Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 20:46

hIncroyable ! / / Quel est donc ce requin / À l’air vif et taquin / Que je vis dans la mare ? / Voyez, son œil se marre ! / Doux comme un franciscain, / Comme il paraît aimable ! / Vraiment, c’est incroyable ! / / Dahud le captura, / Il fut pris comme un rat, / Devint gardien du gouffre / Où tant, tant d’âmes souffrent … / S’enfuir, il ne l’osait … / Mais il ne s’y plaisait ! / Il n’est abominable, / Vraiment, c’est incroyable ! / / Un beau jour, qui le vit / Qui pleurait à l’envi ? / Eh oui, c’est une fée, / D’eau de lune coiffée ! / Un signe … Il la suivit ! / Croirez-vous cette fable ? / Vraiment, c’est incroyable ! / / Vois, il s’est tant épris / De ses jeux, de ses ris, / Qu’un merveilleux sourire / Sur sa face s’étire ! / Par l’amour, il est pris … / Mais quel couple improbable, / Vraiment, c’est incroyable ! / / Stellamaris

(Photographie : La Mare aux Fées, en forêt de Huelgoat)

(Balladine)

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 19:29

Naissance d’un poète / / Plus anciens que tous les matins … / Qui les aperçoit, les devine ? / Mais que sont donc tous ces lutins / Dont tout le jour, on nous serine ? / Les sceptiques en sont certains, / Fol est cet artiste utopiste / Qui, fermement, croit qu’ils existent ! / / L’imaginaire est leur maison, / Et, bien rarement, ils en sortent ! / Trop réfléchir est un poison / Qui, certes leur ferme la porte / De notre monde … Ô, déraison, / Car tel les voit rentrer en piste / Qui, fermement, croit qu’ils existent ! / / Ainsi peut naître un korrigan, / Quatre sirènes, une fée ; / Aussitôt, le voici, fringant / Se pavanant, tel un trophée, / Devant nos yeux … Mais l’élégant / Se cache, sauf au fantaisiste / Qui, fermement, croit qu’ils existent ! / / Mais je vais te dire un secret / De causalité réciproque … / Ils ont rêvé – Tais-toi, c’est vrai ! – / Le moindre poète loufoque / Qui, dès demain, les décrirait … / Et le voici, l’idéaliste / Qui, fermement, croit qu’ils existent ! / / Stellamaris

(Photographie : Presqu'île de Crozon vue d'avion)

(Balladine)

Partager cet article
Repost0
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 17:16

L’indien / / « Que fait donc cet indien d’Amérique / Au visage sec comme une trique / Au regard sévère, hiératique / Si loin des siens, sur l’île de Sein ? / / Cet exil se poursuit d’âge en âge ; / Mais pourtant, rassemblant son courage, / Il tient bon, durcissant son visage ; / Fanatique, autant qu’un assassin. / / Comment donc, en chevauchant les vagues, / Nous vint-il ? » « Poète, tu divagues ! / C’est Dahud, qui conçut le dessin / / De ce roc, sa taille en ronde-bosse, / Le sculpta, puis dressa ce colosse / Au son du tambour et du buccin ! » / / Stellamaris

(photographie : Rocher de l'Île de Sein)

(Essai de mariage du sonnet irrégulier et du zégel)

Partager cet article
Repost0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 20:15

Alors que les proverbes concernant les îles du Finistère, domaine de Dahud, sont sinistres : « Qui voit Ouessant, voit son sang » ; « Qui voit Sein, voit sa fin ! », celui concernant l'île de Groix, au large de Lorient, est lumineux : « Qui voit Groix, voit sa joie ». J'ai compris pourquoi en voyant cette photo !

Le Dieu de l'Île de Groix / / C’est un Dieu marin qui garde cette ville, / Veillant sur la rade et sur ses nombreux ports ; / Son visage est doux, tout sourire dehors, / Il est bienveillant ! Toujours, depuis son île, / / Il reste attentif. Son âme est si tranquille / Qu’il pense jouir du plus heureux des sorts / Quand, pour le masser, un sillage en son corps / Trace un doux sillon … Vraiment, il en jubile ! / / Alors que non loin de là sévit Dahud, / Ici, sa présence est source de salut, / Oh, ce n’est pas là qu’elle prendra sa proie ! / / Il est si puissant que même l’Océan / Devant lui, soumis, n’est plus qu’un doux géant. / Ces flots sont bénis ! « Qui voit Groix, voit sa joie ! » / / Stellamaris

(Photographie : l'Île de Groix et la rade de Lorient, vus d'avion)

(Sonnet marotique)

Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 18:25

Marée basse à l’Île de Sein / / Quand l’Océan s’en va, que se vide le port / De l’île, les bateaux s’endorment sur le sable ; / Bref instant de repos … Qu’il est appréciable, / Après avoir bravé, toujours – Coquin de sort ! / / Et certains citadins disent que c’est du sport ! – / Les courants sans pitié de ce Raz formidable / Soumis à la terreur de Dahud, l’Innommable, / Qui, toujours à l’affut – Jamais elle ne dort ! – / / Traque jour après jour tout moteur, toute voile / Qui pourrait entrevoir le secret que dévoilent / Parmi les flots profonds, des reflets dévoyés … / / Car c’est bien dans ces flots que repose Ys, sa ville ; / Elle les hante ! Et cet effroi, qu’elle distille, / A perdu tant de fiers marins, ici noyés ! / / Stellamaris

(Sonnet Marotique)

(Photographie : Le port de l'Île de Sein, à marée basse)

Partager cet article
Repost0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 20:16

Vers le ciel / / Ce menhir n’est-il étrange, / Le doigt pointé vers le ciel ? / L’homme superficiel, / Ne craignant nul dieu, nul ange, / / Goûte d’ici-bas le miel / Sans que demain le dérange … / Mais, un jour, la mort se venge ! / Ne fuit-il l’essentiel ? / / Pourtant, au profond des âges, / Les anciens étaient plus sages, / Qui croyaient en l’au-delà ; / / Leur vie était si fragile ! / Mais leur souvenir fossile / Dans nos champs, montre cela ! / / Stellamaris

(Photographie : menhirs à proximité de Carnac)

(Sonnet marotique)

Partager cet article
Repost0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 19:30

Sècheresse / / Qu‘il fait soif, ce printemps ! / Que nous manque l’eau vive ! / Nulle averse tardive / Dans le ciel, en suspens, / / N’adoucit les coupants / De la précoce estive, / La saison maladive. / Qu'en souffrent les arpents / / De champs, ou d’herbe fraiche ; / La selve même est sèche ! / Les dragons n’ont plus d’eau ! / / La dryade se terre, / Même le korrig erre / En geignant, sforzando ! / / Stellamaris

(photographie : les Dragons du Clair Ruisseau ne peuvent même plus boire !)

(Sonnet marotique)

Partager cet article
Repost0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 16:33

Impressions de lecture, après avoir dévoré cette série de plus d'une trentaine de romans ...

Le Disque-Monde (Hommage à Thierry Pratchett) / / Une tortue immense arpente l’infini / En portant sur son dos quatre éléphants. Béni / Soit leur fardeau : Ce monde plat, le Disque-Monde ! / / Porté par la tortue, il traverse le ciel. / / Là, rien n’est impossible ! Or donc, y vagabondent / Sœurcières, mages fous, dragons … La vie unit / Même gnomes, nains, trolls, vampires, humains … Ni / Rancunes, ni passé n’arrêtent cette ronde ! / / Portés par la tortue, ils traversent le ciel. / / Pour nous, c’est un reflet, miroir essentiel ! / Leur comédie « humaine », aussi folle que sage / Nous fait rire et frémir ; en goûtez vous le miel, / L’habile métaphore au goût sapientiel ? / Oh, puisse notre terre avoir si beau visage ! / / Stellamaris

(sonnet irrationnel)

Partager cet article
Repost0
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 18:30

Raz de Sein / / De marée en marée, et du profond des âges / Les écueils, les rochers, ici, tracent sillages ! / Et même par beau temps, voyez ces tourbillons ! / / Ici règne Dahud ; la sorcière, la vieille, / / La reine de ces lieux ; sirène, nous croyons ! / Cruelle, sans pitié, sur sa ville elle veille, / Car Ys est sous les flots, savez-vous la merveille ? / Naufrages par milliers ; nombreux nous nous noyons ! / / Ici règne Dahud ; mais l’on bâtit la Vieille / / Pour contrarier ses plans ; et, quand l’on appareille / Pour franchir malgré tout cette porte d’airain, / L’on peut garder espoir que demain s’ensoleille / Sans que, de notre sang, l’onde ne soit vermeille ! / Oui, vraiment, ce phare est le salut du marin ! / / Stellamaris

(Photographie : En doublant le Phare de la Vieille, dans le Raz de Sein)

(Sonnet irrationnel)

Partager cet article
Repost0
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 20:41

Le dieu grec / / Est-ce donc un dieu grec / Au visage aussi sec, / Qui trône dans mon île ? / / Mais que fait-il ici ? / / Ulysse, plein de bile / Dans ses prises de bec / Contre l’Olympe – Oh, mec, / Quel supplice débile – / / Aurait mis pied ici ? / / Et quand bien même, si / C’est vrai, que c’est étrange ! / Il ne les craint ? Voici, / Ces traits sont si bruts, si / Inhumains … Il se venge ! / / Stellamaris

(Photographie : Le rocher dit "Le Sphinx", sur l'Île de Sein)

(Sonnet irrationnel)

Partager cet article
Repost0