Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 17:44

Suite de mon adaptation en vers français des Fungis de Yuggoth, de H.P. Lovecraft. Je comprends ce poème comme une vision donnée par la lampe du poème précédent...

(Illustration de Didier Collobert pour mon recueil "Poèmes d'Edgar Allan Poe, adaptation en vers français par Stellamaris"

 

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 22:29

Suite de mon adaptation en vers français des Fungi de Yuggoth, de H.P. Lovecraft...

(Illustration prise sur Internet, ici)

Partager cet article

Repost0
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 19:56

Après une pause liée à un emploi du temps surchargé, je reprends mon adaptation en vers français des Fungi de Yuggoth, de H.P. Lovecraft...
 

Illustration prise sur Internet, ici

 

Partager cet article

Repost0
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 14:58

Je poursuis mon adaptation en vers français des Fungis de Yuggoth, de H.P. Lovecraft...

Illustration prise sur Internet, ici

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 12:34

Je poursuis mon adaptation en vers français des Fungi de Yuggoth, de H.P. Lovecraft

(Illustration prise sur Internet, ici : La Voie Lactée)

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 18:44

Suite de mon adaptation en vers français des Fungi de Yuggoth, de H.P. Lovecraft...

(Illustration prise sur Internet, ici)

 

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 18:50

Après les poèmes de Edgar Allan Poe, je m'attelle à ceux de H.P. Lovecraft, et plus précisément aux Fungi de Yuggoth, un recueil de 36 sonnets formant une histoire à suivre...

Illustration prise sur Internet, ici

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 10:57

Toujours dans le même jeu de rôles, Dylath Leen est une ville charmante, n'est-ce pas ? Voici le genre de navires que l'on peut voir dans son port... Et que les personnages risquent de devoir emprunter pour se rendre en Xura !

Les galions verts / / Que sont ces galions ? Des navires fantômes ? / Car tel est leur aspect ! Quand ils hantent le port, / Soudain, tous sont cloîtrés, plus personne ne sort… / Infecte est leur odeur, quels terribles arômes / / De putréfaction ! Leurs voiles ont l’aspect / De linceuls déchirés ; des algues desséchées, / Dans des concrétions bien pires ensachées, / Les maculent si bien que chacun, circonspect / / Les fuit, pour son salut… Prudence salvatrice ! / Car j’ai pu voir, parfois, un rampant immondice / En sortir, tout gluant, des vers rongeant sa chair, / / Un immonde annélide à l’appétit vorace : / Des poubelles, c’est bon ! Mais – d’y penser me glace – / Il voulait m’attraper, en guise de dessert ! / / C’est de Xura qu’ils viennent, / Dans ce pays maudit rodent des cauchemars / Tels qu’on en devient fol en deux instants trois quarts ; / / Mais que d’aucuns retiennent / Contre eux quelque grief, la guilde des marchands / Leur fera tôt goûter de poignards les tranchants ! / / Stellamaris

(Illustration : Dessin de Stephan Butreau)

(Sonnet caudé)

Partager cet article

Repost0
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 10:38

Toujours dans la même partie de jeu de rôles, dans les contrées du rêve de H.P. Lovecraft... Là encore, l'illustration est de l'auteur qui a joué le personnage de Kristen.

Le Bois Enchanté / / Par le Bois Enchanté, magnifique et terrible, / Le visiteur découvre en plein cœur de sa nuit / Le pays onirique ou rien n’est impossible ; / Mais quelle vie étrange en ces fourrés-là bruit ? / / Ce sont, je crois, les zoogs si joueurs, mais si traîtres… / Je les vois, ils voudraient que je danse avec eux ! / Les prêtres m’ont appris à redouter ces êtres ; / Car qui part avec eux devient fou furieux ! / / Les chênes sont si vieux, et devant leur / Je me sens si petit… Entre ces rocs dressés, / Que cache cette dalle ? Une terreur m’oppresse / Et je fuis promptement ces endroits insensés / / Mais je rencontre un chat, et digne, il me salue ; / « Ne crains rien », me dit-il… Ai-je donc la berlue ? / / Stellamaris

(Sonnet shakespearien)

Partager cet article

Repost0
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 15:48

Toujours dans le même jeu de rôles mais je reviens en arrière, voici une histoire que les personnages ont entendu chanter par un ménestrel dans une taverne... (C'est un résumé de la nouvelle "Le bateau blanc", de H.P. Lovecraft)

Le bateau blanc / / Je voulais voir la Cathurie aux clochers d’or, / J’embarquai donc sur une nef blanche, enchantée ; / En quittant Dylah-Leen, le triste et sombre port, / Je fis voile vers l’Ouest en une aube ventée. / / D’abord, nous vîmes Zar ; ici sont les beautés / Dont nul ne se souvient ; tous les ont oubliées ! / Fugaces visions d’aèdes hébétés, / Splendeurs d’aubes de feu, de lumière habillées… / / Gare ! Voici Xura, le pays des plaisirs / Que nul ne peut atteindre ; et sa côte trompeuse, / Semblant étinceler comme mille saphirs, / Est un piège mortel ! Que l’âme malheureuse / / Qui foule ce pays fasse ses adieux ; / Nul ne peut la sauver sur terre comme aux cieux ! / / Atteignant Sona-Nyl, nous y fîmes relâche ; / Car en ce beau pays, où ne coule le temps, / Ne peut mordre aucun mal, ni rien qui blesse ou fâche ; / Restai-je là quelques éons ? Juste vingt ans ? / / Un jour je repartis, repensant à ma quête, / Et je filais vers l’Ouest ; le flot devint torrent / En passant le pertuis où l’Océan s’arrête ! / Naviguant dans l’espace infini, délirant, / / Je crus ouïr de lourds tambours, des sons de flûte ; / Et je me crus perdu : C’est la cour d’Azathoth / Qui trône au noir des cieux, si fol et si hirsute ; / Il est bien plus mortel ne l’est Béhémoth ! / / Heureusement, sur terre, un chat lors miaula / Et je me réveillai, sauf, pour conter cela. / / Stellamaris

(Photographie : Rade de Brest)

(Double sonnet élisabéthain)

Partager cet article

Repost0