Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 11:10

Perles de lumière / / Oh, perles de lumière / Sur la fleur écarlate, / Que votre beauté fière, / Si douce et délicate, / / Me comble et m’éblouit ! / Que la chante mes vers ! / J’en suis si réjoui, / Âme et cœur à l’envers, / / Que j’en bondis de joie ! / Oui, la pluie est splendeur / Quand sous ses eaux flamboie / Le gai printemps, vainqueur ! / / Stellamaris

(Trivers)

Repost 0
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 10:20

Bouquet d’espoir / / Sur le bitume noir, / L’on voit enfin fleurir / Un frais bouquet d’espoir ; / Il ose, sans faiblir, / / En toute outrecuidance, / Lui, pourtant si gracile, / Oser un pas de danse ; / Il invite la ville / / À valser avec lui ; / Mais y daignera-t-elle ? / Sous le soleil qui luit, / Dieu, qu’elle serait belle ! / / Stellamaris

(Photographie : Trottoir de Brest)

(Trivers)

Repost 0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 22:06

Le mimosa / / Les jours sont glaciaux, une âpre bise gèle / Et transperce nos chairs, ah, comme on se les pèle ! / Et pourtant, en ces jours, je dis : La vie est belle ! / Au plus froid de l’hiver éclôt le mimosa ! / / Les chênes, les tilleuls gémissent, branches nues, / L’on ne voit plus de fleurs au long des avenues, / Le soleil s’est enfui, c’est le règne des nues, / Le plus gris de l’hiver... Mais luit le mimosa ! / / Vois ! Il resplendit tant que le reste n’importe ; / Il n’est loin ; pour le voir il suffit que je sorte... / Je n’ai qu’un seul regret, qu’il ne soit à ma porte ! / Que loué soit l’hiver pour ce beau mimosa ! / / Mais sa floraison d’or, hélas, déjà se cuivre, / Et je ne sais que trop ce qui donc va s’ensuivre... / La ronde des saisons le vainc ! C’est une vouivre ! / Que revienne l’hiver, le temps du mimosa ! / / Stellamaris

(Zégel)

(Photographie : À Brest, les mimosas sont déjà en train de faner, hélas !)

Repost 0
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 18:54

Non ! Ne me tapez pas !

Retour du soleil / / Qu’est-ce donc que cela ? / Je gémis, incrédule : / La pupille me brûle, / Un brasier cuisant, là, / / Dans le ciel – quel éclat ! – / M’éblouit, inocule / Sa fureur en ma bulle... / Qui mettra le holà ? / / Je pleure la si douce / Fraicheur – c’est mon repos – / Du brouillard, par qui pousse / / À qui mieux-mieux la mousse, / Qui me rend si dispos / En baignant ma frimousse ! / / Stellamaris

(Photographie : Brest au soleil)

(Sonnet irrégulier)

Repost 0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 16:55

Automne / / Automne de splendeur ! / Tout arbre devient flamme, / S’illumine mon âme, / Automne de splendeur ! / / Saison chère à mon cœur ! / Avant que tout s’endorme / Comme sous chloroforme, / Saison chère à mon cœur, / / Tu m’emplis de stupeur ! / Quelle métamorphose ; / Soudain, ma joie explose, / Tu m’emplis de stupeur ! / / Stellamaris

(Photographie par l'auteur)

(Bandollière)

Repost 0
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 22:43

La rose et la pluie / / Quand la pluie est flot de perles, / Beauté, tu déferles ! J’aime ! / / Rose, alors tu resplendis / D’éclats de paradis ! J’aime ! / / Et mon âme alors défaille ; / Nul n’en rie ou raille ! J’aime ! / / Ces reflets de diamant : / Splendeur qui ne ment ! J’aime ! / / Mon âme en silence écoute / Chanter chaque goutte... J’aime ! / / Stellamaris

(Ghazal)

(Photographie de l'auteur)

Repost 0
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 21:37

La lune rougit / / Lune, de ta splendeur, / Je fais mon bonheur... J’aime ! / / Quand s’arrondit ta face, / La nuit s’efface... J’aime ! / / Que te chantent mes vers ; / À tort, à travers, j’aime ! / / Bientôt, toute mon âme / Est une flamme... J’aime ! / / Que vois-je ? En ton logis, / Le ciel, tu rougis ? J’aime ! / / Tu n’est pas insensible ? / C’est donc possible ? J’aime ! / / Et j’ose, simple humain, / Demander ta main ! J’aime ! / / Stellamaris

(Photographie : lever de lune rousse sur la rade de Brest)

(Ghazal)

Repost 0
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 21:54

Épithalame / / À cette fleur, j’offre cet épithalame ; / Je ne me brûle en me chauffant à sa flamme ! / / Tant de beauté, cela réjouit mon cœur ; / Que par ces vers, de tout mon art je le clame ! / / J’en suis béat, c’est un excès de bonheur / Qui me transperce, aiguisé comme une lame ! / / Dames, je sais, ce soir je vous fais faux bond ; / Pardonnez-moi, juste serait votre blâme, / / Mais j’ai cédé, je m’offrirai pour de bon / À la splendeur qui ce soir me remplit l’âme ! / / Stellamaris

(Ghazal)

(Photographie : Dans les jardins de Claude Monet à Giverny)

Repost 0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 14:31

Splendeur des nénuphars / / Splendeur des nénuphars / Sur la mare croupie, / Unissant tous les arts, / C’est faire une œuvre pie / Que de vous célébrer ! / Vous me faites vibrer ! / Ainsi, de l’ordinaire / Des jours, qu’on ne vénère, / Qu’éclosent, de mes mots / Par ma muse enchantés, / Tant et tant de beautés / Qu’on croirait des émaux / Resplendissant sans faille / Où règne la grisaille ! / / Stellamaris

(Illustration : Dans le jardin de Claude Monnet à Giverny)

(Strophe onéguine)

Repost 0
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 11:21

Est-ce de bon ton ? / / Est-il vraiment de bon ton / Qu’entre bitume et béton, / Le printemps vainqueur, sans honte fleurisse ? / / Du vert au milieu du gris ? / Et l’or des fleurs, à tout prix ? / Le caniveau n’est-il pour que le chien pisse ? / / Ô, ville, révolte-toi, / Ne l’accepte sous ton toit, / Ce vil envahisseur, la nature impie ! / / Qui sait si l’homme sans foi / Ne pourrait quitter l’effroi, / Tout d’un coup soigné par cette thérapie ? / / Et si le poète, enfin, / Dont tu désirais la fin, / Le voyant, sentait se réveiller sa muse, / / N’aurais-tu pas tout perdu ? / Son silence était ton du ; / Voici qu’il ressuscite, éventant ta ruse ! / / Stellamaris

(Photographie : Dans les rues de Brest, en revenant du vote ...)

(Doublette)

Repost 0