Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 18:26

Photographie : Reflets au fond de la Grotte du Diable

 

http://img41.xooimage.com/files/4/8/a/hurlement-dans-la...-diable--200fffb.jpg

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 21:32

La vieille Soisig / / Elle était vieille, Soisig, / Comme une pomme vidée / De tout son jus, tant ridée / Que tous fuyaient, c’est le hic, / En voyant sa silhouette / Tordue. Oh, comme Annaïg, / – Quinze ans, quelle était jeunette ! – / Ou la belle Lénaïg / / Se moquaient à tue-tête, / Tout en courant les puceaux / Les moins sages, les plus sots ; / Si méprisantes, mazette ! / / Lors, sentant sa fin venir / L'ancêtre vint s’établir / Dans la forêt enchantée / / Où personne ne disait / « Groac’h », Non, nul ne l’osait ! / Car la selve était hantée, / / D’êtres qui, tôt, ont admis / De devenir ses amis … / Et voilà cette édentée ! / / Stellamaris

 

• « ig » final est un diminutif breton (équivalent au « ette » français), qui se prononce « ic ». « Soisig », petite Françoise, Annaïg, petite Anne, Lénaïg, petite Hélène … 

• Groac’h : Sorcière ou vieille dame, en breton. c’h se prononce en raclant la gorge, comme la « jota » espagnole.

Partager cet article
Repost0
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 22:31

http://img42.xooimage.com/files/8/8/4/merlin-1fe5d15.jpg

Partager cet article
Repost0
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 22:52

Photographie : Les eaux noires du fond du gouffre d'Ahès, en forêt de Huelgoat

Au fond du gouffre / / Blancs suaires de fantômes, / Un jour, furent-ils des hommes ? / Je n’en sens plus les arômes, / Ils sont vidés de leurs sangs, / / Sans substance, sans matière / Pour n’avoir connu de bière / Quand vint leur heure dernière / Ils errent, maintenant, sans / / Tombeau, tout au fond du gouffre / Aux sombres relents de souffre … / C’est tout un peuple qui souffre ! / Des visages grimaçants, / / Noirs et gris, dans ces abîmes, / Sont pareillement victimes ; / Mais pour expier quels crimes, / Ces cauchemars incessants ? / / Stellamaris

Partager cet article
Repost0
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 11:51

Sourire / / Qu’il est large, le sourire / De cette tête de mort ! / Que le proclame ma lyre, / Jamais elle ne s’endort ; / Défiant son agonie, / Elle ne pleure son sort : / « Ô, ma vie est bien finie ? / J’en ai bien quelque inconfort / Si j’en ai quelque inconfort, / / Comme une haleine fétide / Dans ma bouche qui ne mord, / Pour œil, une orbite vide, / Et ma chair, qui sert de fort / / Pour une faune abondante ; / Mais je me dis en mon for / Intérieur : Peut t'en chaut, chante : / C’est en toi qu’est ton trésor ! » / / Stellamaris

Suite au commentaire de Valentine, je l'ai complètement réécrit. J'aimerais que vous me disiez ce que vous inspire la comparaison des deux versions ...

Sourire / / Qu’il est large, le sourire / De cette tête de mort ! / Que le proclame ma lyre, / Jamais elle ne s’endort ; / Défiant son agonie, / Elle se rit de son sort : / « Ô, ma vie est bien finie ? / J’en ai bien quelque inconfort / Si j’en ai quelque inconfort, / / Comme une haleine fétide / Dans ma bouche qui ne mord, / Pour œil, une orbite vide, / Et ma chair, qui sert de fort / / Pour une faune abondante ; / Je me dis pourtant : D'accord, / Mais qu'importe ! À jamais, chante : / C’est en toi qu’est ton trésor ! » / / Stellamaris

Partager cet article
Repost0
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 07:06

Un fantôme halluciné / / Son œil halluciné, / Quelle terreur le glace ? / J’entends son cri mort-né ; / Demande-t-il donc grâce / / Sans un mot, sans un son, / – Aucun soupir fugace / Ne fend l’air ? Quel frisson ! – / Mais qui donc le pourchasse, / / Ce fantôme en exil ? / Le diable le tabasse, / Puis le tient sur le grill, / Qu’à jamais, il trépasse ? / / Tourment sans fin, sa mort / Est une horrible nasse ; / Mais quel fut donc son tort, / Qu’elle soit si vorace ? / / Stellamaris

Partager cet article
Repost0
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 19:18

Finirai-je comme lui ? / / Un homme d’âge mûr, aux abdos rebondis / Voyait en la forêt son petit paradis. / Il me ressemblait fort, c’est moi qui vous le dis : / Cherchant le korrigan, et la fée en goguette, / / Il les trouvait toujours, les voyait de ses yeux, / Dès lors qu’il le pouvait les chantait de son mieux, / Et le son de sa voix s’élevait jusqu’aux cieux … / Il était, savez-vous, lui-même un peu poète ! / / Quand un soir il mourût, il voulut rester là, / Car il n’imaginait de meilleur au-delà ! / Or, il fut exaucé, voyez-vous ? Le voilà / Qui trône dans la mousse. Oh, saperlipopette, / / À quel point je l’envie, et combien j’aimerais / Que le jour de ma fin, le ciel, en ses arrêts, / M’offre le même sort ! Comme j’exulterais / Avec le petit peuple ; il n’est plus belle fête ! / / Stellamaris

Partager cet article
Repost0
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 21:29

http://img26.xooimage.com/files/4/d/0/le-dormeur-sous-la-mousse-1f96770.jpg

Partager cet article
Repost0
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 15:02

Ondin / / C’est au sein de l’eau claire / Que je vis cet ondin, / Petite mine altière / Que bouffit le dédain. / / Sur ses jambes de pieuvre, / Il dansait, l’air badin, / Souple, tel la couleuvre ; / On eut dit un gandin, / / Un dandy ridicule, / Simple vertugadin, / Prétentieux comme Hercule, / Si fier d’être blondin ! / / Mais, tandis qu’il gambille, / Un charme naît ; soudain, / Mon regard se dessille ; / Je serai paladin / / Pour vous conter son peuple ! / Miracle d’Aladin / Le Clair Ruisseau se peuple, / Et j’en suis citadin ! / / Stellamaris

Partager cet article
Repost0
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 12:57

Un chevalier miniature / / Je vis un chevalier, pas plus grand que mon pouce, / Qui brandissait sa lance au plus profond du bois, / Juché sur un vieil arbre au tronc couvert de mousse, / Rêvant au temps jadis, aux glorieux tournois / / Où, toujours, il vainquait ; que tous craignaient son ire ! / Quand, pour défendre Arthur, il hissait ses pavois, / Quel meilleur défenseur eut donc ce noble sire ? / Vraiment, seuls survivaient ceux qui fuyaient, pantois / / Devant tant de vaillance ! Il est toujours fidèle, / Sans répit, vigilant comme aux jours d’autrefois / Les fantômes errants s’enfuient à tire-d’aile, / Nul ne peut en ce lieu distiller ses effrois ! / / Certes, bien peu le voient ; de ceux qui l’aperçoivent / Maints se gaussent souvent : Grand comme un petit-pois / Qui peut-il affronter ? Certes, ils ne conçoivent / Quelles terreurs sans nom écartent ses abois ! / / Stellamaris

Partager cet article
Repost0