Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 22:37
Ce texte écrit mar mon ami NAMASTE (blog. LE CRAYON DE SOLEIL) me touche énormément, il m'a semblé important de vous le partager, avec son autorisation bien sur


Un enfant meurt de faim toutes les cinq secondes
Un enfant meurt de faim toutes les cinq secondes
Un enfant meurt de faim toutes les cinq secondes
Un enfant meurt de faim toutes les cinq secondes
Un enfant meurt de faim toutes les cinq secondes
Un enfant meurt de faim toutes les cinq secondes
Un enfant meurt de faim toutes les cinq secondes
Un enfant meurt de faim toutes les cinq secondes
Il vient d’en mourir neuf le temps de ce poème
Un enfant meurt de faim toutes les cinq secondes
Il vient d’en mourir onze et voilà le douzième
Un enfant meurt de faim toutes les cinq secondes

Partager cet article
Repost0
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 06:42
Le plus sublime tautogramme que j'aie jamais lu, d'une amie de plume, Misra




Caucogramme


Cicéron candidat
César candidat
Célimène coquette



Cicéron, courroucé

César, ça craint. Caligula complote.

César

Ciel! Caligula chéri?

Cicéron

Ce cabochard cyclothymique! Ce cabot claustrophobe! Ce chancre coprophile! Cave canem! Chien chaud crachera.

César

Calme, Cicéronou. Contiens cette colère.Caligula cuisine, cordon-bleu, casseroles, couscous, casse-noix, cuillères, crème caramel, chipolatas, coucoumelles, coulis, cervelle, compotes!

Cicéron

Caligula com-plo-te! Conjuration, complices, conciliabule, complices clabaudeurs, conspiration, catilinaires, courtisans. Coinçons ce clebs!

César

Ce chou candi! Ce collègue choyé, ce concubin câlin?

Cicéron

Crémaillère! Cesse cette crécelle! Caligula, ce calepin, chauffe ces coliqueux crédules, clame cocorico, candidature, consultation, coopération, croissance, coprésidence, chiwawa.

César

Cornebidouille! Cherchons ce crétin!

Cicéron

Cacatoès!Cacatoès!Cacatoès! Consultons ces catins couchées, canapé, cloaque, cabanon, cabaret, cover girl, couvre-lit

César

Consultons! Concilions!

Cicéron

Coquillettes! Crucifions Caligula!

César

Courons!

Cicéron

Christ! Célimène!

Célimène

César! Chouquette!

César

Célimène chérie! Croque ces croustillantes cerises confites! Caresse ces chaussettes, ce caleçon cintré, ce coccyx cabotin, ce croupion cacochyme

Célimène

Chouquette, ça courtise cochon!

César

Céli , cache cette cornette, courbe cette clairière, cambre ces camélias, creuse ces croupetons!


Célimène

Chouchou, ce costard caca d'oie crache!

César

Confection Cincinnatus, Colisée centre.

Célimène

Corbeau cru!

César

Céli! chopine coranique, cheveux clairsemés, crinière chauve, collines crédules, cuisses cruciformes, coquards crénelés! Ca chauffe, coquinette!

Célimène

Chouchou, calons ce coussin chair........

Cicéron

Césaaaaaaaaaaar!

César

Cher Cicéron, croyez.......

Cicéron

Casse-toi, connard.
Partager cet article
Repost0
17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 21:59
Contribution du "Chimiste qui se croyait littéraire", qu'il m'a posé avec ce commentaire :
"Je viens d'écrire un pantoum qui n'en est pas un, puisque mes décasyllabes sont très irréguliers à l'écrit. A la base, c'est plus un air, et donc il faut se laisser bercer par les sons plutôt que de compter les pieds"



Je, tu, elle, nous, vous, elles. Toujours elles… Elle…
Elle, belle hirondelle m’ensorcelle, moi.
Moi, le chapeau cramant, je m’enflamme. Elle.
Moi, crapaud charmant, je m’enfle à l’émoi.

Elle, belle hirondelle m’ensorcelle, moi.
Elle m’emmène et m’emmêle, sa ritournelle.
Moi crapaud charmant, je m’enfle à l’émoi.
Je bave à sa vue dans son regard frêle.

Elle m’emmène et m’emmêle, sa ritournelle,
Me retourne le cœur, et m’ Alzheimer
Je bave à sa vue dans son regard frêle,
Bavasse et bégaye : « Tes yeux bleus… La mer… »

Me retourne le cœur et m’Alzheimer
En ses mots et regards, elle est cruelle!
Bavasse et bégaye : « Tes yeux bleus… La mer… »
Déjà foudroient les éclairs. Mort charnelle!

En ses mots et regards, elle est cruelle
Mais si douce en ses dentelles. Désir!
Déjà foudroient les éclairs. Mort charnelle…
Ses joues poudroyées claires, un soupir.

Mais si douce en ses dentelles. Désir
Le désir d’un fou de ses jarretelles.
Ses joues poudroyées claires, un soupir.
Je, tu, elle, nous, vous, elles. Toujours elles… Elle…
Partager cet article
Repost0
10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 22:10
Pour vous inciter à découvrir le magnifique blog de mon amie de plume Suzy Wong "Le Chrysanthème bipède", elle m'a autorisé à vous présenter ce poème

Occupée à feuilleter son regard
Son regard insaisissable comme l’air
Comme l’air de me dire qu’il me fuit peut-être
Peut-être aussi comme s’il ne m’aimait pas

S’il ne m’aimait pas, je l’aurais vu à son regard
Son regard qui encore ce matin me donnait son plus beau sourire
Beau sourire plein de dents, sa gueule à la moue amusée
Moue amusée qui s’est vite finie sur ma joue embrasée

Joue embrasée apportant son lot de baisers
De baisers, de peaux rivées et de mots amoureux
Maux amoureux qui furent ainsi tout d’un coup apaisés
Cou apaisé aussi par son bec encore de moi insatiable

 

Partager cet article
Repost0
6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 22:48

Vous, violoncelliste virtuose, vous voilà, vagabondant vendredi vers Vienne.
Vous veniez voir valser vos voisins, vignerons veinards,
Valéry, vrai vicomte (vulgaire vieux voyou vicelard, visage vérolé, verticalité vacillante), Virginie, vicomtesse volage (vénusienne voluptueuse, visiblement vitaminée, vulve veloutée, vaginale).
Vous vouliez vérifier votre vigueur virile, votre viagra vasodilatait votre vile vit , votre volubilité voila votre vigilance. Verglas !
Votre vieux vélo violet voilé vrilla, vous voyant voler, vaincu, vulnérable. Vous vadrouilliez vitupérant vertement votre vain véhicule, vomissant votre voyage, votre valise vietnamienne verte valdingua vertigineusement vers Valparaiso. Victoire ! votre violoncelle vivait.

Merci Namasté de m'avoir permis de publier sur mon blog cet excellent tautogramme

Voici l'adresse de son site : http://le-crayon-de-soleil.over-blog.com/
Partager cet article
Repost0