Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Stellamaris. Poèmes et photographie
  • Stellamaris.  Poèmes et photographie
  • : Poésie classique et photographie, mis en résonance l'un avec l'autre - Edition
  • Contact

Profil

  • Stellamaris
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit
  • Poète et photographe, explorant tout particulièrement les résonances entre l'image et l'écrit

Nombre de visiteurs

Ce blog a déjà reçu visites

Il y a actuellement     personne(s) sur ce blog


Recherche

Boite à outils

Le SORGEL, superbe traité de prosodie

Le site de FLORMED, pour apprendre les formes fixes

Lexilogos, des dictionnaires indispensabes.

Archives

Forums amis

22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 13:34

Partager cet article

Repost 0
Publié par Stellamaris - dans Eclats d'âme
commenter cet article

commentaires

sarang 27/11/2009 11:34



Qu'il est bon de voyager ainsi.
Et qu'il est dur de s'en défaire.
Et quand la fin éclaire, on ressent un peu de tristesse à l'avoir fini.



Stellamaris 27/11/2009 12:27


Tout à fait vrai ... Mais est-ce bien sérieux de sauter ainsi une nuit ? Oui, mais faut-il vraiment être sérieux ? Bises.


Pauley 22/11/2009 22:17


Ravie de te retrouver Stellamaris avec ce ravissant poème. ça fait longtemps que je ne suis plus revenue mais comme je l'ai dit dans mon poème, je n'oublie pas... Je t'ajoute dès que possible dans
mes liens afin de ne pas perdre un lecteur si fidèle que toi et de pouvoir ainsi venir te lire plus longuement dès que je le pourrai. A bientôt. Bisous


Stellamaris 23/11/2009 07:18


Merci Pauley ! Je t'embrasse.


Épervier 22/11/2009 16:56


Une nuit blanche dont je connais l'exercice... le silence
parmi tant d'autres...

amitiés,

André, épervier


Stellamaris 22/11/2009 18:39


Merci André ! Toute mon amitié.


marlou 22/11/2009 16:48



il etait si passionnqant ce roman ? b
Bises


Stellamaris 22/11/2009 18:39


Suffisamment pour que je m'y laisse prendre ... Et paradoxalement, je m'y suis d'autant plus laissé prendre que j'étais déjà bien fatigué ! Bises.