Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 11:26

Voici la scène d'introduction de ce jeu de rôles qui inspire mes poèmes depuis quelque temps ; c'est suite à cette scène qu'ils vont découvrir et lire le journal d'Alwena

Mon Alwena, ma sœur / / Mon Alwena, ma sœur, que fais-tu dans ce lit ? / Tu t’agites, gémis, parais même te battre ; / Soudain, ce n’est plus toi ! Le monstre qui t’emplit / Nous dit de te tuer… Comment donc le combattre ? / / C’est dans cet hôpital, front blême, teint d'albâtre, / Que je t’ai retrouvée après trois mois, pâli / D’angoisse et de souci… Plus blanche que du plâtre, / Mon Alwena, ma sœur, que fais-tu dans ce lit ? / / Dans ton coma, tiens, tu rosis ? Ton teint joli / Reviendrait-il ? Non, tu rougis, et dans nul âtre, / Nul tison ne brûla si fort ! C’est l’hallali ! / Tu t’agites, gémis, parais même te battre / / Contre un être invisible et pourtant opiniâtre / Qui veut te posséder… Et ta force faiblit, / Je vois très nettement ta volonté décroître… / Soudain, ce n’est plus toi ! Le monstre qui t’emplit / Nous parle à travers toi – Noire comme Kali / Est sa voix ! – « Ça suffit ! Ce corps faible me châtre, / M’empêche de passer ! » Et même, sans un pli, / Nous dit de te tuer… Comment donc le combattre ? / Tiens bon ! Nous ferons tout pour vaincre l’acariâtre / Entité qui te tient et t’appelle à l’oubli / Éternel ! Nous vaincrons, bien mieux qu’aucun psychiatre, / Tu sortiras plus forte encor de ce conflit, / Mon Alwena, ma sœur ! / / Stellamaris

(Illustration : Statuette de Kali)

(Rondeau parfait)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans Jeu de rôles
commenter cet article

commentaires

flipperine 26/08/2013 23:29


un beau texte

Stellamaris 26/08/2013 23:32



Merci, Fliperine ! Bises !



Valentine :0056: 26/08/2013 18:09


Oui, c'est bizarre, le vers suivant : "Reviendrait-il ? Non, tu rougis..." me gêne moins ; donc c'est "tiens" qui me pose problème... 

Stellamaris 26/08/2013 18:26



C'est parce que tu as hésité entre le lire en synérèse ou en diérèse... Bises !



Valentine :0056: 26/08/2013 18:06


  Oui, j'aime mieux "teint d'albâtre". Pour "folâtres", je sais que c'est super ennuyeux puisque vous souhaitez des
rimes identiques pour l'oeil... Pourtant pour l'oreille je trouve moins gênant de faire rimer "âtre" avec âtres", que de le faire rimer avec "attre" ou "iâtre"... Quant aux trimètres les autres
ne m'ont pas gênée autant que celui-ci, car l'hémistiche reste sensible quand tu es lancé dans la déclamation ; quand Hugo écrit "j'ai disloqué/ ce grand niais/ d'alexandrin" il y a tout de même
un appui possible sur "grand". Alors que là, avec "tiens", virgule, "tu" on est vraiment désorienté, au point que j'ai cru qu'il y avait diérèse sur "tiens"... Mais ce n'est que mon impression.
Bises !

Stellamaris 26/08/2013 18:07



Merci Valentine, bises !



Valentine :0056: 26/08/2013 17:19


  Quel travail, que toutes ces rimes ! Bien sûr, je suis en admiration devant tes trouvailles et recherches, et
le style grandiloquent me convient à merveille ; mais j'émets toujours les mêmes réserves sur l'effet produit à la lecture par des vers comme le 5e (avec le 6e pied tombant sur "tu"), ou par des
expressions comme "teint albâtre" (fera-t-on la liaison ?), "c'est l'hallali", "tu souffres, ne folâtres" (il faut un "s" je crois), et enfin "ce corps faible me châtre"...  Tu me connais !
Bises !

Stellamaris 26/08/2013 17:28



Merci de tout coeur pour ton commentaire et pour tes remarques, Valentine !


Il y en a deux qui retiennent mon attention particulièrement : "teint albâtre", j'hésitais avec "teint d'albâtre", qu'en penses-tu ? Et "Tu souffres, ne folâtres", tu as parfaitement raison, il
faut que je corrige ! Je vais y réfléchir...


Par contre, pour "Dans ton coma, tiens, tu rosis ? Ton teint joli", ce n'est pas à proprement parler un alexandrin mais un trimètre : 4/4/4. Il y en a plusieurs dans ce poème.


Bises !



Lenaïg 26/08/2013 14:27


  Bonjour Stellamaris. Ce rondeau parfait parfait () nous fait pénétrer dans les pensées de Kristen, qui observe sa soeur à l'hôpital ! Un retour en arrière, car nous savons que
de grands progrès ont été faits depuis ... Mais que j'aille relire le poème précédent et cette illustration qui me réjouit ... Bises !

Stellamaris 26/08/2013 14:36



Merci de tout coeur, Lenaïg ! Bises !