Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 14:54

Pour cet hommage à Edgar Allan Poe, je n'ai pas à proprement parler essayé de traduire son poème, The Raven - Baudelaire et Mallarmé l'ont fait mieux que je ne pourrais le faire - Mais de le transposer en langue française, comme il aurait pu le faire, avec la même rigueur formelle que l'original en langue anglaise, s'il avait voulu l'écrire en français ; ce n'est donc bien évidemment pas une traduction mot à mot, mais j'ai toutefois essayé d'être aussi proche de l'original que possible

L'illustration est de Manet, dessinée à l'occasion de la publication de la traduction française par Mallarmé

Partager cet article
Repost0

commentaires

L

Quelle belle surprise, Stellamaris, c'est magnifique ! Je suis allée relire le poème en anglais d'abord, lu pendant mes études et oublié. Tu as dû passer un excellent moment à bâtir ta
transposition et maintenant c'est nous qui nous régalons ! Bises !


 
Répondre
S


Merci infiniment Lenaïg ! Bises !



A

Bonsoir Stell.


Que voilà un style que je ne connaissais pas chez toi mais plus rien ne me surprend de tes capacités désormais...


Jamais plus tu ne douteras toi non plus!!!


Bon je n'ai plus qu'à relire!


Bises.


 
Répondre
S


Merci de tout coeur, Annie ! Bises !



A

Bravo pour cette excellente traduction. Traduire un poème en écrivant un poème dans sa langue sans trahir la pensée de son auteur est un exploit.
Cela me rappelle un de mes profs de fac qui traduisait Keats en vers français.


 


Un prof d'anglais retraité
Répondre
S


Merci de tout coeur pour ce commentaire qui me touche, Alain ! Avec toute mon amitié.



M

Superbe d'émotion et de poésie...Ce jamais plus donne des frissons...


Bises Stellamaris
Répondre
S


Merci Marlene ! Mais tout le mérite en revient à Egdar Poe ! Avec toute mon amitié.



D

génial génial génia! l
Répondre
S


Merci Domi ! Bises !



V

  Alors là, vraiment, tu me plais... 
   
Répondre
S


Merci encore ! Bises !



V

J'ai dit que la forme était "souple" et je parie que c'est encore un genre de "chant royal"... 
Répondre
S


Non, pas du tout, c'est une forme que j'ai inventé en me collant au plus près à la forme du poème original d'Allan Poe ... Bises, Valentine !



V

  J'ai écrit "qui laisse le chant libre"... avec cette orthographe il n'y
avait pas besoin de préciser !
Répondre
S


Rires ... Bien vu ! Bises, Valentine !



V

  Eh bien franchement je trouve les traductions de Baudelaire et de Mallarmé
fort décevantes, parce que dénuées du rythme de la poésie. Quand on pense à Nerval qui a si bien su traduire Goethe, je suis vraiment déçue de nos poètes, et combien plus encore admirative de ta
prestation ! :0070:
Répondre
S


Merci de tout coeur, c'est trop ! Bises !



V

:0023: Magnifique, Stellamaris, Magnifique !! Il faut que je visite les traductions de Baudelaire et de Mallarmé que tu mets en lien, mais j'adore cette
formule : adaptation, qui laisse le chant libre à une forme poétique à la française, et en même temps souplesse de la forme, qui permet de rester dans l'esprit du poème original... Bravo
!!
Répondre
S


Merci infiniment, Valentine ! Bises !