Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 15:59

Une mare en forêt de Fontainebleau / Dans cette forêt de sable, / Une oasis ? / / Sécheresse épouvantable, / Cette soif qui nous accable / Nous torture comme un kriss / Du temps jadis ! / / Dans cette forêt de sable, / Une oasis ? / / Nul court d’eau, c’est admirable, / Tant le sol est perméable ! / Sonne le De Profundis / Pour tous tes fils ? / / Dans cette forêt de sable, / Une oasis ? / / Mais il ne vainquit, le diable ! / Vois cette mare adorable / Où se mirent, tels des miss, / Les fleurs de lys ! / / Dans cette forêt de sable, / Une oasis ! / / Stellamaris

(malhoun)

Partager cet article
Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 22:37

Le portrait de la vieille / / Ce peintre fou, le Clair Ruisseau, / Peignit ce portrait d’une vieille ! / / Il n’utilisa de pinceau, / Ni dans les affres de la veille / Ne transpira, versant à seau / Sa sueur dans l’onde vermeille ! / / Ce peintre fou, le Clair Ruisseau, / Peignit ce portrait d’une vieille ! / / Non, fougueux comme un jouvenceau, / Il gambade, et sans fin s’égaye, / Mais tout d’un coup, de prime-saut / Son art soudainement s’éveille ! / / Ce peintre fou, le Clair Ruisseau, / Peignit ce portrait d’une vieille ! / / Quelle muse, sonnant l’assaut / Lui suggéra cette merveille ? / Jamais Van Gogh ni Picasso / N’ont peint aucune œuvre pareille ! / / Ce peintre fou, le Clair Ruisseau, / Peignit ce portrait d’une vieille ! / / Résisterai-je à cet assaut / De beauté pure ? Ô non ! S’enraye / Ma raison … Que je me sens sot ! / Ma bouche bée, et j’en bégaye … / / Ce peintre fou, le Clair Ruisseau, / Peignit ce portrait d’une vieille ! / / Stellamaris

(Photographie : remous du Clair Ruisseau, en forêt de Huelgoat)

(Malhoun)

Partager cet article
Repost0
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 22:26

Fleur fanée / Elle est jeune encor ! Et brune, presque morte … / Elle deviendra graine, à ce qu’il m’appert ; / Et voyez surgir la feuille au tendre vert ; / La vie est plus forte ! / / Stellamaris(strophe sapphique)

Partager cet article
Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 22:28

Gare Montparnasse Porte Océane/ / Joyeux tintamarre égayant cette gare, / Moineaux, par milliers, chantant à qui mieux-mieux / Malgré le béton, l’aridité des lieux ! / C’est un bonheur rare ! / / Stellamaris(strophe saphique)

Partager cet article
Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 16:03

Éclosion / / Avant-hier encor, je chantais ses bourgeons, / Et ce matin même, elle n’était éclose ; / La voilà ce soir, belle comme une rose / Que nous louangeons ! / / Stellamaris

(Photographie : arbre en fleurs, Porte de Brancion à Paris)

(Strophe sapphique)

Partager cet article
Repost0
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 07:58

Printemps / / Regardez-le donc, comme il devient énorme ! / Le bourgeon mûrit, bientôt devient chaton / Duveteux, vert pâle … Admirez donc ce ton ! / Le printemps prend forme ! / / Stellamaris

(strophe sapphique)

(photo : prémices du printemps à Paris)

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 22:18

Hippocampe / / Qui t’imagina, quel sorcier déjanté ? / De son chapeau fou, saoul, a-t-il pu t’ôter ? / Qu’avait-il fumé ? L’entendait-on chanter, / Comme un commodore : / / « Victoire ! Eurêka ! Voyez mon nouveau-né ; / N’est-ce un bel enfant ? Car je vous l’ai donné, / Un jour très prochain, vous entendrez tonner, / Ce feu qu’il arbore ! » / / « Il sera puissant, vous pourrez tôt le voir / S’envoler, géant, sur les ailes du soir ; / Le feu de sa bouche est un vrai rôtissoir ! / Que nul ne l’ignore ! » / / Mais tu n’as grandi ! Ta cachette : les eaux, / Dragon miniature, et nul, dans tes naseaux / Ne vit d’étincelle enflammant les roseaux, / Timide pécore ! / / De te voir, pourtant, suffit à mon bonheur ; / Distilleur de rêve, agréable liqueur / Qui nourrit mes vers et me comble le cœur / Du soir à l’aurore ! / / Stellamaris

(ode sapphique)

Partager cet article
Repost0
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 16:33

Bruine et brume / / Jour de bruine et de brume / Couvrant Brest, comme un manteau / Blanc, léger comme une plume ; / Jour de bruine et de brume, / Une voilette d'écume / Que je chante, allegretto ! / Jour de bruine et brume / Couvrant Brest, comme un manteau. / / Stellamaris

(triolet)

Partager cet article
Repost0
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 21:49

La feuille et le bourgeon / / Sur une branche nue, une feuille d’automne / Tristement se balance et désigne le sol. / Uniforme tourment, ô combien monotone, / Sur une branche nue, une feuille d’automne / N’espère qu’en sa chute, en attendant, bougonne : / « Que ne deviens-je humus ? Quand prendra fin mon dol ? ». / Sur une branche nue, une feuille d’automne / Tristement se balance et désigne le sol. / / Aiguise bien tes sens ; n’entends-tu pas la sève / Fredonner doucement dans son demi-sommeil ? / L’hiver est une nuit, c’est le doux temps du rêve, / Aiguise bien tes sens ; n’entends-tu pas la sève / Qui tressaille d’espoir : « L’épreuve sera brève, / Et très bientôt viendra le temps de mon réveil ! » / Aiguise bien tes sens ; N’entends-tu pas la sève / Fredonner doucement dans son demi-sommeil ? / / Le bourgeon se prépare, il en est la promesse, / Reviendra le printemps, et l’arbre renaîtra ! / Se tendant vers les cieux, tel le prêtre, à la messe, / Le bourgeon se prépare, il en est la promesse, / Vous verrez très bientôt la selve enchanteresse / Exploser de couleurs, le Dieu Cornu vaincra ! / Le bourgeon se prépare, il en est la promesse, / Reviendra le printemps, et l’arbre renaîtra ! / / Stellamaris

(Photographie : en forêt de Huelgoat)

(Triolets)

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 19:39

La neige amoureuse / / La neige est comme une amoureuse ; / Et sur la ville qu’elle étreint / De sa blanche cape d’airain, / Tombe une torpeur langoureuse ; / / Passion folle et furieuse / De son cœur qui bat, purpurin ! / Il n’est rien qui n’en soit empreint ; / La neige est comme une amoureuse, / / Et son désir adultérin / Vainc ! Déjà sa splendeur soyeuse / S’étend sur la contrée herbeuse / Et sur la ville qu’elle étreint. / / Nul ne peut fuir ce souverain ; / Non, sa poigne est trop vigoureuse ! / Car la caresse affectueuse / De sa blanche cape d’airain / / Est invincible, impérieuse ! / Laisse-toi bercer ; son refrain / T’apaise ; redeviens serein ! / Tombe une torpeur langoureuse, / / Tu t’alanguis ; ton âme heureuse / Ne se souvient de nul chagrin ! / Et, dans ce cocon utérin, / Elle chante, enfin radieuse : / La neige est comme une amoureuse ! / / Stellamaris(Rondeau parfait à rimes embrassées)

Partager cet article
Repost0