Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 17:38

Ce poème fait suite au précédent, "L'Être et le Néant"

Réponse de l’Être / / L’Être lui répondit : « Mais peut m’en chaud ! / Si je suis aujourd’hui, ce jour, je danse, / Je chante et m’en emplis. Et qu’il soit dense, / De minutes chargé, le cœur si chaud / / Qu’il brûle ! En effeuillant cet artichaut, / J’en goûterai chaque pétale ; immense / Joie, en laquelle à jamais je m’avance ! / Et chaque jour, je goûte un nouveau show ! / / Toi qui m’attends, immobile et sans vie, / Sans âme, sans bonheur, sans nulle envie ; / Toi qui ne mourras pas ; même confus, / / Ne ressens-tu ce manque, atrocr vide / Qui ne te quitte pas, quand se dévide / Le temps glacial ? Jamais tu ne fus ! » / / Stellamaris(Illustration : Tableau de Pieter Bruegel l'ancien)

(Sonnet marotique)

Partager cet article
Repost0
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 08:22

L’Être et Le Néant / / L’Être et Le Néant devisaient ensemble ; / L’Être dit au Néant : « De n’être point, / N’es-tu donc las, mon ami ? » « Mais ce point / Est loin d’être évident ! Écoute : Il semble / / À l’indolent dont l’esprit marche l’amble / Que je ne suis rien ; mais tout être est oint / De mon sceau ; je l’attire, et de si loin / Que devant moi, nul de sensé ne tremble ! / / N’est pas né qui me nuira ; tel le vent, / Je file, on est Gros Jean comme devant, / Tout déconfit, tant je suis impalpable ! / / Par contre, en moi, tout un jour finira ; / Et ce jour là, l’on verra qui rira ! / Nul ne tiendra, nul n’en sera capable ! » / / Stellamaris

Je vous invite chaleureusement à lire la réponse que Lenaïg, sur son blog, a mise dans bouche de l'être ...

(Sonnet marotique)

(Illustration : Marie-Madeleine, bas-relief d'autel à Rennes le Château)

Partager cet article
Repost0