : Le cauchemar, peinture de Johann Heinrich Füssli)

(Shaltinienne)

Partager cet article
Repost0
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 11:51

Trois Lunes s'est finalement fait capturer par les morts-debouts, puis a été libérée par ses amis de la caravane, dont le résistant qui l'avait précédemment tirée de prison ; mais entre-temps le chef des morts-debouts, un fantôme, a voulu dévorer son âme... Puis y a renoncé, y reconnaissant la corruption humaine dont il est lui-même pétri... Quelle frayeur ! Mais quelle leçon, et quelle délivrance !

Une âme / / Quelle frayeur ! Mais je bénis ce mort-vivant ; / Certes j’ai cru mourir ; mais pourtant, si j’y songe, / C’est lui qui me sauva de l’atroce mensonge / Qui me tenait captive, et je renais, dorénavant ! / / Car par lui j’ai compris que je possède une âme, / Que les humains l’avaient salie ; en les servant, / Je devenais semblable à ce fantôme infâme ! / / Il n’a voulu de moi car je lui ressemblais ; / Mais nul ne pourra plus voir en moi de reflets / / Ces êtres sont trompeurs ; quel atroce amalgame ! / / Stellamaris

(Image tirée du film "SOS fantômes", prise sur Internet, ici)

(Shaltinienne)

Partager cet article
Repost0