Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 10:34

(Illustration : votre serviteur)
(Forme : "doucet", forme inventée par mon ami de plume Michel Doucet)

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 17:16

Le premier vers est de mon ami Flormed

(Illustration : Photographie de l'auteur, arbres en fleurs à Brest à la fin de l'hiver)

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 19:36

Les cheveux de la terre / / Les cheveux de la terre / Prisent si fort le vent / – Tant la brise légère / Que l’orage éprouvant – / / Que toujours, en rêvant, / Accueillant sa caresse, / Ils dansent, n’ont de cesse, / Dans leur amour fervent, / / Que d’en goûter l’ivresse / Encor plus chaque jour, / Goulûment, sans faiblesse ; / Leur cœur est sans détour ! / / Ah, que comme eux je vive ! / Que je puisse, comme eux, / Ne rien trouver fâcheux ; / / Que mon âme s’avive / Jusqu’à savoir goûter / Sans se désappointer / / – On la dira naïve ? – / L’hiver comme l’été ; / Quelle félicité ! / / Stellamaris

(Carillon)

Partager cet article

Repost0
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 09:46

(Glose sur 4 vers d'un de mes anciens poèmes)

Cueillez les jours ! / / Pourquoi vous lamenter, pleurer à larmes fortes, / Regrettant la saison, le froid ? Moi, peu m’en chaut ! / Malgré la météo, dans mon cœur il fait chaud : / Quand l’on cueille les jours, les heures sont accortes ! / / Vivez heure après heure, et tel Casanova / Qui goûtait chaque femme – « Une autre fleur exquise ! », / Savourez-les, faisant assaut de gourmandise ; / Accueillez donc la vie, et chantez à tout va / / Les merveilles sans fin que Dieu nous réserva / Et distille toujours quand on ouvre son âme / Pour voir en chaque instant danser sa vive flamme ! / Steren Mor vous le dit ! Voyez cette nova / / De couleurs et de sons ; que toutes fibres mortes / Revivent en votre être, et dansent en tous lieux ! / Soyez tels des enfants, rassasiant vos yeux / De bonheurs inconnus ; que d’émotions fortes ! / / Stellamaris

(Photographie : A Brest en hiver)

(Steren Mor : Stella Maris en breton)

Partager cet article

Repost0
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 21:38

Le premier vers n'est pas de moi ; c'est le titre d'un poème d'un ami de plume, Laurent, que j'aimerais beaucoup compter parmi mes auteurs ! Vous pouvez le lire sur le forum http://plumes.au.vent.xooit.fr

À mes auteurs / / À l’aube de mes nuits, / Au son d’une musique / Au fort accent épique, / Pour repousser les bruits / / Des tracas qui, depuis / L’aube, pique après pique, / Me font tourner bourrique / Au point que plus n’en puis, / / Je ressource mon âme / Avec vous, mes auteurs, / Mes amis, mon dictame ! / / Vos écrits sont des fleurs, / Dont le parfum m'enflamme ; / Vous êtes mes bonheurs ! / / Stellamaris

(Photographie : Le Pont de Recouvrance à Brest)

(Sonnet espagnol)

Partager cet article

Repost0
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 21:06

Après avoir aidé un ami à déménager... / / Mes os sont lapidés, / Transpercés par la lame / De becs de corvidés / Qu’un noir hiver affame, / / Mes muscles trop bandés / Hier, chacun le clame, / Se croient suicidés, / Défunts ; terrible drame ? / / Avec eux mes soucis / Se sont enfuis, oh joie, / Et je les crois occis : / / L’amitié les foudroie ; / Que sous leur ramassis / Plus jamais je ne ploie ! / / Stellamaris

(Sonnet espagnol)

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 22:31

Blason de l’oreille / / Louerai-je assez l’oreille, / Cette pure merveille / Dont notre créateur / A su doter le cœur, / Qu’on ne soit solitaires, / Sans parents, sœurs, ou frères ? / Quel bonheur d’écouter, / Ah, sachons le goûter ! / Car si l’on communie / Ainsi, nul ne le nie, / L’on peut voir que bientôt / Se desserre l’étau / De l’âpre solitude ; / Et s’enfuit l’hébétude / Qui sans remède étreint / Ceux dont l’esprit d’airain, / Replié sur lui-même, / Ne sait dire « Je t’aime » / Et n’entend plus que soi, / Seul objet de sa foi ! / Mais celui qui s’oublie, / Avec joie, il se lie / À celui qu’il entend ; / Si son être se tend / Vers lui, lors son errance / Deviendra confiance / Et, chaque jour plus fort, / À la vie, à la mort, / De l’amitié la flamme / Réchauffera son âme ! / Car dès que je t'entends / Vers le bonheur je tends ; / Sois ouverte à mes dits, / Je suis au paradis ! / / Stellamaris

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 12:02

La vie / / La vie est un chemin tracé si près d’eaux vives / Que le moindre faux pas pourrait nous y noyer ; / Et certains prennent peur, et leurs âmes oisives / Refusent d’avancer ; mais rester au foyer, / / C’est s’en faire un tombeau ! Sais-tu que tu te prives / De leurs embruns, si vifs qu’ils pourraient t’éveiller, / Fouettant jusqu’au sang tes humeurs maladives ? / À nouveau, tu saurais comment t’émerveiller ! / / Avance donc sans crainte ou peur d’aucune sorte / Et ne reste reclus, semblable à l’ombre morte / D’un fantôme oublié de tous, désespéré ! / / Si, pour ne point périr, tu vis tel un défunt, / Ne perdras-tu ton gain à rester apeuré ? / Du torrent, vient humer le somptueux parfum ! / / Stellamaris

(Photographie : Le Pont des Fées en forêt de Huelgoat)

(Sonnet français)

Partager cet article

Repost0
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 02:31

Blason des âmes / / Pourquoi blasonner les corps, / Les louer de mots si forts / Que l’on croirait que l’humain / Ne veut d’autre lendemain ? / Depuis toujours, maint artiste / Chante que la chair est triste / En un pleur si déchirant, / Qu’on entend couler le sang / De leurs larmes ! Leurs complaintes / Sont le fruits de leurs étreintes, / Et vous n’êtes convaincus, / Ne regardez que les culs ? / Pauvres sots ! C’est la folie / Qui vous guette et qui vous lie ! / Je veux contempler les âmes, / Me réchauffer à leurs flammes ; / Ah, que je sois emporté / Sur les flots de la bonté / Par un esquif de tendresse, / Lentement – car rien ne presse – / Jusqu’à ce port attendu / Comme un espoir, plus qu’un dû, / Celui de la confiance ; / Car c’est la sainte semence / D’où peut germer le bonheur, / Celui seul qui vient du cœur ! / Si l’union d’un moment / Peut être un acte qui ment, / Un amour pur est merveille / Où chaque heure s’ensoleille ! / Nul ne peut le profaner ; / Cela, je veux blasonner ! / / Stellamaris

(Photographie : Ballet de "Roméo et Juliette", photographie prise sur le site de la Scala de Milan)

(Le blason est une forme poétique ancienne, généralement utilisée pour louer le corps féminin)

Partager cet article

Repost0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 12:27

Brouillard / / Une chape de brume a recouvert la ville, / On ne voit, n’entend plus rien / Je me sens bien, / Jubile : / / Je file, / Vogue sans lien / Sur des flots nus, l’air de rien... / Et c’est alors qu’à l’horizon, je vois une île... / / Est-ce au loin ? Est-ce en moi ? Je ne sais... C’est mon âme, / / Le port auquel j’aspire, où s’éveille ma flamme ! / / Stellamaris(Sabliet)

Partager cet article

Repost0