Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 14:27

Sur les conseils de Paul-André Sagel, un ami et auteur de pièces de théâtre dont je vais prochainement éditer un roman, j'ai modifié l'introduction de ma pièce de théâtre, l'Être et le Néant, afin qu'elle soit plus aisée à mettre en scène. Ces deux sonnets remplaceront le sonnet d'introduction actuel ; d'ici un mois, je publierai cette version modifiée.

(Illustration prise sur Internet, ici)

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans L'Être et le Néant
commenter cet article
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 21:16

L'Être et le Néant - 30 et fin / / L’Être (Tournant le dos au Néant) / / Mais est-ce le bon sens, de discourir ainsi / Et lutter contre toi ? Ta soif inassouvie / S’en est nourrie à mes dépens, et ton envie / Aurait pu m’achever aussi bien que ceux-ci / / Qui se sont épuisés à lutter sans merci, / Leur âme se sentant, sans répit, poursuivie / Par tes traits triomphants, par ta haine suivie ! / Je ne veux m’encombrer à devenir ranci ! / / Je veux vivre ma vie insouciant, mon âme / Ouverte pour cueillir, quand elle nait, la flamme, / Ardente du bonheur ! En serai-je embrasé ? / / Notre discussion m’a montré plus d’un piège ; / Mais le pire de tous, c’est de se dire « Où vais-je » / Et de ne plus bouger, ainsi paralysé ! / / Épilogue / / L’Être – Cinq ans après – à son fils / / J’aspirais à la joie, et je l’ai rencontrée / – Le sais-tu ? – Maintes fois, en de très nombreux lieux : / Un sourire d’enfant, un rire au coin des yeux, / Ah, cela peut soigner plus d’une âme égarée ! / / Qu’est-ce que le Néant, que sa crainte sacrée / Qui me tétanisait ? Rien que du vent, mon vieux ! / Vraiment, la vie abonde en instants précieux, / La soif de qui les cueille en est désaltérée ! / / Combien de temps vivrai-je ? Un siècle, ou moins d’un an ? / Après tout, peut me chaut, si je vis pleinement, / Émaillant mon séjour sur terre de partage, / / Ouvert à l’imprévu, sachant m’émerveiller / De voir un arbre mort au printemps verdoyer ! / Vivre, tout simplement, n’est-ce pas le plus sage ? / / ----- Fin ----- / / Stellamaris

(Illustration : Ma petite-fille Lys)

(Sonnets marotiques)

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans L'Être et le Néant
commenter cet article
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 00:02

L'Être et le Néant 30 - Dialogue / / Le Néant / / La raison ? Je rigole ! En son nom, tant de crimes / Ont été perpétrés, sans l’ombre d’un remords ! / Depuis Machiavel, l’on put voir tant de morts / Sans oraison, sacrifiés, pauvres victimes, / / Sur ses autels... “Boutons ces obstacles infimes / Hors de notre chemin, sauvegarder le corps / De la nation vaut plus que ces quelques torts / Que nous devons causer !” / / L’Être / / ...........................Oui, c’est ce que nous fîmes... / / Le Néant / / Elle est aveugle et sourde et ne sait que compter, / Mais ne connaît les fins, et peut vous orienter / Vers moi, sans sourciller, si tu ne tiens ses rênes ! / / Je ne suis à ses yeux qu’une solution / Parmi d’autres, et tant ! Une simple option ! / / L’Être / / Ah, comment échapper à tes ignobles chaînes ? / / Stellamaris

(Illustration : Statue de Machiavel par Lorenzo Bartolini, Musée des Offices à Florence)

(Sonnet marotique)

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans L'Être et le Néant
commenter cet article
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 12:20

L'Être et le Néant 29 - L'Être, suite / / Quelle est cette lueur ? Serait-ce la Raison ? / Elle sait réfréner ce fol enthousiasme / Par lequel je m’égare, attirant ton sarcasme, / Quand je fonce sans plus réfléchir qu’un oison / / Vers tel but illusoire – Il en est à foison – / Qui devient ma lubie et mon ardent fantasme, / M’intoxiquant, à chaque fois, de son miasme / Fatal et virulent tout autant qu’un poison ! / / Qu’elle soit la Lumière illuminant ma route, / Que je suive sans crainte et sans l’ombre d’un doute, / Je lui remets ma vie, et mon cœur, et ma foi ! / / C’est Elle que je prends, ce jour, comme Déesse ; / Je suis son serviteur, son prêtre, je professe / Que je suivrai, dès lors, ses règles et sa Loi ! / / Stellamaris

(Illustration : Procession à la Déesse Raison, durant la Révolution Française)

(Sonnets et beaux vers)

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans L'Être et le Néant
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 20:33

L'Être et le Néant 28 - L’Être, suite / / Néant, que je te hais, qui t’infiltres partout ! / Pour qui veut t'échapper, où sont donc les abris ? / Nous sommes devant toi pareils à des souris / Tentant de se sauver, mais qui n’ont nul atout / / Pour ne finir bientôt sous la dent du matou / Qui raille leurs espoirs ! Que cruels sont ses ris / Miaulés, surpassant de loin nos pauvres cris ! / Oh oui, pour t’éviter, je fuirais n’importe où ; / / Je t’y retrouverais, me devançant encore ! / Mais, comme un souvenir que l’on se remémore / / Avec difficulté, j’entrevois un chemin / / Qui me semble plus sûr... Dieu, que je ne m’égare ! / Est-ce au loin ? Est-ce en moi que je vois comme un phare / Qui luit ? Je l’atteins presque en étendant la main ! / / Stellamaris

(Illustration : Estampe du 18ème siècle)

(Sonnet marotique)

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans L'Être et le Néant
commenter cet article
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 22:08

L'Être et le Néant 27 - L’Être, cinq ans plus tard (pour lui-même, en robe safran) / / Hare Krishna hare hare hare Krishna ... / Je répète ces mots, n’y trouve que du vide ! / Quand, je suis arrivé, dieux, que j’étais candide, / Que tout me semblait beau, j’étais au Nirvana, / / Et pour un peu, j’aurais crié mon Hosanna ! / Vénérant le gourou, je me disais « Quel guide ! » / Mais ce n’est qu’un humain, et ma face est livide / À force de douter ... Son aura, son mana / / Qui m’avaient éblouis quand j’étais un novice, / N’étaient qu’une façade, et par-dessous, du vice, / Comme tout un chacun, certe il n’en manque pas ! / / Oui, même le plus saint, pour peu qu’on le regarde / De près, un jour ou l’autre aura baissé sa garde ; / C’est un roi nu ! Le suivre ? Aller droit au trépas ! / / Stellamaris

(Illustration : Pochette d'un CD de méditation de la secte Hare Krishna)

(Sonnet marotique)

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans L'Être et le Néant
commenter cet article
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 20:45

L'Être et le Néant 26 - Réponse de L’Être / / Hélas, trois fois hélas ! Devant toi tout s'écroule, / Et même le sacré ? Ne reste-t-il donc rien / Qui de toi ne s'entache ? Au cœur même du bien, / Tu projettes ton ombre, et comme elle s'y coule, / / Il en est perverti ? C'est à perdre la boule ! / Et celui qui se voulait saint finit vaurien, / Criminel, assassin ; il a rompu le lien / Avec l'humanité ; s'extirpant de la foule / / Dans son désir d'être ange, il devient un démon … / Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu, est-ce vraiment là mon / Destin ? Je m'y refuse ! Alors, je cherche un maître / / Pour débusquer, trouver une solution ! / J'engagerai sans frein toute ma passion, / Je ne renoncerai, même au prix de mon être ! / / ----- / / Mais où pourrai-je enfin trouver ce que je veux ? / Vraiment, pour m'extirper de cette peine amère, / J'irai sans hésiter jusqu'au bout de la Terre ! / En Inde, l'on m'a dit, vit tel gourou fameux … / / Oui, j'irai l'écouter ! S'il devient écumeux / Tandis qu'au long des jours, des nuits, il vitupère, / Ou si pour égarer ses disciples il erre / Et tourne, et tourne en rond sur des sentiers brumeux, / / Certes, je le fuirai … Mais s'il me paraît sage, / Si la bonté paraît sur son calme visage, / Si la haine est un mot absent de son discours, / / S'il est toujours serein et jamais ne s'irrite, / S'il sait bien enseigner le « Comment l'on médite », / Alors, que je le suive ! Et j'y vole, et j'y cours ! / / Stellamaris

(Illustration : Procession de fidèles de Hare Krishna, source Wikipédia)

(Sonnets marotiques)

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans L'Être et le Néant
commenter cet article
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 23:53

L'Être et le Néant 25 - Réponse du Néant / / Ah, l’inquisition ... Souvenir merveilleux ! / Des bûchers d’innocents à pleine charretée ... / Et la culture aussi fut jugée infectée : / « Elle pourrait aux pauvres gens ouvrir les yeux ; / / Les extirper de leur néant, c’est odieux, / Ne le comprenez-vous ? Si cette foi butée / Où nous les maintenons ne tient, l’âme gâtée / Rejettera l’oppression avec ses dieux ! » / / Ainsi parlaient les Grands, bénissant ce carnage ; / Ah, comme ils me servaient, tout au long de cet âge ! / Je jubilais, je grandissais, j’étais puissant ! / / Mais le jihad, en notre temps, c’est encor mieux ! / Se transformer en bombe en n’importe quels lieux ... / « Tuer ne suffit pas ; mourons aussi, bon sang ! » / / ----- / / N’est-ce d’ailleurs ce qu’énonça ta propre bouche ? / « Je n’ai peur de la mort, le Paradis m’attend ; / Mais ces vils mécréants, j’en massacrerai tant ! » / Des fous pareils, j’en rêverai dessus ma couche / / Si je pouvais dormir ! Même une simple mouche / A plus d’intelligence – et combien ! – C’est patent, / Que vous tous, fous de Dieu ; que vous tous qui, pourtant, / Vous targuez de sagesse ! Ah, vraiment, je m’en mouche / / De rire, c’est tordant ! Que l’homme est merveilleux, / Qui, descendu de l’ange, est pourtant oublieux / De ce qui fait le ciel – L’amour et la bonté – / / Et, croyant le louer, se fait mon serviteur / En répandant partout un règne de terreur ... / Être, c’est donc par toi que je suis exalté ? / / Stellamaris

(Illustration : "La chute d'enfer des damnés", de Jérôme Bosch)

(Sonnets marotiques)

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans L'Être et le Néant
commenter cet article
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 23:32

L'Être et le Néant 24 - L'Être (suite) / / Comment mieux s’oublier que de tourner son âme, / Son cœur et son esprit vers le maître des Cieux ? / C’est lui qui nous donna, comme don précieux, / L’existence et l’essence, et dont brille la flamme / / À travers sa parole ... Et n’est-elle une lame, / Une épée au tranchant vraiment prodigieux ? / N’est-il certain que nul, sous ses coups furieux, / Ne saurait résister ? Que périsse l’infâme ! / / À lui je me consacre, à son feu rugissant, / Pour lui je verserai sans compter tout mon sang ; / Le Paradis m’attend, après tout ! Peu m’importe ! / / Et j'exterminerai les suppôts de Satan / Ces vils, ces mécréants, qui me répugnent tant ! / Le mal est dans mon peuple ? Il faudra qu’il en sorte ! / / Stellamaris

(Illustration : Tableau de Pedro Berruguete peint en 1475 représentant un procès de l'Inquisition)

(Sonnet marotique)

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans L'Être et le Néant
commenter cet article
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 19:03

L'Être et le Néant 23 - Réponse de l'Être / / Que tes propos sont durs ! Et pourtant, je t’entends, / Et je comprends, je crois, ce que tu me reproches ... / Mais la leçon est dure à nos pauvres caboches ! / Être vivant, tu ne le sais, est un printemps / / Si débordant, que tout entier, oui ! Je me tends / Pour mieux en profiter, tout comme les mioches / Qui ne voient pas plus loin que le fond de leurs poches ! / C’est une illusion fatale aux débutants, / / Car quiconque se cherche à tout jamais s’égare ; / L’on croit toucher le ciel, et soudain, comme Icare, / On se retrouve au sol, où, toi, tu nous attends ... / / Non, c’est en s’oubliant que l’on peut vraiment Vivre, / Et sans penser à soi que, souvent, l’on s’enivre / De nectar, d’ambroisie, à l’instar des titans ! / / Stellamaris

( Illustration : "la chute d'Icare", de Rubens )

( Sonnet marotique )

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans L'Être et le Néant
commenter cet article