Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 10:58

Premiers bourgeons / / Tandis que les bourgeons éclosent, / Paix et joie en mon cœur se posent, / Naissant d’un unique regard ... / / Voyez ! La vie est revenue ! / Admirez donc avec quel art / Tout simplement, sans aucun fard, / Elle offre aux yeux la beauté nue ! / / Quelle merveille ! C’est de l’or / Pur. Qui pleurerait sur son sort / Encor, n’aurait plus sa raison ! / / Même pour ma tête chenue, / Après la mauvaise saison, / Voici qu'un nouvel horizon / S’ouvre par-delà toute nue ! / / Stellamaris

(Photographie : à Brest, hier)

(Sonnet alterné à rebours)

Partager cet article
Repost0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 11:24

Clin d’œil / / Le soleil luit sur les palmiers / Et sur les arbres dévêtus. / « Balais de sorcières, soyez, / Nus, maigrelets, tels des fétus ! » / / Leur dit Hiver, en sa colère ... / Mais l’arbre du Sud lui, résiste ; / Il lève haut sa tête altière, / Et vois : Son feuillage persiste ! / / Et quand Phébus enfin renaît, / Bénissant la ville et la rade, / Il lui sourit, le reconnaît, / Et, joyeux, lui lance une œillade ! / / Stellamaris

(Photographie : De ma fenêtre)

(Trivers)

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 00:00

Un trait de sang / / C’est juste un trait de sang / Sur la nue endormie, / Présage repoussant / Pour qui ne craindrait mie ! / Tout juste un trait de sang. / / Quand le sol est absent / Et la terre, partie, / Tout est noir … Sauf l’accent / De pourpre décatie : / Tout juste un trait de sang / / Que l’obscur est puissant, / Qu’une lueur faiblarde, / Seule, luise ! Glaçant / Nos espoirs, Râ nous darde / Tout juste un trait de sang. / / La nuit vient, mille et cent / Fantômes se réveillent ; / Cauchemar oppressant, / Que la lumière est vieille ! / Tout juste un trait de sang. / / Stellamaris

(Photographie : Crépuscule vu d'avion, ce soir)

(Rotrouenge)

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 20:09

Le goéland / / Dans la pluie ou dans la tempête / Vole sans fin le goéland ; / Que le brouillard soit sombre ou blanc, / Sans se reposer, il s’entête / / Et parfois même, à l’aveuglette / Quand on n’y voit rien – C’est troublant – / Dans la pluie ou dans la tempête / Vole sans fin le goéland ; / / Qu’elle est tenace, cette bête ! / Non, rien n’entrave son élan ! / L’homme prétexte, nonchalant, / / « Qu’il fait mauvais ! », puis il s’arrête ; / Dans la pluie ou dans la tempête / Vole sans fin le goéland. / / Stellamaris

(Photographie : Goéland en vol)

(Sonnettin)

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 21:10

Sur les remparts de Saint-Malo, j'ai vu cette scène, que je n'aurais pas crue possible ... Un instant de pure magie !

L’homme et les goélands / / Un homme et deux goélands / Sur les remparts de cette ville ; / Ils le suivaient à pas lents, / Est-ce dévotion servile ? / Souvenirs époustouflants ! / / Un homme et deux goélands ; / Il leur parlait, c’est un miracle ! / Ils le suivaient à pas lents / Tendant l'oreille à son oracle ! / Souvenirs époustouflants ! / / Un homme et deux goélands ; / Mais que pouvait-il bien leur dire ? / Ils le suivaient à pas lents, / En opinant du bec : « Oui, Sire ! » / Souvenirs époustouflants ! / / Un homme et deux goélands ; / Oncques ne vis pareille écoute ! / Ils le suivaient à pas lents / Pour ne pas en perdre une goutte ! / Souvenirs époustouflants ! / / Stellamaris

(Balladine à trois refrains, sur deux mètres (sept et huit syllabes))

Partager cet article
Repost0
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 14:56

Tempête d’été / / Le vent siffle ; à flots l’eau claque / Sur ma fenêtre aujourd’hui, / Un jour noir, comme la nuit ! / C’est l’été qui se détraque ? / / C’est un temps démoniaque / N’entendez-vous tout ce bruit ? / Crozon même s’est enfui, / Je crois qu’il a pris sa claque ! / / Pourtant, plus j’entends les cris / Du vent, plus je chante et ris, / Ce temps exalte mon âme. / / Il dilate l’océan ? / De même, il me fait géant, / Je décolle et je m’enflamme ! / / Stellamaris

(Photographie : de ma fenêtre, par tempête ; par beau temps, l'horizon est clos par la Presqu'île de Crozon, invisible aujourd'hui)

(Sonnet marotique)

Partager cet article
Repost0
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 10:40

Je me suis rendu compte que, dans la version publiée hier, je n'avais pas respecté l'alternance des rimes ... C'est corrigéhttp://img66.xooimage.com/files/2/c/b/lune-de-sang-28eca1d.jpg

(Sonnet irrationnel)

Partager cet article
Repost0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 16:45

Lune de sang / Lune de sang … / Appel puissant / Au fond de l’âme, / / Qui, fort, résonne ! / / Ô, vive flamme ! / Resplendissant, / Incandescent / Épithalame, / / Mon cœur résonne ! / / Ce cor qui sonne / Me transfigure, / Je m’abandonne / À ce cyclone / De grâce pure ! / / Stellamaris

(Photographie : Lever de lune à Brest, avant-hier)

(Sonnet irrationnel)

Partager cet article
Repost0
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 19:20

http://img41.xooimage.com/files/2/c/b/le-nom-de-la-rose-28404af.jpg

(sonnet marotique)

Partager cet article
Repost0
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 13:06

Endormi sur le sable / / À peine on le discerne, il est couleur de sable ; / Voyez comme il sourit ! Ne croirait-on qu’il dort / Allongé sur le flanc, bercé de songes d’or ? / C’est un banc de poissons qu’il chasse, formidable, / / En son sommeil serein ? Vois, il est impeccable, / Sa fourrure est intacte, elle vaudrait de l’or ! / Alors, je le regarde, et le regarde encor, / Le grave dans mes yeux, spectacle inoubliable … / / Sa pose est curieuse, et je regarde mieux … / Lui qui fut le seigneur et le maître des lieux, / Est-il ici, présent, dans ce corps, sur la grève ? / / Son esprit s’est enfui, dans sa peau, non, plus rien / Ne subsiste de lui … Trop nombreux ceux qui crèvent / Noyés dans des filets, une mort de terrien ! / / Stellamaris

(Sonnet)

(Photographie : Cette semaine, sur une plage de l'Île de Sein ...)

Partager cet article
Repost0